Liens étroits

9 Fév

Dans l’attente depuis quelques jours de nouveaux livres dans ma boîte aux lettres, je fouille dans mes étagères à la recherche de livres courts afin de pouvoir me jeter dans les ouvrages tant attendus.

L’Ami retrouvé, Fred Uhlman

Il est quelque chose de très agréable dans le métier de professeur de lettres : tous les ans, quand vient le moi de mai, les éditeurs envoient quelques spécimens publicitaires. Le plus souvent, il s’agit d’oeuvres grossières rédigées uniquement pour répondre aux programmes. Mais parfois, on a la chance de découvrir des livres bien plus intéressants. Je possédais donc celui-ci depuis bientôt un an, il était plus que temps que je le lise.

L’intrigue se déroule en Allemagne, dans les années 30. Hans, fils d’un médecin juif, suit ses études au lycée. Bon élève, solitaire, il mène une vie tranquille. Un jour, un nouvel élève arrive dans sa classe. Conrad est un jeune comte et appartient à une illustre famille allemande. Les deux garçons vont peu à peu se lier d’amitié.

Le narrateur, Hans, raconte l’histoire d’amitié qu’il a vécu avec Conrad, trente ans plus tôt. Les deux lycéens passaient leur temps à parler littérature, philosophie, à évoquer les filles ou à se montrer leurs collections d’objets anciens. Mais une chose chagrine Hans, Conrad ne semble pas vouloir lui présenter ses parents. Un jour, alors que le jeune comte a ignoré son ami à l’Opéra la veille, Hans lui demande des explications. Il apprendra alors que la mère de Conrad déteste les Juifs et que sa famille admire Hitler. Les parents de Conrad voient donc d’un très mauvais oeil l’amitié de leur fils avec un juif. Si Conrad et Hans restent amis, la montée du nazisme poussent les parents de ce dernier à l’envoyer poursuivre ses études en Amérique.

S’il s’agit d’un récit imaginaire, Fred Uhlman s’est néanmoins largement inspiré de son parcours puisque comme lui, le narrateur est avocat, comme lui, il a été obligé de s’exiler en Amérique à cause du fascisme et a délaissé sa langue maternelle. Ce texte, premier roman de l’auteur, est un hymne à l’amitié plus forte que la pression sociale. Il a fait l’objet d’un film en 1988, réalisé par Jerry Schatzberg.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :