Vie oubliée

16 Nov

Ce qu’il y a de bien avec les bibliothèques, c’est qu’on peut prendre des livres au hasard, d’auteurs complètement inconnus, simplement parce qu’on est attiré par un titre et que l’on n’aurait sans doute jamais acheté. Et parfois, on a de bonnes surprises !

On n’est pas là pour disparaître, Olivia Rosenthal

6 juillet 2004. Monsieur T. poignarde sa femme de cinq coups de couteau. Mais ce n’est pas sa faute. D’ailleurs, il ne s’en souvient pas. Monsieur T. est malade. Il souffre d’Alzheimer.

Le résumé du livre s’arrête ici. Dans ce roman composite, rédigé sous forme de fragments, l’auteure essaie de plonger son lecteur dans la terrible maladie d’Alzheimer, tantôt par des descriptions froides, cliniques du comportement du patient, de l’évolution de la maladie, de la découverte de cette maladie par Alois Alzheimer au début du XXème siècle, tantôt par des monologues intérieurs de Monsieur T., de sa femme, d’elle-même. Les voix se mélangent, se superposent, deviennent confuses traduisant ainsi la perte de la mémoire, la perte de repères, la perte du langage et de la raison du patient. La parole, par moments difficiles, coule parfois sans plus vouloir s’arrêter, sans ponctuation, désarticulée.

J’ai apprécié ce roman sur un sujet difficile. La technique narrative de l’auteure m’a particulièrement plu car elle sert à merveille son thème. Le monologue intérieur surtout permet de ressentir ce que peuvent vivre les proches des malades et en fait un récit très touchant. Par le jeu, du langage et de la narration décousue et protéiforme, elle m’a rappelé le courant du Nouveau Roman. Par contre, je sais très bien que ce genre d’écriture peut parfois laisser de marbre. En gros, soit on adhère, soit on déteste ! Pour moi, c’est un petit coup de coeur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :