Search results for 'bye bye blondie'

Rock un jour…

11 Oct

Aujourd’hui, je vous présente le premier tome d’une trilogie que je voulais lire depuis un moment. Mon chéri m’a fait la surprise de m’offrir les deux premiers volumes parus en poche. Je n’ai lu que le premier pour l’instant mais je sais déjà que l’attente sera longue avant la sortie du troisième sous le même format !

Vernon Subutex – Tome 1, Virginie Despentes

vernon-subutex-tome-1-9782253087663_0Vernon a la cinquantaine. Pendant des années, il a été disquaire. Mais la crise est passée par là et la révolution numérique aussi. Du coup, Vernon a dû fermer boutique. Les deux premières années qui ont suivi la fermeture, il parvient à vivre tranquillement du RSA et de la vente sur le net des dernières pièces de son magasin. Il profite de son temps libre comme il l’entend. Mais peu à peu, les choses vont se compliquer financièrement. D’autant que l’homme n’est pas du genre à apprécier les formalités administratives. Il lui devient difficile de payer son loyer. Heureusement, un ami de jeunesse, Alex Bleach, chanteur à succès, lui vient en aide et règle la note pour lui. Mais quand Alex est retrouvé mort dans une chambre d’hôtel, l’univers de Vernon s’effondre. Les loyers impayés s’accumulent et l’huissier ne tarde pas à débarquer et à l’éjecter. C’est la descente aux enfers pour notre amoureux du rock qui, de divans en canapés d’amis, va bientôt se retrouver à la rue.

Comme je l’ai écrit en introduction, j’ai hâte que le troisième opus sorte en poche avant même d’avoir lu le deuxième ! C’est dire à quel point j’ai aimé le premier tome ! J’ai vraiment été happée par cette odyssée moderne, cet homme qui se retrouve exilé de chez lui, mis au banc de la société et même de sa propre vie. Le style de Despentes, incisif, sert parfaitement cette chronique de la société moderne. Un kaléidoscope de personnages s’articule autour du personnage principal et donne à voir divers types sociaux très bien travaillés. Certains diront caricaturaux peut-être mais c’est assumé et on s’y croirait. Notre monde contemporain est décortiqué à merveille, la satire, mêlant humour et cynisme, est impeccable. Chacun des personnages secondaires qui gravite autour de Subutex fait progresser l’intrigue. Rien n’est laissé au hasard, tout est en lien. A tel point que de comédie humaine on finit par se croire dans un polar. L’auteur de Bye bye Blondie nous offre une véritable pépite. C’est bien la raison pour laquelle je suis si pressée de lire la suite ! Mais je vais me montrer un peu patiente avant d’entamer le deuxième tome pour ne pas avoir à attendre trop longtemps le dernier… Bon, en attendant, je vais me lancer dans un polar… Mais j’ai vraiment hâte de vous présenter la suite. Remarquez, ça vous laisse le temps de le lire !

Publicités

Amour maladif

10 Nov

Je savais que je ne pourrais pas tenir très longtemps sans écrire de chroniques après mes lectures. Me revoici donc !

Bye Bye Blondie, Virginie Despentes

Adolescente rebelle et surtout complètement paumée, Gloria est internée en hôpital psychiatrique après une violente incartade avec son père. Dans ce lieu hors du temps et du monde, presque dépourvu d’humanité, elle va faire la rencontre de sa vie. Celle d’Eric, jeune fils de bonne famille, aussi perturbé qu’elle. Bientôt, la punkette brut de décoffrage et le gentleman bourgeois deviennent, contre toute attente, inséparables. Quelques mois après leur sortie de l’HP, ils fuguent tous les deux pour vivre leur amour librement, de squats en squats, clochardisant, hors de tout préjugés sociaux. Mais voilà, la réalité les rattrape bientôt et la vie les sépare. Jusqu’à ce que leurs chemins se croisent vingt ans plus tard. Eric est devenu un présentateur télé célèbre tandis que Gloria, RMiste,végète et vient de se faire larguer une fois de plus, se retrouvant donc à la rue, une fois de plus…

Pas aisé de pénétrer dans l’écriture plus qu’agressive de Despentes qui semble vouloir faire fuir le lecteur. Pourtant, si l’on s’accroche, on est vite happé par ce style hargneux, sauvage, par cette écriture nerveuse et crue qui reflète magnifiquement le caractère de l’héroïne, personnage déchiré, aussi détestable qu’attachant. Gloria en veut à ses parents, à la société, aux bourgeois, au monde entier mais s’en veut à elle-même avant tout et ne parvient pas à sortir de sa spirale infernale d’autodestruction. La rencontre avec son amour de jeunesse, avec celui qu’elle a tant aimé mais qui l’a tant fait souffrir pourrait peut-être l’aider à trouver la voie de l’apaisement. Pourtant, ce bonheur retrouvé va se révéler de plus en plus précaire tant la jeune femme ne se sent pas à sa place dans un monde d’apparences où l’on ne peut se montrer sous son véritable jour. Eric sera-t-il assez fort pour contenir ses angoisses et l’empêcher de se jeter dans le gouffre tête la première ?

J’ai vraiment aimé ce roman d’amour et de quête personnelle, sorte de Roméo et Juliette grunge; Je vous livre ici deux extraits pour vous donner une idée du style et surtout envie de découvrir la fin ou le commencement de cette histoire de coeur, bien éloignée des contes de fée.

Gloria a 16 ans et attend désespérément des nouvelles d’Eric :

« Chaque réveil était insupportable, juste après la première minute d’inconscience. Puis, c’était devenu rituel, elle se faisait la réflexion, « Tiens, je vais bien ce matin » et aussitôt, ça lui revenait, pourquoi elle irait mal.Cadavre de bête pesant des tonnes couchée en travers de son corps, elle suffoquait tout en couvant une panique à griffes longues, bestiole pénétrée dans sa gorge et qui voulant sortir lui défonçait les parois intérieures. Accès de rage comme elle n’en avait jamais connu, qui la faisait grogner, animal blessé aveuglé par son sang, elle suffoquait renâclait crachait son manque et son angoisse, son dos brisé la clouait au lit. Ensuite, chaque fois qu’elle lirait le témoignage d’un junkie décrochant à la dure, ces jours-là se rappelleraient à elle. Sauf que dans les descriptions de sevrage, il n’y avait pas cette haine phénoménale, retournée contre elle-même aussi bien que le premier venu. »

Vingt ans plus tard, Gloria et Eric se sont retrouvés mais sauront-ils préserver leur amour ?

« Une fille qu’on rencontre en HP n’est pas une fille qui rend heureux. Il voulait jouer contre le reste du monde, avoir raison contre toutes les évidences, il pensait que c’était ça l’amour. Il voulait prendre ce risque, avec elle, et qu’ils arrivent sur l’autre rive, sains et saufs. Mais il réussissent juste à s’entraîner au fond. Il est temps de renoncer… »

Le livre a été adapté au cinéma avec Béatrice Dalle et Emmanuelle Béart à l’affiche.