Entreprise kafkaïenne

18 Jan

Une relecture d’un Nothomb pour le blog du CDI.

Stupeur et tremblement, Amélie Nothomb

Au début des années 1990, la jeune narratrice (qui n’est autre qu’Amélie), débarque de Belgique pour travailler comme traductrice chez Yumimoto, une gigantesque entreprise nippone. Débordante d’enthousiasme, elle ne tardera pas à se confronter à la rudesse et à la folie du monde du travail japonais.

Ainsi, la jeune Amélie va se voir confier des tâches de plus en plus ridicules et ingrates (rédiger la même lettre des dizaines de fois, apporter le café puis le courrier, mettre les éphémérides à jour, recompter les notes de frais, remettre du papier dans les toilettes..) tout en devant supporter les sautes d’humeur et colères apocalyptiques de ses supérieurs. Elle va faire, à ses dépens, connaissance avec les bizarreries hiérarchiques nippones (elle commettra bien souvent des bourdes auprès de ses supérieurs sans en avoir conscience sur le coup) mais surtout découvrir l’absurdité et la totale absence d’humanité de l’entreprise.

Ce petit roman autobiographique est une vraie pépite d’humour et d’autodérision en même temps qu’un pamphlet contre les règles de vie plus qu’étriquées régnant dans le monde du travail voire la société japonaise dans son ensemble (belle critique du peu de respect de la femme en tant qu’individu). On remarque à quel point la jeune Amélie est désarçonnée de retrouver sous un tel jour le paradis perdu de l’enfance (cf : Métaphysique des tubes – l’auteur a vécu les premières années de sa vie au Japon). Chaque jour passé dans cette société est un pas de plus dans l’enfer kafkaïen de l’entreprise, un pas de plus dans un abîme d’inhumanité absurde. Mais loin d’être anxiogène, ce roman doté d’une certaine force caricaturale – la bêtise et le physique des supérieurs s’y prêtant bien – fera très souvent sourire le lecteur. Je tiens à signaler que le livre a été (très bien) adapté au cinéma en 2003 par Alain Corneau, avec l’excellente Sylvie Testud dans le rôle d’Amélie.

Un petit extrait pour la route !

« – Photocopiez-moi ça.

Il me tendit une énorme liasse de pages au format A4. Il devait y en avoir un millier.

Je livrai le paquet à l’avaleuse de la photocopieuse, qui effectua sa tâche avec une rapidité et une courtoisie exemplaires. J’apportai à mon supérieur l’original et les copies.

Il me rappela:

– Vos photocopies sont légèrement décentrées, dit-il en me montrant une feuille. Recommencez.

Je retournai à la photocopieuse en pensant que j’avais dû mal placer les pages dans l’avaleuse. J’y accordai cette fois un soin extrême : le résultat fut impeccable. Je rapportai mon oeuvre à M. Saito.

– Elles sont à nouveau décentrées, me dit-il.

– Ce n’est pas vrai ! m’exclamai-je.

– C’est terriblement grossier de dire cela à un supérieur.

– Pardonnez-moi. Mais j’ai veillé à ce que mes photocopies soient parfaites.

– Elles ne le sont pas. Regardez.

Il me montra une feuille qui me parut irréprochable.

– Où est le défaut ?

– Là, voyez : le parallélisme avec le bord n’est pas absolu.

– Vous trouvez ?

– Puisque je vous le dis!

Il jeta la liasse à la poubelle et reprit:

– Vous travaillez à l’avaleuse ?

– En effet.

– Voilà l’explication. Il ne faut pas se servir de l’avaleuse. Elle n’est pas assez précise.

– Monsieur Saito, sans l’avaleuse, il me faudrait des heures pour en venir à bout.

– Où est le problème ? sourit-il. Vous manquiez justement d’occupation.

Je compris que c’était mon châtiment pour l’affaire des calendriers.

Je m’installai à la photocopieuse comme aux galères. A chaque fois, je devais soulever le battant, placer la page avec minutie, appuyer sur la touche puis examiner le résultat. Il était quinze heures quand j’étais arrivée à mon ergastule. A dix-neuf heures, je n’avais pas encore fini […] »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :