Vérité nue

5 Août

Je remercie vivement mon ami JSB qui m’a offert ce livre pour mon anniversaire il y a quelques mois et permis de découvrir un auteur qui vaut le détour.

Nager sans se mouiller, Carlos Salem

Juan Pérez Pérez, divorcé, représentant dans l’industrie pharmaceutique, s’inquiète. Il doit récupérer ses deux enfants pour passer les vacances mais a peur de ne pas être à la hauteur. Pourtant, Juan n’est pas le monsieur Tout-le-monde qu’il paraît. Il est aussi Numéro Trois, un redoutable tueur à gages qui ne craint aucune situation.

Mais aujourd’hui, tout est différent. Une opération de dernière minute lui est confiée alors qu’il s’apprête à partir avec ses enfants : surveiller une future victime dans un camping de nudistes sur la côte sud de l’Espagne. Et dès le départ rien ne semble aller normalement. Déjà, il ne sait pas qui il doit surveiller. Ensuite, se retrouver totalement nu devant ses enfants et au milieu d’inconnus le rend nerveux. Puis d’étranges coïncidences se produisent. Son ex-femme s’installe avec son amant dans la tente voisine de la sienne. Il retrouve son meilleur ami d’enfance qu’il a malencontreusement rendu borgne et boiteux aux bras d’une femme fatale. Il croise un policier avec lequel il joue au chat et à la souris depuis des années ainsi qu’un rival psychopathe qui appartient à la même entreprise et qu’il soupçonne d’être là pour le tuer. Alors que Juan ne sait pas vraiment en qui il peut se fier, il se lie d’amitié avec le vieux professeur Camilleri et tombe sous le charme de la belle Yolanda. Mais peut-il vraiment leur faire confiance ?

Voilà un roman noir parfait pour l’été et ce n’est pas péjoratif. Ce n’est pas tous les jours qu’une intrigue de polar plante son décor dans un camp nudiste ! L’atout majeur de l’intrigue réside dans le fait que personne n’est réellement celui qu’il parait et que même complètement nu, chacun a encore pas mal de choses à cacher. Tout au long du roman, on suit l’évolution de notre père de famille qui se révèle peu à peu à lui-même et aux siens passant peu à peu du statut du mari et du père ringard à celui de héros. J’avoue qu’au début, j’ai délaissé l’intrigue pour m’attarder sur le caractère du personnage – je crois d’ailleurs que c’est ce que l’auteur a voulu car tout reste très flou jusqu’aux deux tiers du roman. Mais j’ai été très agréablement surprise par la toute fin qui révèle quelques rebondissements bien sentis.

Du point de vue du style, le roman est très agréable à lire dans un mode à la fois décalé, burlesque et poétique. L’auteur ne se prend pas au sérieux, s’amuse avec les codes du genre sans toutefois tomber dans la facilité et tout en livrant de profondes réflexions sur l’amour et la condition humaine.

Amateurs du genre ou non, vous ne serez pas déçus par ce roman noir totalement loufoque et bourré d’humour !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :