Search results for 'sexy teddies'

Rousses et blondes glorifiées !

31 Jan

Je tiens encore à remercier ici chaleureusement Sébastien Hubier, l’auteur de ce charmant essai, qui m’a fait parvenir tout récemment son ouvrage dédicacé.

Jeunes et blondes rousseurs, Sébastien Hubier

Après son excellent Sexy teddies, paru en 2013 dans la même collection Boderline aux éditions Le Murmure, Sébastien Hubier s’intéresse cette fois à la représentation de la blondeur et de la rousseur dans toutes leurs nuances à travers les époques et les arts. Si la blonde rousseur est souvent associée dans l’imaginaire collectif à la douceur, à l’enfance et par extension à un idéal de pureté, l’auteur nous montre – nombreux exemples à l’appui (de Messaline à Maryline Monroe) – qu’il ne faut pas se fier à cette apparence angélique. En effet, nous apprendrons que cette nuance serait apparue au cours de l’ère glaciaire du Quaternaire comme un moyen de séduction pour se démarquer et attirer les rares mâles disponibles en se démarquant de la coloration brune (selon Peter Frost). Depuis, cette couleur de cheveux n’a cessé de jouer son rôle de pôle d’attraction si je puis m’exprimer ainsi et les artistes de l’Antiquité à nos jours se sont plu à chanter les louanges tantôt de blondes innocentes tantôt de rousses mutines. Ces dernières n’ont par ailleurs pas toujours été en odeur de sainteté, notamment au Moyen-âge où la rousseur était non seulement un signe de sorcellerie mais aussi de sexualité débridée. Ce qui donc était condamné en ces temps plus qu’obscurs placés sous le joug d’ecclésiastiques effrayés par le corps est au contraire mis en valeur et devient véritable phénomène de mode – voire une marchandise – dans notre société hypermoderne.

Les blondes ne sont-elles pas des anges ?

Un essai pour les blondes mais pas que !

Je mets fin ici à un résumé qui ne peut se révéler que médiocre en considération de la richesse de ce savoureux petit opuscule fort bien documenté. Blondes, rousses ou simples esthètes, vous apprendrez beaucoup sur ces colorations qui se révèlent en fait être bien davantage que de simples nuances capillaires.

Publicités

« Tendre bestialité »

12 Jan

Je n’ai pas résisté longtemps à l’envie de découvrir les ouvrages reçus hier grâce aux éditions du Murmure et à Libfly que je remercie encore.

Sexy teddies, Sébastien Hubier

Dans cette collection Borderline qui a vocation à mettre en avant des thèmes relevant de la pop culture ou considérés à la marge car « osés », Sébastien Hubier (auteur de Douces fessées, plaisantes caresses dans la même collection) s’attache ici à l’érotisation du célèbre Teddy Bear dans notre société postmoderne. Avant de considérer les représentations actuelles de jeunes nymphes dans des positions lascives tenant leur ours en peluche, l’auteur nous rappelle la pensée de Georges Bataille qui dans Larmes d’Eros en 1961 distinguait l’animal de l’homme en ce que le premier « ignore l’érotisme » pendant que le second nie le naturel en lui c’est-à-dire ce qui le rapproche de l’animal. Pourtant, comme le souligne Sébastien Hubier en s’appuyant sur l’exemple des représentations de la pilosité qui hésitent entre répulsion et sublimation, « tout en dissociant humanité et bestialité, l’érotisme met en jeu notre part d’animalité pour la détourner ».

A partir de là – l’auteur ne m’en voudra pas trop, je l’espère, de prendre des raccourcis – on ne s’étonnera pas de constater que l’animal – et l’ours en particulier – est depuis très longtemps associé aux représentations érotiques (on apprend, par exemple, que de nombreux rites populaires liés au folklore nuptial mettent en scène le rapt de jeunes filles par des hommes-ours). Si bestialité et violence apparaissent étroitement liées à la sexualité,ce ne semble plus forcément le cas dans les représentations actuelles. En effet,  à l’heure de la mode du cocooning, l’ours en peluche vient adoucir les images érotiques d’une société postmoderne pourtant hypersexualisée et les photographies de jeunes mannequins ou actrices dénudées en compagnie de peluches dans des postures et tenues suggestives peuplent les magazines répondant ainsi à la demande de sexe, de jeunesse et réassurance dans un monde angoissant.

Voilà donc un petit ouvrage très documenté et riche d’enseignements  sur les thèmes de l’érotisme et de la bestialité qui parvient à donner à réfléchir sur notre société actuelle. A découvrir !

Sexe et vidéo !

11 Jan

SONY DSCJe remercie très chaleureusement les éditions Le Murmure et Libfly de m’avoir envoyé deux des derniers opus de leur toute nouvelle et très belle collection Borderline mettant la pop culture à l’honneur.

Au programme des prochains jours, le Sexy teddies de Sébastien Hubier et le Snuff movies – naissance d’une légende urbaine d’Antonio Dominguez Leiva et Simon Laperrière.

Connaissant les auteurs, je sens que ces lectures seront des plus enrichissantes !