Littérature jeunesse·nouveauté·psychologie·Roman

Le Dragon

Bonjour ! Je reviens avec un roman jeunesse qui traite avec tact d’un sujet délicat. Il est paru aux éditions Macha dans la collection Instant T.

Le masque de père, Louison Nielman

le-masque-de-pereCélesta a onze ans lorsqu’elle est emmenée dans un foyer pour enfants, loin de ses parents. La jeune fille n’est plus en sécurité chez elle. Plus les mois passaient et plus son père lui faisait peur, s’en prenant d’abord verbalement à sa mère, la menaçant, puis passant aux violences physiques. Céleste s’en veut d’avoir parlé et se sent coupable d’avoir laissé sa mère avec celui qu’elle considère maintenant comme un dragon. Qui sait de quoi il est capable ? Elle aimerait tant pouvoir la retrouver. Pourquoi lui interdit-on de la voir ?

« Céleste restait parfois serrée très fort contre sa mère, qui tentait d’ouvrir tous les parapluies anti-folie contre son mari. La rancœur, la tristesse, la haine grandissante étaient leurs bourreaux, qui les hantaient, les étouffaient, elles ne pouvaient s’en libérer. […] elles se laissaient humilier, rabaisser plus bas que terre, pour se protéger ».

L’autrice, psychologue, aborde avec finesse le thème des violences conjugales et familiales à travers ce roman destiné aux enfants à partir de onze ans. J’ai vraiment apprécié ce livre d’une grande maturité, qui traite d’un sujet délicat sans tomber dans le larmoyant. L’écriture est douce, presque poétique, la narration est fluide, faite d’allers et retours entre le moment présent et les événements traumatiques du passé de la jeune protagoniste. On perçoit l’ambivalence des sentiments de l’enfant, perdue entre l’amour pour son père et la peur ressentie lorsqu’il revêt son masque de monstre, perdue également entre l’amour pour sa mère, sa volonté de l’aider et l’incompréhension quand cette dernière refuse de se sauver et de protéger sa fille. On voit comment le mécanisme de la violence d’abord psychique puis physique opère insidieusement dans cette famille qui ressemble à toutes les autres vue de l’extérieur. J’ai trouvé que les sentiments de Céleste étaient vraiment bien travaillés, en présentant une palette complexe, allant de la colère à l’injustice en passant par la peur, l’amour et la culpabilité. Loin d’être complètement sombre, ce roman laisse aux jeunes lecteurs un message d’espoir et leur permettra aussi de s’exprimer s’ils sont victimes ou témoins de ce genre de violences. A ce propos, le livre contient toutes les informations, liens et numéro utiles à la fin. Une très bonne surprise !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s