Out of Africa

28 Jan

Petite pépite dans les rayons du CDI.

L’enfant noir, Camara Laye

Notre enfant noir est l’aînée d’une famille africaine. Il vit en Haute-Guinée et occupe ses journées à se rendre à l’école et observer son père forgeron. Sa destinée semble toute tracée : prendre la relève à la forge et perpétuer les traditions de sa caste au sein de son village. Toutefois, notre ami n’entend pas se contenter du parcours prévu par ses parents. Bon élève, il se rend à la ville, à Conakry chez un oncle pour poursuivre ses études. Il parviendra à obtenir son CAP, chose rare pour un enfant noir de la campagne à cette époque. dès lors, d’autres horizons, plus lointains, s’offriront à lui. Mais parviendra-t-il à faire accepter ses choix à ses parents, à sa mère surtout pour laquelle son fils aîné compte plus que tout ?

Camara Laye livre un récit personnel riche de ses années d’enfance et d’adolescence. Il parvient, grâce à un langage simple mais emprunt de poésie, à transporter son lecteur dans ce petit village d’Afrique. On retrouve évidemment les griots, les marabouts, les bêtes sauvages, les légendes le tout au rythme des tam-tams. tout ce qui fait l’Afrique dans notre imaginaire. Cependant, l’auteur ne nous donne pas une vision idéalisée de son enfance. Au contraire, il raconte la maltraitance scolaire (les grands qui rackettent et maltraitent les plus petits sans que les instituteurs n’interviennent), l’injustice sociale et raciale aussi (Camara n’a accès qu’à un collège technologique à Conakry – qui destine ses élèves à devenir ouvriers -, il ne peut se rendre au collège général qui donne un passeport pour des études longues à Dakar), les différents rites de passage (de la simple veillée terrifiante avec des jeunes hommes qui imitent des cris de bêtes féroces à la terrible cérémonie de la circoncision). Dans cette autobiographie, Camara délivre aussi un message d’amour à sa mère, une femme influente dans le village, très aimante, mais qui ne comprend pas pourquoi son fils veut absolument partir vivre sa vie loin d’elle.

Camara Laye finira par devenir ingénieur en France et publiera ce premier livre en 1953. Pourtant, le texte n’a absolument pas vieilli, chacun peut s’y reconnaître, parce que d’une manière ou d’une autre, nous avons tous à franchir des étapes plus ou moins difficiles pour grandir. Je recommande particulièrement ce livre à mes 3èmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :