Search results for 'bussi'

Meurtres au paradis

6 Juil

J’avais offert ce livre en cadeau pour la fête des mères.

Le temps est assassin, Michel Bussi

9782258136700Eté 2016. 27 ans après l’accident de voiture dans lequel ses parents et son frère ont trouvé la mort et duquel elle est sortie miraculeusement vivante, Clotilde revient avec son mari et sa fille ado, à l’endroit exact où elle-même passait ses vacances en famille en 1989, dans un endroit paradisiaque en Corse, sur la presqu’île de la Revellata. En revenant pour la première fois sur les lieux de l’accident, la jeune femme cherche à exorciser le drame vécu et à se rapprocher de sa fille qui a exactement le même âge qu’elle en 1989, 15 ans. A cette époque, Clotilde était une jeune fille rebelle en apparence mais qui tenait sérieusement le journal de bord secret de ses vacances. Mais rien ne va se passer comme prévu pour Clotilde. Juste après son arrivée sur l’île de beauté, elle reçoit une lettre signée de sa mère sensée être morte depuis 27 ans. Elle revoit également l’homme dont elle était amoureuse lorsqu’elle avait 15 ans. Alors que les fantômes du passé semblent refaire surface les vivants cherchent à enterrer des secrets pourtant déjà bien enfouis. Et si l’accident avait été prémédité ?

Je n’avais pas vraiment accroché au dernier Bussi lu N’oublier jamais que j’avais trouvé très invraisemblable. Si j’avoue m’être fait prendre au jeu par cette histoire familiale sur fond azur d’une Corse envoûtante pendant les deux tiers du roman, j’ai a nouveau été déçue par la fin et de nouvelles invraisemblances  fantomatiques. Et c’est vraiment dommage car sur la forme, il est plutôt plaisant de découvrir le journal de l’ado qu’était Clotilde en parallèle avec le récit des vacances de l’adulte qu’elle est devenue et de constater l’évolution de chacun des personnages. L’intrigue est également bien menée et laisse une bonne part au suspens. J’ai également apprécié le ton humoristique de l’ensemble. Mais nous y revenons, les incohérences ou invraisemblances sont bien présentes. Deux personnages qu’on croyait morts et enterrés faisant leur réapparition, c’est un peu gros. Tout comme la vengeance prémédité envers un innocent pour sauver l’honneur d’un coupable qui n’a jamais été le moins du monde soupçonné… Je n’en dirai pas plus car malgré tout le roman se laissera fort bien lire sur une jolie plage cet été. Faites quand même attention sur les routes de Corses, vérifiez vos freins et votre direction 😉

Publicités

Cours toujours !

17 Août

Je remercie mon papa qui m’a prêté ce livre !

N’Oublier jamais, Michel Bussi

Jamal est un sportif hors du commun. Certes, il pratique la course à pied comme des millions de personnes, ce qui, en soi, n’est pas franchement extraordinaire… Ce qui l’est, en revanche, c’est son objectif : participer à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, une des courses les plus difficiles au monde. D’autant que Jamal n’a qu’une jambe !

Le jeune homme est en train de s’entraîner à Yport, du côté d’Etretat, lorsque qu’un matin il aperçoit une jeune femme à la robe totalement déchirée complètement paniquée au bord d’une falaise. Son visage ne le laisse pas indifférent. Pas seulement à cause de son maquillage qui a coulé à force de pleurer mais parce qu’il est magnifique. Mais Jamal n’a pas le temps de se perdre en rêveries. Trente seconde plus tôt, il a ramassé une belle écharpe rouge qui traînait. Il l’envoie à la fille pour qu’elle s’accroche et s’éloigne du vide. Mais celle-ci, en l’attrapant, se laisse tomber dans le précipice…

Moins d’une minute plus tard, Jamal la retrouve écrasée sur la plage. Deux autres témoins ont assisté à la chute. Mais en regardant le corps, Jamal, sous le choc, s’aperçoit d’un détail : l’écharpe rouge est enroulée autour du coup de la victime ! Comment est-ce possible ??

Dès lors, le capitaine Piroz va mener l’enquête. Jamal est d’abord convoqué comme simple témoin. Mais dès sa première audition, il sent qu’on ne croit pas à sa version des faits. Pour les flics, il ne s’agit pas d’un suicide mais d’un meurtre. Et pas d’un seul meurtre. Dix ans auparavant, deux jeunes femmes ont été retrouvées tuées dans les mêmes conditions : strangulation avec une écharpe rouge et viol préalable. Jamal ne sait pas pourquoi, mais on cherche à lui coller tous les crimes sur le dos. Et le fait d’être certains de ne jamais avoir violé personne n’y change rien. Se sentant victime d’une horrible machination, il prend la fuite bien décidé à prouver son innocence. Mais est-il vraiment innocent ???

Le roman commençait bien. L’intrigue de départ est intéressante et on ne s’ennuie pas une seconde en lisant. Sauf qu’arrivée à la moitié du livre, j’ai eu l’impression que l’auteur n’avait pas trop su comment extirper son héros des embrouilles dans lesquelles il était plongé. Du coup, les deux-cent cinquante pages qui suivent sont quelque peu abracadabrantesques. On ne pourra pas reprocher à l’auteur son manque d’inventivité. Mais trop, c’est trop ! Jusqu’aux ultimes rebondissements, c’est trop ! Je ne peux évidemment pas dévoiler les ressorts d’un policier mais l’intervention d’une association de soutien aux victimes qui cherche à se faire justice elle-même en inventant un scénario digne d’un film à gros budget, ça vire au n’importe quoi ! Et en plus, c’est prétentieux ! Du style, relevé à deux ou trois reprises dans le livre, et même si c’est mis dans les paroles des gendarmes ou du héros : « voilà une histoire digne d’un excellent polar, les éditeurs s’arracheraient le manuscrit s’il était publié » – j’exagère à peine ! En conclusion, pas très convaincant !