Roman

David contre Goliath

Je découvre enfin le tout premier roman d’Amélie Nothomb !

Hygiène de l’assassin, Amélie Nothomb

Prétextat Tach, 83 ans, est un monstre dans tous les domaines. Physiquement, il est plus qu’obèse, son poids l’a rendu complètement impotent et l’oblige à se déplacer en fauteuil roulant et à recevoir sa toilette par une infirmière. Moralement, il est parfaitement imbu de sa personne, misanthrope et misogyne au plus haut point et d’un cynisme sans borne. Mais c’est aussi un monstre de littérature, récompensé par le prix Nobel. Et l’on vient d’annoncer que le vieillard, atteint d’une maladie rare, n’a plus que deux mois à vivre. Tous les journalistes se précipitent pour recueillir les dernières paroles du maître. Tous se font sauvagement éconduire.

Après que le quatrième interviewer se sauve horrifié et dégoûté par l’ignoble personnage, Nina, jeune journaliste téméraire à la répartie acerbe, décide de tenter sa chance et de faire avouer non seulement la supercherie littéraire de l’auteur mais son crime au bourreau, un crime qu’elle seule semble avoir débusqué sous les mots…

Grandiose ! L’auteure belge nous donne à lire une joute verbale d’une intensité remarquable. Nina, plus cynique encore que Tach, parvient à pousser l’horrible vieillard dans ses retranchements les plus profonds. Les dialogues, d’un raffinement et cruauté aussi admirables que pervers, se laissent déguster avec un contentement sans nom. Pas de temps mort dans ce huis-clos où la grande faucheuse se fait pourtant de plus en plus présente au fil des pages. Je ne pouvais qu’adorer ce chef-d’oeuvre d’humour noir et de cynisme érudit ! Un premier roman remarquable, dans lequel on perce déjà les thèmes de prédilection de Nothomb (la monstruosité de l’obésité notamment que l’on retrouvera notamment dans Les Catilinaires) qui avait largement mérité sa récompense au Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999.

amour·Fantastique·Héroic Fantasy·Littérature jeunesse·Roman

« Et si c’était niais ? »

On continue dans les lectures pour le CDI !

Tugdual, Anne plichota et Cendrine Wolf

A Chicago, c’est la panique ! On vient de retrouver deux corps sans vie dans un hôtel. Particularité : les papiers d’identité son formels, ils s’agissait de jeunes gens. Pourtant, leurs corps morts ont l’aspect de vieillards…

Tugdual, un jeune adulte de 18 ans, ainsi que son frère Mortimer (17 ans) et sa soeur Zoé (16 ans) ne forment pas une famille comme les autres. Ils ont été les cibles d’une cruelle malédiction. Où qu’ils se rendent, toutes les personnes qu’ils croisent sont irrémédiablement attirées par eux. Cette attraction ne serait pas si grave si elle n’était pas mortelle…

Les adolescents sont donc obligés de vivre cachés loin du monde. Jusqu’au jour où le sorcier Abakoum qui leur sert de père leur offre des bracelets qui contrent les effets du poison. Enfin, ils vont pouvoir connaître les joies du lycée, à moins que ce ne soit que le début de nouveaux problèmes.

J’attendais beaucoup de ce roman rédigé à deux mains par les auteures d’Oksa Pollock, qui s’arrache au CDI. Eh bien j’ai été plus que déçue ! J’ai d’ailleurs arrêté ma lecture au premier tiers du pavé ne souhaitant pas m’infliger davantage de niaiseries. J’ai cru relire le début de Twilight ! Du grand n’importe quoi ! Pourtant, le début était plutôt prometteur avec les meurtres étranges et l’enquête. Mais passé les trente premières pages, on dévie sur ces pauvres ados beaux à s’en damner qui souffrent de faire tomber toutes les filles qu’ils croisent dans leurs lacs à cause de phéromones hyper-puissantes ! L’arrivée au lycée n’est qu’une succession de clichés et topoï de l’adolescent maudit et l’on retrouve presque les mêmes mots que chez Stephenie Meyer. Et pourtant, nos collégiens adorent ! L’explication de ce phénomène est simple : les auteures accumulent tous les thèmes qui les mettent en émois (beaux garçons, belles jeunes filles, attirance physique, amour, danger,mystère, magie…), saupoudrent tout cela de quelques pseudo-interrogations métaphysiques sur la vie et la mort, sur la différence et secouent le tout. Un seul mot d’ordre : si vous avez plus de 15 ans, passez votre chemin !!

Littérature jeunesse·Roman·Thriller

Toute ma vie, j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air

C’est la rentrée ! On reprend les lectures en lien avec le CDI !

Décollage immédiat, Fabien Clavel

Lana Blum est une jeune lycéenne mal dans sa peau. Ses parents sont divorcés, sa mère – hôtesse de l’air – est très souvent absente. Le seul moyen de se faire remarquer est de rendre la vie de ses profs et de ses camarades infernale. Mais sa vie va basculer le jour où elle reçoit un coup de fil paniqué de sa mère qui lui dit de s’enfuir au plus vite de chez elle. A peine a-t-elle le temps de lui demander où elle se trouve que la ligne est coupée et qu’un homme fait irruption dans l’appartement…

A partir de là, une course poursuite à travers l’Europe va s’amorcer. Lana, aidée par Creep, un bel ado haker (vague connaissance de la mère), va tenter de percer le mystère qui entoure la disparition de sa maman tout en essayant d’échapper à ses dangereux poursuivants…

Je n’ai pas du tout, mais alors du tout accroché à ce thriller totalement improbable et plat. Rien n’est plausible là-dedans : la fille qui se fait passer pour la mère comme hôtesse, le fait qu’elle connaisse le numéro de carte bleue par coeur, que deux ados parviennent à acheter plusieurs billets d’avion au même moment à des tarifs exorbitants et qu’ils parviennent à échapper à un tueur professionnel… j’en passe et des meilleures ! Pourtant, quelque chose me dit que les collégiens apprécieront sans doute ce livre qui va à cent à l’heure et qui mêle action et suspens sur fond de romance. Sans doute suis-je une trop grande adepte du genre et donc très exigeante en la matière pour apprécier un texte aussi simpliste et peu crédible !

Haruki Murakami·Littérature japonaise·Roman

De l’autre côté du mur

Je l’ai fait ! Réussir à terminer ce mastodonte (952 pages !) avant la fin des vacances ! Une semaine tout juste pour en venir à bout ! J’aurais aimé laisser durer le plaisir mais comme des corrections de rédactions m’attendent dès demain et que je risque de ne guère toucher terre avant le 20 janvier, j’ai préféré le terminer rapidement.

Chroniques de l’oiseau à ressort, Haruki Murakami

Je crois l’avoir déjà dit mais il est quasiment impossible de résumer un roman de Murakami. Et c’est encore plus vrai quand ce roman comporte presque 1000 pages. Je vais donc faire très bref, parce que si je pars dans les méandres, ce sera incompréhensible.

Toru Okada a 30 ans et vient de démissionner d’un emploi dans un cabinet juridique.Alors qu’il est tranquillement chez lui pendant que sa femme Kumiko est au travail, il reçoit un appel étrange d’une femme qui prétend le connaître. Cependant, lui ne la reconnaît pas. Elle ne lui dit pas qui elle est mais l’informe qu’elle rappellera plus tard. Quelques instants plus tard, sa femme lui téléphone afin qu’il aille chercher le chat qui n’est pas revenu depuis deux jours. Alors qu’il s’attelle à cette tâche, il fait la rencontre de la jeune May Kasahara qui lui propose son aide. Il passe aussi devant une immense maison vide qui jouera son rôle plus tard dans l’histoire.

Quelques jours après la disparition du chat, Kumiko disparaît à son tour sans explication. Bientôt, Toru apprend de son beau-frère que sa femme avait un amant et qu’elle veut divorcer. Sous le choc, le jeune époux sent la réalité peu à peu se dilater autour de lui. Depuis le fameux coup de téléphone, des personnages plus improbables les uns que les autres entrent et sortent de sa vie comme par enchantement. Ne sachant qu’en penser et en proie à une totale perte de repères, il décide de se réfugier au fond du puits à sec de la maison vide pour réfléchir à sa situation. Il souhaite plus que tout au monde retrouver Kumiko.

Voilà pour la tentative de résumé. De nombreux récits enchâssés (passages très pointus sur la guerre entre les japonais et l’empire soviétique et sur le massacre particulièrement atroce des animaux sauvages dans un zoo chinois) viennent s’ajouter et enrichir le récit premier. Vous l’aurez sans doute compris, on retrouve tout ce qui fait la beauté et la richesse de l’écriture de Murakami dans ce roman. A peine lit-on les premières pages que nous nous retrouvons happés dans un monde onirique qui n’est plus tout à fait le notre. L’auteur nippon possède le génie de faire basculer ses personnages et ses lecteurs dans des univers parallèles, à la frontière du rêve, du fantastique et du réel. par bien des aspects, ce textes m’a fait penser à Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. La descente dans le puits qui entraîne l’entrée dans un autre monde rappelle immédiatement la chute dans le terrier du lapin et la présence sonore du mystérieux oiseau à ressort m’évoque le fameux chat de Cheshire. J’ai également débusqué de nombreux éléments qui seront développés plus tard dans la trilogie 1Q84 (les Chroniques datent de 1994 tandis que 1Q84 date de 2009) : présence d’un monde parallèle, d’âmes soeurs, idée de souillure de l’homme sur la femme, de perte et de quête… Bref, ce roman foisonnant d’une richesse et d’une poésie exceptionnelle appellera sans doute à une relecture sur un temps plus long, afin d’en savourer toutes la finesse et la complexité. Grandiose !

Je renvoie à tous les ouvrages de l’auteur chroniqués ici. Le lien se trouve dans la catégorie Haruki Murakami.

Je ne pouvais pas vous laisser sans citer deux petits passages qui ont fortement résonné en moi:

« tu sentais dans tes veines l’existence d’un sombre secret, que tu ne pouvais ignorer et qui se rappelait à toi. Voilà pourquoi tu t’es toujours sentie seule et pleine de tension dans cette maison. Tu vivais dans une angoisse diffuse, indéfinissable, exactement comme les méduses dans leur aquarium »

« Sans toi, voilà longtemps que je serais devenue folle : je m’en serais remise totalement à quelqu’un d’autre, et je serais tombée tellement bas que plus jamais je n’aurais pu redevenir normale. Mon frère a fait cela à ma soeur autrefois, et elle s’est suicidée. Il nous a souillée toutes les deux. Pour être précise, il n’a pas souillé nos corps, il a fait bien pire.

J’ai été privée de liberté, et enfermée seule dans une pièce obscure. Je n’avais pas de fers aux pieds, il n’y avait pas de gardien pour me surveiller. Pourtant, je ne pouvais pas m’enfuir. Mon frère me retenait avec des chaînes et des gardiens bien plus puissants que des geôliers extérieurs : moi-même. j’étais les fers blessant mes pieds, j’étais le sévère geôlier toujours en éveil. Naturellement, une part de moi-même voulait s’enfuir, mais, en même-temps, un autre moi débauché et lâche avait renoncé à l’idée même de fuite. La partie qui voulait s’enfuir ne pouvait avoir le dessus sur celle qui refusait, car elle était souillée physiquement et moralement […] »