Archive | février, 2017

Vie libre

28 Fév

Aujourd’hui, je vous présente le deuxième des quatre romans que m’ont gentiment fait parvenir les éditions du Muscadier.

Les mains dans la terre, Cathy Ytak

9791090685703_frame-165x250Mathias est un jeune homme qui a tout pour être heureux, en apparences du moins : étudiant brillant, parents très aisés qui financent ses études supérieures et lui offrent des vacances à l’autre bout du monde dans des hôtels luxueux… Cependant, Mathias ne se sent pas à sa place dans cette vie que lui ont tracée ses parents, dans cet univers superficiel où l’argent règne en maître et où tous les coups sont bons pour écraser son prochain afin de s’enrichir davantage. Lors d’un voyage au Brésil, il se rend compte à quel point il refuse de participer à accroître les inégalités en reprenant l’entreprise de son père qui profite de la crise pour générer des bénéfices records sur le dos des plus pauvres. Grâce à une statuette en terre cuite rapportée de son séjour, il va trouver le courage de s’affirmer contre la volonté de ses parents, le courage de choisir de mener sa vie comme il l’entend et d’acquérir une richesse qui ne s’acquiert avec aucune monnaie : le bonheur.

Je n’irai pas par quatre chemins : j’ai adoré ce court roman. Vraiment. Par tous les messages qu’il parvient à faire passer en cinquante pages. Ça commence par un message de tolérance et d’ouverture d’esprit. Mathias est homosexuel. Même si ce thème demeure assez sous-jacent, on sent que le personnage a dû se battre pour faire accepter cette différence à ses parents, pour imposer ce choix qui ne va pas forcément dans le sens de ce que la société juge moral ou convenu. Un message économique et politique ensuite. Avec une critique du système capitaliste où des patrons richissimes sont prêts à tout pour étendre leur fortune et n’hésitent pas à piétiner ceux qui n’ont déjà que peu de choses pour ce faire. Une véritable leçon de vie et de courage enfin. Avec le refus de Mathias de prendre l’orientation professionnelle qui a été choisie pour lui. Avec sa prise de conscience sur la réalité de la vie hors de sa prison dorée. Prise de conscience également que l’argent ne fait pas le bonheur, loin de là. Que la véritable richesse est celle du cœur et de l’âme. Que vivre de ses passions – même si elles rapportent peu d’argent – rend immensément riche car cette vie apporte un bonheur inestimable. Que vivre avec le strict minimum dans une vieille bicoque mais entouré d’amour, en assumant ses convictions, en existant en parfaite harmonie avec ses choix et sa morale, vaut largement plus que tout l’or du monde qui n’est que richesse superficielle et qui recouvre bien souvent d’un film doré une grande pauvreté spirituelle et un cœur immensément vide. Gros coup de cœur !

Publicités

Mort sur le Nil

26 Fév

Merci aux Editions du Seuil pour leur confiance renouvelée.

Les ombres du désert, Parker Bilal

123808_couverture_hres_0Makana, détective privé, est embauché pour filer Maître Ragab, un avocat reconnu, soupçonné d’adultère par sa femme. En réalité, loin de se rendre auprès d’une maîtresse, l’homme se presse au chevet d’une jeune femme, Karima, brûlée vive. Cette dernière finit par succomber à ses horribles blessures et l’avocat demande au privé qu’il a démasqué de faire la lumière sur ce qu’il pense être un meurtre alors que la police conclut à un accident. Pour Ragab, le père de la victime, un djihadiste en cavale, est sans doute responsable de ce crime atroce. Quelques mois après le choc du 11 septembre, alors que les Israëliens assiègent Ramallah, notre privé se rend à Siwa, oasis à la frontière libyenne, afin de se renseigner sur la famille de Karima. Mais alors qu’il se confronte à des autorités locales peu désireuses de collaborer, deux cadavres sont retrouvés et Makana se voit bientôt accusé de ces deux meurtres barbares…

Pour ne rien vous cacher, j’ai eu du mal à me plonger dans ce roman. L’enquête met un peu de temps pour démarrer à mon goût. Est-ce dû au fait que ce roman soit le troisième d’une série ? Je ne pense pas. D’ailleurs, l’intrigue finit par se mettre en place et une fois installée, on oublie vite les petites lenteurs initiales. Le lecteur est transporté dans le désert égyptien et l’atmosphère de tension politique est très bien rendue par l’auteur. Mais ce que j’ai le plus aimé dans ce roman, c’est l’apparition d’un personnage féminin fort, Zahra, membre d’une association pour la protection des droits des égyptiennes. Une voix importante qui permet d’évoquer la condition des femmes dans des pays islamiques. Et rien que pour cela, ce roman vaut vraiment le détour.

Malaise au collège

23 Fév

Je remercie très chaleureusement les éditions Le Muscadier pour l’envoi de ses dernières parutions. Je commence mes lectures par ce court roman jeunesse évoquant le sujet sensible de la phobie scolaire.

Phobie, Fanny Vandermeersch

9791090685789-754x1024Sophia vient de rentrer en 6ème. Brillante, elle a toujours obtenu d’excellentes notes sans efforts. Mais son arrivée au collège va bientôt se révéler un véritable calvaire. Ses meilleures amies la délaissent peu à peu pour se lier à des filles plus « populaires » ; son esprit étant préoccupé, ses notes baissent, malgré un travail soutenu ; le moindre contrôle et le simple fait d’aller en classe devient une source d’angoisse intense… Bientôt, elle ne parvient plus à se rendre au collège. Plusieurs mois vont passer avant qu’elle n’ose mettre des mots sur son mal-être et que son entourage décèle qu’elle souffre de phobie scolaire.

Je vais être très franche. Lorsque j’ai découvert ce roman, j’étais vraiment sur la réserve. A cause du titre. A cause de ce symptôme auquel on a donné le nom de « phobie scolaire » alors que l’école n’est pas, à mon sens, le véritable centre du problème. Heureusement, ce livre rédigé par une collègue de français et qui se clôt par une annexe très bien renseignée montre à quel point ce trouble que développent de nombreux adolescents ne résulte pas tant d’un problème avec l’école que de divers facteurs dont le harcèlement et les problèmes familiaux. L’école n’est que le lieu où se manifeste le malaise et qui agit comme un révélateur des maux de l’adolescent. Comme dans toute problématique, le meilleur moyen de trouver une solution reste la parole. Et c’est là que les adultes ont un rôle à jouer dans l’attention qu’ils portent aux enfants et surtout en faisant en sorte que ceux-ci puissent venir se confier sans crainte d’être jugés. Un ouvrage à mettre entre toutes les mains, adolescents, parents, professeurs, afin de mieux déceler et prendre en compte ce trouble qui demeure encore tabou.

Instantanés

21 Fév

Je remercie chaleureusement Michel Brignot, dont le dernier ouvrage Humeurs d’alambic vient de paraître, pour m’avoir fait découvrir le recueil dont je vais vous parler aujourd’hui.

Renaissances, recueil collectif – Souffle court éditions

couv-renaissances1Toujours délicat de présenter un recueil de nouvelles, surtout lorsqu’il s’agit d’un recueil collectif. Car même si souvent – et c’est le cas ici – un thème est imposé, chaque auteur possède son propre style, un univers personnel bien défini. Renaissances n’échappe pas à la règle. Vingt deux auteurs ont été conviés à laisser libre cours à leur imagination à partir de cinq clichés choisis par cinq femmes photographes. La volonté de l’éditeur était de célébrer les 250 ans de la naissance de Nicéphore Niepce, l’inventeur de la photographie, par le biais de cette expérience artistique peu commune. Pour reprendre les termes de Philippe Vieille, l’éditeur, en quatrième de couverture : « Une photographie c’est bien plus qu’une image, c’est un jalon posé sur le rebord du temps. C’est beaucoup. Le temps d’un cliché, le futur se conjugue au passé. Il y aura un avant et il y eut un après. Prendre, regarder, afficher une photo c’est se jouer du temps qui passe, c’est à la fois conserver la fugacité de l’instant et le concentrer en émotions. L’écriture elle aussi permet de faire renaître le temps, de le réanimer, de le sublimer […] » La nouvelle, par sa brièveté, me semble la forme littéraire la plus apte à capter l’instantanéité de la photographie. Le thème de la renaissance choisi ici est également porteur de cette idée d’instant. Car s’il existe différents moyens de renaître, que certains peuvent apparaître comme de lents processus, le résultat est quant à lui instantané. Que ce soit cette femme qui découvre que son mari la trompe avec sa meilleure amie et qui emploie toute sa douleur et sa colère à s’effacer du monde avant de renaître sous l’objectif d’un photographe ou ce jeune Steve qui prend conscience après des nuits d’errance, perdu dans les abîmes de la drogue, que sa vie peut encore avoir un sens, chaque personnage de ces vingt deux nouvelles va renaître à lui, éclore à la vie, à l’amour. Mon seul regret : que les clichés qui ont initié les nouvelles ne soient pas présents dans le recueil. Cela dit, cette absence m’a permis de faire travailler mon imagination pour tenter de concevoir à quoi pouvait ressembler les photographies d’origine. Je vous invite à découvrir et à savourer ce recueil inspiré et inspirant – qui n’est pas sans me rappeler Les vies minuscules, un roman de Pierre Michon – , dans un format très agréable à manipuler.

 

 

 

Au-delà des murs

17 Fév

Une fois n’est pas coutume, je viens vous parler de mon tout premier roman : Cris invisibles.

Pas évident de parler de son propre roman. Impossible d’être objectif. Et trop modeste et réaliste pour vous dire que c’est un excellent roman. Alors je vais faire simple et retranscrire la quatrième de couverture que j’ai rédigé.

Cris invisibles – Autiste et hyperactive, l’histoire de deux enfants hors du commun, Laurine Mondon

cris-invisibles-autiste-et-hyperactive-lhistoire-de-deux-enfants-hors-du-communAlors qu’il devrait s’amuser avec les enfants de son âge, Pierre préfère observer les papillons et rester seul. Sa mère aimerait le voir rire comme les autres mais c’est impossible. Le jeune garçon présente des troubles autistiques et ne peut pas communiquer.

Mathilde, jeune institutrice accablée par des névroses qui l’empêchent de trouver le sommeil, ne sait plus comment gérer Annabelle, une des ses élèves. L’enfant, véritable tornade, est tourmentée au point de rendre sa vie et celle de ses proches infernale.

Trois existences enfermées derrière des murs de silence, d’angoisse et de non-dits, trois destins qui vont se croiser… Parviendront-ils à casser les barreaux de leur propre prison et à vivre enfin pleinement ? Leur sensibilité exacerbée et leurs différences pourront-elles les aider à s’épanouir ?

Dans ce premier roman, j’ai choisi d’aborder des thèmes qui me sont chers. L’autisme – qui reste encore méconnu du grand public et peu traité dans la littérature -, mais encore les rapports mère-enfant et les problèmes de communication au sein de la structure familiale. Pour cela, j’ai décidé de croiser trois destins : celui de Pierre, enfant autiste, d’Annabelle, enfant hyperactive et de Mathilde, institutrice névrosée. J’ai aussi focalisé mon attention sur les mères des deux enfants en insistant sur leur force de caractère.

La chronologie n’est pas linéaire, surtout au départ, les analepses permettant d’éclairer la situation présente des personnages.

Si le roman peut apparaître comme sombre au début, la fin est volontairement lumineuse, afin de montrer au lecteur que si l’on parvient à briser les murs de sa propre prison, une vie meilleure est possible.

En espérant que ce premier roman saura vous séduire… Il est en prévente sur le site des Editions Kawa à ce lien. il sera très prochainement disponible sur Amazon puis dans toutes les librairies sur commande. N’hésitez pas à me laisser des messages pour de plus amples informations.

Romance made in Japan

14 Fév

American dream

12 Fév

Je tiens à remercier les jeunes éditions TohuBohu pour m’avoir fait parvenir une de leurs nouveautés de leur première rentrée de janvier. Je vous encourage à aller découvrir cette nouvelle maison.

SWOOSH, Lloyd Hefner

swoosh-couv-1New-York. Début des années 90.

La narratrice est jeune, belle, intelligente, noire mais ça ne se voit pas. Elle aime l’argent et n’a aucune morale. La journée, elle étudie la finance. La nuit, elle vend de la coke a des clients aisés. Elle partage son appartement avec Ike, un prof d’aérobic  noir – pour qui ça se voit – surdimensionné qui ne passe pas inaperçu, qu’elle connait depuis l’enfance.

Lorsque le frère de Ike est retrouvé mort des suites d’une overdose provoquée, les deux amis décident de mener l’enquête que ne se souciera pas d’effectuer la police. Nos jeunes gens vont alors basculer dans un univers encore plus violent que celui dans lequel ils ont grandi…

Roman coup de poing, conçu à la manière d’un scénario avec des indications de lieux pour chaque chapitre qui sont en réalité des scènes et des références musicales très éclectiques qui viennent servir de bande-son à une écriture brutale, très visuelle et auditive, riche en jeux typographiques et en onomatopées, qui colle parfaitement à la violence du propos. L’univers dans lequel évoluent nos jeunes amis n’est pas sans rappeler celui du narrateur d’American psycho de Bret Easton Ellis. Un monde où drogue et argent règnent en maître, où les êtres dépourvus d’âme ne sont que des consommateurs et des publicités ambulantes pour des marques omniprésentes, où la consommation et le paraître ont remplacé toute forme de morale… Si vous êtes, comme moi, amateurs de littérature légèrement trash, non conventionnelle et qui a des choses à dire sur la société, alors nul doute que vous serez conquis par Swoosh !

Femmes à l’honneur

5 Fév

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler d’un livre mais d’un prix littéraire bien particulier, dont la mission me tient à cœur,  qui a pour but de soutenir et faire connaitre une littérature féminine de qualité. Le Prix de la Closerie des Lilas, qui fête ses 10 ans cette année, se compose d’un jury permanent et d’un jury invité qui rassemble des femmes issues du mondes des lettres, des arts, de la presse, des sciences et de la politique. Claude Lelouch sera le président d’honneur de cette édition 2017.

soiree-prix-closerie-lilas-2016-004-copie

Cette année, les invitées seront : Lydia Bacrie, Victoria Bedos, Bérénice Bejo, Claire Chazal, Catherine Clément, Diane von Furstenberg, Emmanuelle Devos, Daniela Lumbroso et Orlan qui viendront compléter les membres du jury permanent :Emmanuelle de Boysson (journaliste Version Fémina, romancière), Adélaïde de Clermont-Tonnerre (Point de Vue, romancière), Carole Chrétiennot (cofondatrice du Prix de Flore), Stéphanie Janicot (Muze, romancière), Jessica Nelson (Editions des Saints Pères, romancière), Tatiana de Rosnay (romancière).

Une première sélection de 7 romans a été établie :

Apatride de Shumona Sinha, Éditions de l’Olivier
Hadamar de Oriane Jeancourt Galignani, Éditions Grasset
Les parapluies d’Erik Satie de Stéphanie Kalfon, Éditions Joëlle Losfeld
Par amour de Valérie Tong Cuong, Éditions J.C. Lattès
Peggy dans les phares de Marie-Eve Lacasse, Éditions Flammarion
Pour que rien ne s’efface de Catherine Locandro, Éditions Héloïse d’Ormesson
Trois saisons d’orage de Cécile Coulon, Éditions Viviane Hamy

Une seconde liste sera rendue publique le 21 mars prochain. Tous les romans sélectionnés sont issus de la rentrée littéraire de janvier 2017.