Insaisissable

18 Sep

Je poursuis ma découverte de la littérature nippone. 

Intrusion, Natsuo Kirino

Tamaki Suzuki est écrivain. Son prochain livre, Inassouvi, a pour sujet O., personnage insaisissable du célèbre roman autobiographique de Mikio Midorikawa, Innocent. Dans l’oeuvre de ce dernier, O. apparaît comme la maîtresse de l’illustre écrivain, comme une femme de l’ombre dont on ne sait pratiquement rien mais qui va jouer un grand rôle dans la vie de l’auteur. Personne n’a jamais su qui elle était ni si elle a même un jour existé vraiment. Mais Tamaki, persuadée de son existence, veut absolument la retrouver, bien que plus de 40 années se soient écoulées depuis la parution de l’oeuvre scandaleuse…

Obnubilée par le personnage, Tamaki part à sa recherche et rencontre un bon nombre des femmes qui ont entouré Midorikawa afin de percer le mystère, 17 ans après la mort de l’écrivain. En se plongeant dans les histoires d’amour complexes du romancier, sa propre histoire, ses souvenirs de son amour passionné avec son éditeur Seiji Abé. Si leur première rencontre s’était avérée désastreuse, Tamaki et Seiji avaient fini par nouer des liens profonds et entamer une aventure extra-conjugale. Mais au fil du temps, la haine l’a emporté sur l’amour et ils se sont séparés. Tamaki, alors qu’elle n’a quasiment plus aucun contact avec lui depuis des mois, apprend que Seiji est très malade. Toutes les rencontres avec ces femmes, toutes ces histoires d’amour provoquent donc inéluctablement la réminiscence de cette passion avec Seiji.

Vous l’aurez compris, l’action n’est pas ce qui caractérise ce roman étiqueté « roman noir »… La quatrième de couverture indiquait :« Natsuo Kirino ne flirte avec le thriller que pour mieux explorer l’âme humaine »(critique du Monde). C’est ce qui m’avait attiré à la base. Mais je n’ai pas vraiment perçu ni le côté noir, ni le côté thriller du livre. A moins que la question de savoir si oui ou non Tamaki parviendra à découvrir qui était la mystérieuse O. soit d’un suspens insoutenable pour quelqu’un, je ne vois pas du tout pourquoi ce roman a été classé noir… Mystère !

Si l’on met cela de côté, l’ensemble demeure agréable à lire même s’il est facile de se perdre dans les nombreux flash-back. Le style varie selon les différentes rencontres. Le deuxième chapitre m’a particulièrement plu. Il s’agit du monologue d’une femme que Tamaki rencontre pour préparer son livre. Elle lui raconte comment Midorikawa et elle ont entretenu une « liaison » alors qu’elle n’avait que 10 ans. Certains passages font froids dans le dos. J’ai bien aimé aussi le fait que l’auteur glisse des extraits de Innocent dans le livre. Par cette sorte de mise en abyme, on a l’impression que le roman a vraiment existé. Et comme tout est imbriqué, le livre apparaît également un peu comme des poupées russes. Je suis donc plutôt contente de cette lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :