Vie en transparence

4 Mai

Je lis rarement des autobiographies. Le résumé de celle-ci, un extrait du texte en fait, m’a vraiment donné envie de découvrir la vie de cet auteur au nom connu mais dont je n’ai jamais rien lu.

Un Pedigree, Patrick Modiano

Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une autobiographie totale. L’auteur ne revient pas sur sa vie en intégralité mais juste sur son enfance et son adolescence, jusqu’à sa majorité à l’âge de 21 ans, âge auquel il entamera l’écriture de son premier roman.

Au début du texte, l’auteur tente de reconstituer la vie de ses parents avant sa naissance, ce qui donne lieu à une énumération de noms et de lieux un peu longuette dans le premier chapitre, d’autant qu’il n’est pas aidé dans sa reconstitution en raison de la période très trouble de l’Occupation.

Il en vient ensuite à lui et à son enfance. Sa vie à Biarritz avec son frère jusqu’à l’âge de 5 ans. Puis, le déménagement à Paris. Et sa mère, actrice, qui commence à le délaisser. Et, l’événement majeur, en 1957, alors que Patrick a 12 ans : la mort de son frère. On ne sait pas de quoi. Le fait est relaté en un petit paragraphe. A partir de là, le jeune Patrick a l’impression de ne pas faire partie de sa propre vie, de la vivre comme s’il se trouvait de l’autre côté d’une vitre. C’est l’extrait que l’on trouve en quatrième de couverture et qui m’a interpellée tant il me correspond dans un certain sens : « A part mon frère Rudy, sa mort, je crois que rien de tout ce que je rapporterai ici ne me concerne en profondeur. J’écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n’était pas la mienne. In ne s’agit que d’une simple pellicule de faits et gestes. Je n’ai rien à confesser ni à élucider et je n’éprouve aucun goût pour l’introspection et les examens e conscience. […] Les événements que j’évoquerai jusqu’à ma vingt et unième année, je les ai vécus en transparence […]. Je voudrais traduire cette impression que beaucoup d’autres ont ressentie avant moi : tout défilait en transparence et je ne pouvais pas encore vivre ma vie. »

Modiano raconte donc ces vingt et unièmes premières années éloigné de lui-même, porteur de la mort de ce frère, mort en partie pour lui-même et ses parents. Du coup, le récit se fait très froidement, l’auteur raconte les faits sans la moindre émotion. Mais comment faire autrement alors que ses parents ne lui ont jamais apporter la moindre émotion ? Il passe la plus grande majorité de son adolescence en internat. Lorsqu’il peut en sortir le week-end – et c’est rare – c’est pour se retrouver chez de la famille ou des amis lointains. Jamais ou presque avec ses parents…

A 21 ans, il coupe totalement les ponts avec son père. Se libère de son autorité et peut commencer à vivre sa vie en écrivant son premier livre.

Etrangement, alors que je n’ai pas du tout apprécié le début et alors que l’auteur effectue une très importante mise à distance, ne laissant pratiquement poindre aucun sentiment, aucune émotion sur son enfance, j’ai vraiment beaucoup aimé cette autobiographie qui a su trouver résonance en moi. Je recommande vivement ce texte !

Je réédite la chronique le 9 octobre 2014 : Patrick Modiano vient d’être sacré Prix Nobel de littérature ! Félicitations !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :