Apparences trompeuses

27 Juil

Je continue dans la littérature jeunesse avec un récit d’intrigue cette fois paru aux éditions Syros.

Là où se cache le diable, Benjamin Guérif

Le jeune Adam, un garçon solitaire, vient d’emménager avec ses parents dans une maison éloignée de tout en pleine campagne. Malgré l’atmosphère sinistre du paysage environnant rendu plus glauque encore par l’hiver brumeux, Adam se plaît à découvrir son nouvel environnement dès qu’il quitte le lycée. Un soir, alors qu’il parcourt un sentier dans les sous-bois, il aperçoit une lueur intrigante, fantomatique au-dessus du sol. Peu rassuré, l’adolescent veut découvrir l’origine de ce phénomène paranormal. Pour ce faire, il va mener l’enquête dans le village et avoir le coeur net sur ce qu’est vraiment le Puits du Drac, un lieu jugé maléfique depuis des années.

Dès le départ, Benjamin Guérif introduit son lecteur dans une ambiance glaciale, nimbée d’une brume effrayante. Les descriptions – notamment les dernières qui concernent le Puits du Drac – permettent vraiment d’apporter une atmosphère angoissante et d’augmenter la tension dramatique, tout comme le point de vue interne du personnage. Ce sont vraiment les aspects du roman qui m’ont plu.

Le jeune héros auquel pourront facilement s’identifier les ados, s’il n’a pas froid aux yeux, n’en reste pas moins un garçon ordinaire, qui a du mal à s’intégrer dans son nouveau lycée et qui entre parfois en conflit avec ses parents. Par contre, ce dernier aspect aurait peut-être gagné à être affiner afin de rendre le récit plus réaliste.

Si de nombreux personnages secondaires font leur apparition, c’est celui de l’intrigante madame Rilklho, une jeune femme vivant complètement retirée du monde au fin fond de la forêt, qui est le plus développé et vient encore contribuer à rendre l’ambiance étrange. C’est d’ailleurs, sans révéler le fin mot de l’histoire, qui aidera Adam à percer le mystère du Puits du Drac et à se rendre compte qu’il faut savoir porter son regard au-delà des apparences.

Un récit prenant, à partir de 13 ans je pense pour les bons lecteurs qui n’ont pas peur des fantômes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :