Archive | novembre, 2012

Lectures de novembre

30 Nov

Trois lectures totalement différentes en ce mois de novembre.

Julie/Julia de Julie Powell

Affiche du film tiré du livre

Julie Powell est une jeune secrétaire bientôt trentenaire. Alors que sa vie professionnelle la désespère, la jeune femme décide de se lancer un défi : réaliser l’intégralité des recettes (524 !) d’un livre de recettes de cuisine française en un an et partager son expérience au quotidien par le biais d’un blog. Julie va alors se lancer dans un marathon culinaire hors norme semé de plaquettes de beurre, de homards récalcitrants et de bonnes crises de nerfs.

Ce livre, tiré d’une histoire vraie, se déguste avec plaisir et l’on goûte avec joie les tribulations culinaires de l’attachante Julie.

Le livre a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2009 avec Meryl Streep dans le rôle de Julia Child, l’auteur du best-seller culinaire à l’origine du pari que s’est lancé Julie Powell.

Des gens très bien, Alexandre Jardin

Couverture du livre d’Alexandre Jardin

Ce livre, au titre ironique, relate la façon dont l’auteur a découvert un secret de famille bien enfoui et comment il a appris à vivre avec. Avec des mots simples, Alexandre Jardin réussit là à transmettre la difficulté à vivre avec un passé familial débordant de non-dits. Des gens très bien est aussi une relecture très personnelle d’un épisode tragique de l’Histoire. Comment supporter et vivre avec la connaissance des actes inqualifiables de ses aïeux ? Voilà la question à laquelle tentera de répondre l’auteur.

Moins que zéro, Bret Easton Ellis

Coup d’essai et coup de maître pour l’auteur du best-seller American Psycho.

Dans ce roman, Bret Easton Ellis nous plonge au coeur de la jeunesse dorée des années 80 à travers le regard de Clay, jeune homme désabusé, perdu dans un monde vide de sens. Sexe, drogue et perte de repères nourrissent ce roman au langage cru et au style lapidaire.

A ne pas mettre entre toutes les mains, âmes chastes et sensibles s’abstenir.

Lectures d’octobre

28 Nov

1Q84, Haruki Murakami Au mois d’octobre, je n’ai pas lu mais dévoré la trilogie du japonais. A vrai dire, il y a à peine deux mois encore, je ne connaissais même pas l’existence de Murakami. C’est mon psy, féru de littérature, qui m’en a parlé et m’a affirmé qu’il était certain que ça me plairait. Il ne s’est pas trompé ! Je me suis complètement plongée dans l’univers étrange, entre rêve et réalité, de Tengo et Aomamé.

Première de couverture du livre 1

Première de couverture du livre 1

Difficile de résumer un livre dont les fils se tissent lentement mais inexorablement pour créer un monde onirique en marge du Japon des années 80. Un monde dans lequel deux lunes coexistent et où des chrysalides de l’air font de mystérieuses apparitions.