Meurtres en terres mongoles

3 Nov

Je remercie vivement mes parents pour m’avoir prêté ce livre.

Yeruldelgger, Ian Manook

Le commissaire Yeruldelgger doit se rendre dans la steppe à plusieurs heures de route d’Oulan-Bator. Le corps d’une petite fille vient d’être découvert par des nomades. Secoué par ce drame qui semble faire écho à son passé, Yeruldelgger promet de s’occuper personnellement de l’affaire et ramène le corps avec lui. A son retour à la capitale, il retrouve son équipe sur les lieux d’un horrible crime. Trois chinois ont été sauvagement assassiné, horriblement mutilés, des étoiles gravées à la lame de rasoir sur la peau. Le lendemain, deux femmes sont retrouvées pendues, les parties génitales des chinois fourrées dans la bouche.

Entre ces meurtres sordides et l’affaire de la fillette, Yeruldelgger devra aussi faire face à ses démons et affronter son supérieur hiérarchique, un jeune arriviste qui passe son temps à lui mettre des bâtons dans les roues. Bientôt, ses recherches vont le lancer sur la piste d’un groupuscule néo-nazi. Mais au-delà de fous furieux nationalistes, notre commissaire pourrait mettre le doigt sur une organisation bien plus importante et qui lui feront remonter des pistes aussi vastes que celles traversant les terres sauvages de Mongolie.

Voilà un polar qui sort des sentiers battus. Dès le départ, le dépaysement est effectivement de mise avec de sublimes descriptions de la steppe mongole. Pour son premier roman, Ian Manook fait preuve d’un don particulier pour la description en parvenant à faire voyager son lecteur dans un univers fort peu connu. Le travail de documentation sur les coutumes mongoles est remarquable. Si les intrigues s’entremêlent de façon complexe, le lecteur n’est cependant jamais perdu et tout finit par se recouper de façon logique. En ce qui concerne le personnage principal, Ian Manook exploite à fond des ficelles du genre qui ont fait leurs preuves avec son commissaire ancien héros, ravagé par une terrible histoire personnelle. Yeruldelgger va être poussé dans ses plus profonds retranchements au cours de son enquête, mais ce sont justement ces failles qui lui permettront de résoudre les crimes et de renouer avec ses racines. Quant au rythme – car on pourrait prendre peur de l’épaisseur du livre : plus de 600 pages tout de même ! -, il est vraiment palpitant, notamment grâce aux très courts chapitres et aux nombreux rebondissements qui alternent avec les magnifiques descriptions qui viennent jouer un grand rôle dans l’intrigue.

J’ai vraiment pris plaisir à lire ce roman qui a réussi l’exploit de me faire voyager très loin. J’attends une suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :