Monde parallèle

19 Avr

Décidément, mon amie documentaliste est de très bon conseil en matière de littérature jeunesse !

La douane volante, François Place

J’avais déjà évoqué François Place comme illustrateur des aventures de Tobie Lolness (Timothée de Fombelle). Je viens de découvrir que ses écrits valent ses dessins.

Nous sommes en Bretagne, en 1914. La guerre menace. Le jeune Gwenn, dit « le Tousseux » en raison de ses nombreuses et puissantes quintes de toux, est recueilli par le vieux Braz, un rebouteux mis à l’écart du village. A la mort de ce dernier, le jeune garçon hérite de sa cabane et mène une vie à l’écart de la communauté, servant toutefois de souffre-douleur aux jeunes garçons mieux bâtis que lui.

Un jour, après s’être fait martyriser une fois de plus par le grand Loïc Kermeur et Yvon le Rouquin, l’Ankou, grande figure noire aux allures de Faucheuse conduisant sa sombre charrette, s’empare de Gwenn pour l’emmener ailleurs, dans le pays d’où l’on ne revient jamais…

Gwenn se réveille dans un autre monde qui ressemble pourtant fortement au sien. Il est recueilli par Jorn, un solide gaillard chargé de faire le guet et de récupérer les « Égarés » afin de les emmener à la douane volante. En raison de la santé fragile du jeune breton, Jorn parvient à le soustraire des mains des douaniers et à lui éviter de partir travailler aux Jardins de fer. Il le conduit chez lui où sa femme, Silde, prendra soin de lui.

Mais, peu à peu, Jorn laisse apparaître son vrai visage : ambitieux et brutal, il retient Gwenn en otage qui devra travailler à son service pour regagner sa liberté. Jorn gravit les échelons de la société jusqu’à prendre le commandement de la douane volante de la ville de Waarm. Dans le même temps, Gwenn s’aperçoit qu’il a hérité des pouvoirs de guérison du vieux Braz. Bientôt, il réussit à apprivoiser un « pibil », étrange petit oiseau qui, selon la légende, ne se laisse apprivoiser que par les véritables rebouteux. Jorn décide alors d’exploiter les pouvoirs du jeune garçon…

Ce roman fantastique est également un roman d’initiation puisque l’on observe l’évolution du jeune héros dans ses rapports aux autres, son apprentissage de la médecine, sa quête de liberté, sa soif de retour sur sa terre natale, la Bretagne. L’univers mystérieux et envoûtant des Douze Provinces est finement peint par François Place et l’on s’attache facilement aux personnages hauts en couleur qui ne cessent d’évoluer. En effet, tous les personnages possèdent de multiples facettes avec leur part d’ombre et leur bon côté, dans ce roman comme dans la vie, rien n’est figé et c’est en partie ce qui, selon moi, fait la richesse de ce magnifique roman de jeunesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :