Sublime laideur !

7 Avr

Je poursuis dans ma découverte de l’univers d’Amélie Nothomb…

Attentat, Amélie Nothomb

Epiphane Otos, le narrateur-personnage, est laid. Pire que cela, il est la laideur incarnée, il n’existe pas personne plus horrible à regarder que lui sur terre et il en a parfaitement conscience. Ainsi, parfaitement au fait des normes de beauté actuelles, il ne se fait guère d’illusions quant à sa possibilité de plaire à une femme.

Un jour, alors qu’il se rend sur un casting (le réalisateur recherche « un homme hideux pour film d’art ») mais qu’il se fait sauvagement refoulé, Epiphane rencontre la sublime Ethel – actrice principale dudit film d’art -qui vient à son secours.

Bien évidemment, notre ami tombe sur-le-champ éperdument amoureux de la belle. Evidemment,  certain que sa laideur condamne à coup sûr toute chance de conquérir son coeur, il préfère ne rien avouer de ses sentiments et jouer le rôle de meilleur ami pour profiter pleinement de la présence de la beauté à ses côtés.

Un autre problème se pose à Epiphane que celui de l’amour. Il doit impérativement trouver un emploi. Problème : sa laideur est telle que personne ne souhaite l’embaucher nulle part. Ne se laissant pas abattre, notre homme va s’inventer un métier : repoussoir professionnel. Le but : mettre en valeur les mannequins sur les podiums des défilés de mode en se plaçant entre elles; dégoûté par la monstruosité de son visage, le public ne pourra qu’admirer davantage la beauté des mannequins. Loin de faire sensation, l’idée est quand même retenue et Epiphane se met à parcourir le monde au entouré des plus jolies filles de la planète.

Par le biais de ce texte à la fois drôle, tendre et cruel, Amélie Nothomb pose un regard sans concession sur notre société qui voue un culte à la beauté – norme aussi subjective soit-elle. L’homme laid est-il condamné à la solitude toute sa vie, exclu de la société et interdit d’aimer ? La beauté intérieure n’est-elle qu’un concept fumeux pour épargner les laids ? Au travers du personnage d’Epiphane, aussi attachant que repoussant – pas seulement physiquement cette fois, il sait également se montrer odieux à quelques reprises –  l’auteure belge nous livre une histoire d’amour impossible, l’histoire d’un homme laid en quête d’un amour pur et absolu qui, malheureusement, se présente sous les traits d’une femme bien trop humaine.

Une fois encore, j’ai vraiment apprécié le style de Nothomb qui réussit à évoquer un sujet à la fois quotidien et sensible avec l’humour mordant qu’on lui connait qui retire toute sensation de misérabilisme. A lire !

Publicités

Une Réponse to “Sublime laideur !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Présence envahissante | Les lectures de Naurile - mai 8, 2014

    […] de Nothomb, tout comme la question de l’apparence physique, déjà brillamment traité dans Attentat. Pour conclure, vous l’aurez compris, je ne saurais que trop vous recommander la lecture de […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :