Retour au bercail

10 Sep

Encore un exemplaire du CDI que je n’avais pas eu le temps d’ouvrir pendant les vacances.

Les enfants de la lune, Fabrice Colin

1942. Paris est occupée par les Allemands. Le jeune Adrien Berthelot, 13 ans, vit chez sa grand-mère et tente d’améliorer le quotidien par diverses combines. Deux jours avant Noël, il intercepte un message destiné à son grand-père décédé voilà 10 ans. Le courrier est aussi bref qu’étrange : « Aux temps maudits de l’Exode, vous avez aidé les nôtres. Une fois encore, nous faisons appel à vous… » Signé : Leydamoon du peuple Annwyn.

Adrien, très intrigué par la lettre, décide de se rendre au rendez-vous fixé par l’expéditeur. Quelle ne sera pas sa stupeur en découvrant trois êtres de sa taille, ressemblant à des elfes. Leur chef, Leydamoon, lui explique qu’ils sont de la famille des fées, qu’ils vivent depuis des siècles aux côtés des humains dont ils se nourrissaient des rêves. Mais depuis la 1ère Guerre Mondiale, les hommes rêvent de moins en moins et la situation s’aggrave avec la montée du nazisme. La plupart du peuple Annwyn a regagné son monde d’origine. Mais les portes magiques se sont refermées avant que les derniers ne puissent partir. Le grand-père d’Adrien avait conçu une machine leur permettant de rentrer chez eux mais les Siths – les ennemis des Annwyns qui ont pactisé avec les nazis et qui veulent envoyer sur la ville des ptésoriens (dinosaures volants) – l’ont tué avant que ses projets n’aboutissent. Leydamoon vient donc demander à Adrien son aide pour terminer l’oeuvre de son grand-père. Le jeune garçon va accepter et devoir affronter les terribles Siths et les nazis pour sauver ses compagnons.

Pour être honnête, je n’ai pas vraiment accroché à cette histoire. Pourtant, ça partait bien. L’irruption du fantastique dans l’ambiance du Paris occupé était plutôt bien réussie. Mais plus on avance dans le texte et plus l’histoire devient abracadabrantesque, le summum étant atteint lors d’une chasse aux fantômes au cimetière du Père Lachaise qui se rapproche d’un épisode de Ghostbuster. J’ai eu bien du mal à me motiver pour terminer ce livre où les scènes d’affrontements entre les bons et les méchants s’enchaînent parfois sans véritables liens. Peut-être que l’association des nazis à des démons permettra aux élèves les plus faibles de mieux comprendre cette période de l’Histoire (même si j’ai plus peur que certains ne pensent que les dinosaures vivaient encore à cette époque…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :