Au revoir bonheur

7 Fév

J’ai enfin lu ce best-seller grâce au tri effectué dans la réserve du CDI il y a peu.

Bonjour Tristesse, Françoise Sagan

Françoise Sagan n’a que 18 ans, en 1954, lorsqu’elle publie ce court roman qui se verra couronné de succès en très peu de temps. Le titre fait référence à un poème d’Eluard, mis en exergue dans le livre.

Cécile a 17 ans. Elle passe des vacances avec son père, Raymond, dans une villa louée pour deux mois sur la Côte d’Azur. Raymond, veuf depuis 15 ans, a emmené avec eux sa jeune et jolie maîtresse, Elsa. Tout se passe pour le mieux : Cécile passe ses journées à se faire bronzer sur la plage et s’éprend de Cyril, un charmant voisin de dix ans son aîné.

Au bout d’une semaine d’un bonheur sans ombre, le père de Cécile lui annonce qu’il a invité Anne Larsen à venir se reposer dans la villa. Cette dernière était une amie de sa femme chez qui il avait envoyé sa fille deux ans plus tôt à sa sortie de pension. Cécile ne voit pas d’un très bon oeil l’arrivée de Anne bien qu’elle lui voue une profonde admiration. Selon elle, dès qu’elle arrivera, les vraies vacances seront terminées.

Rapidement, les relations entre les personnages vont évoluer : Raymond va délaisser la jeune Elsa pour la superbe Anne. Cette dernière s’immisce de plus en plus dans la vie de Cécile, surtout à partir du moment où le père lui apprend qu’il va l’épouser. Anne interdit à Cécile de voir Cyril et l’oblige à passer ses après-midi à réviser sa philosophie pour le bac. L’adolescente ne le supporte pas et elle va alors tout mettre en oeuvre pour se débarrasser de sa future belle-mère.

Bonjour Tristesse est un roman tragique, dans lequel la confusion des sentiments ravage tout sur son passage. Cécile, en apparence si fragile dans son corps d’adolescente trop maigre, va se révéler comme une véritable perverse manipulatrice. Et même si elle ressent parfois une certaine gène, voire de la honte pour son comportement, elle ne tire pas moins les ficelles d’un piège visant à rompre le bonheur entre son père et Anne. Le roman est construit de telle sorte que le lecteur attend jusqu’au bout, jusqu’à l’avant-dernier chapitre le dénouement, laissant ainsi le suspens augmenter de pages en pages presque à la manière d’un thriller.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :