Archive | bit-lit RSS feed for this section

Naissance d’un papillon

20 Mar

Je remercie mes parents pour m’avoir prêté ce livre.

Les ailes d’émeraude, Alexiane de Lys

les-ailes-d-emeraude-tome-1-574746Alors qu’elle n’est encore qu’une petite fille, Cassiopée est victime d’un terrible accident de voiture dans lequel sa mère trouve la mort. Seule au monde, elle se retrouve dans un orphelinat. Bien qu’elle se sente heureuse auprès des autres enfants qui constituent sa famille, la jeune femme doit quitter les lieux à ses 18 ans, comme le stipule le règlement. Mais dès sa sortie, elle sent que quelque chose cloche. Elle a la désagréable impression d’être suivie…

Très vite, sa vie va basculer. De dangereux hommes sont à sa poursuite tandis qu’après être entrée en contact avec une mystérieuse plante Cassiopée se retrouve tout à coup métamorphosée. D’immenses ailes couleur d’émeraude lui poussent dans le dos et sa vue s’améliore considérablement. Sous le choc de cette étrange transformation, elle fait la connaissance du beau mais ténébreux Gabriel qui va lui révéler sa véritable identité. La jeune femme appartient au peuple des Myrnes, une communauté dotée d’étonnants pouvoirs sensoriels.Secouée par cette découverte, notre héroïne est pourtant loin d’être au bout de ses surprises…

Pour un premier roman et pour une auteure si jeune (19 ans), voilà qui est très prometteur. Alexiane de Lys parvient avec brio à prendre son lecteur par la main et à l’emmener dans un univers fantastique parfaitement décrit. La jeune femme maîtrise très bien l’art du rebondissement et du suspens. Il n’y a aucun temps mort dans ce roman pourtant très long (700 pages !). Ce qui fait l’attrait de l’histoire, c’est qu’elle n’est pas seulement un divertissement fantastique. Le livre se veut également quête personnelle – Cassiopée va découvrir qui elle est réellement, percer les mystères de son passé -, roman d’aventure voire thriller et éducation sentimentale pour la jeune fille qui va découvrir à la fois les charmes et les complications de l’amour. Si ce roman également plein d’humour me semble davantage destiné à un public adolescent, les adultes y trouveront leur compte et passeront un agréable moment de lecture. Seuls petits bémols à mon goût : des petits ressorts narratifs qui reviennent un peu trop souvent pour relancer l’histoire et qui finissent par lasser et quelques coquilles passées à la trappe lors de la relecture. A part ça, rien à redire, Alexiane de Lys nous offre ici un premier roman de qualité. J’ai appris que la suite est désormais disponible, j’ai hâte de la lire !

Publicités

Au pays des bisou-vamp’

19 Déc

Lecture en lien avec le comité de lecture du collège.

Fascination, Stephenie Meyer

La jeune Bella Swan quitte sa mère et la chaleur de la Californie pour partir vivre chez son père Charlie dans une bourgade froide et pluvieuse de l’Etat de Washington, au Nord-Ouest des Etats-Unis. Peu sûre d’elle, elle redoute le premier jour de lycée. Mais elle est vite rassurée : les jeunes du coin sont plutôt accueillants. Très rapidement, son attention est captée par un groupe d’adolescents hors du commun. Cinq frères et sœurs adoptifs, d’une beauté aussi exceptionnelle que la pâleur de leur visage… Elle ne tardera pas à faire la connaissance du mystérieux Edward Cullen, qui agit sur elle tel un aimant. Mais cette fascination à son égard pourrait se révéler dangereuse…

Je m’arrête là. En six lignes j’ai résumé 300 pages ! J’avais vu le premier épisode de la célèbre sage Twilight. Si je n’avais pas adoré, je n’avais pas non plus détesté. Disons que ça se laissait regarder. Mais alors là ! Jamais je n’aurais pu imaginer qu’un livre puisse être moins bon que son adaptation cinématographique ! Il ne se passe absolument rien en 300 pages, si ce n’est que Bella découvre qu’Edward est un vampire et que les deux tourtereaux finissent par s’embrasser page 300 ! Entre-temps… il ne se passe rien. Absolument rien si ce n’est des échanges de regards pendant les cours ou dans les couloirs du lycée, des discussions entre filles du style : « Tu crois que je lui plais ?? » ou des réflexions pseudo-métaphysiques sur la différence. En bref, c’est complètement mièvre ! J’ai arrêté le supplice à la page 357 sur plus de 500. Inutile de dire que je ne m’infligerai pas les trois tomes suivants. Après, je comprends que ce genre de livres puisse plaire aux ados puisque sont traités des thèmes qu’ils apprécient : histoires de coeur, d’amitié, découverte de soi et de l’autre… mais très franchement, là, c’est trop ! Je me suis d’ailleurs demandé si l’auteur n’était pas payée au mot ! C’est dire ! A éviter donc !