amour·nouveauté·Roman

Nouveau contrat

Aujourd’hui, je casse mes habitudes littéraires en vous présentant une romance adolescente. Je remercie les éditions Panini Books pour l’envoi de ce livre et du joli coffret qui allait avec. Certains connaissent peut-être la version cinématographique sortie sur Netflix.

P.S. Je t’aime toujours, Jenny Han

413dbwegqrl._sx307_bo1204203200_Lara Jean aime toujours Peter et ce dernier n’est pas insensible à son charme. Les jeunes lycéens décident de sortir ensemble en établissant un contrat dont l’une des principales règles est de ne pas briser le cœur de l’autre. Rapidement, l’idylle se complique lorsqu’une vidéo de Lara Jean en train d’embrasser Peter dans un jacuzzi est postée sur les réseaux sociaux. Les rumeurs vont bon train et la jeune fille est totalement déstabilisée. Elle soupçonne son ancienne meilleure amie, Geneviève, l’ex-petite-amie de Peter d’avoir voulu se venger. Ce dernier reste d’ailleurs étrangement très proche d’elle ce qui suscite la jalousie de Lara Jean. Alors que le couple commence à s’éloigner, John fait son apparition dans la vie de Lara. Très attentionné, au contraire de Peter, il pourrait bien venir semer la zizanie…

« L’idée que c’est honteux d’être une femme qui apprécie le sexe mais qu’un homme qui a la même conduite doit être applaudi est bien trop ancrée dans notre société […]. Je veux dire, tous les commentaires traitent Lara Jean de salope, mais personne ne dit rien de Peter, alors qu’il est là, avec elle. C’est un préjugé injuste et ridicule. »

N’ayant pas Netflix, je n’avais jamais entendu parlé de cette trilogie dont le premier tome est entré dans la liste des best-sellers du New-York Times. J’avais envie de tenter l’expérience de lire une romance, de changer mes habitudes pour me plonger dans quelque chose de plus léger. En fait, je ne pensais pas du tout accrocher et laisser tomber au bout de quelques chapitres. Eh bien non ! Je me suis même surprise à enchaîner les chapitres au plus vite. Alors oui, clairement, c’est guimauve – il y en avait d’ailleurs dans le petit coffret de présentation -, ce n’est pas de la grande littérature, ça ne donne pas vraiment à réfléchir mais ce n’est clairement pas le but recherché. On reste assez dans les stéréotypes de genres avec les filles qui se crêpent le chignon pour les garçons, la lycéenne qui prépare de bons petits gâteaux en attendant que son petit copain vienne la chercher devant chez elle avec sa belle voiture… Bref, c’est bien cliché. Il y a néanmoins une petite réflexion sur la différence de regard porté sur les hommes et les femmes (cf: l’extrait ci-dessus) et le fait que ces dernières doivent pouvoir faire comme bon leur semble mais dans l’ensemble le rôle de la fille consiste surtout à plaire au garçon. Cela mis à part, les intrigues amoureuses fonctionnent bien, les rebondissements s’enchaînent et le livre se lit rapidement. Je conserve donc un avis plutôt positif sur ce livre et on va dire que ça aura été mon petit plaisir coupable de l’année !

coup de cœur·Journal·Littérature jeunesse·nouveauté·psychologie·Roman·Thriller

Prise au piège

Aujourd’hui, je vous présente un roman jeunesse qui aborde le sujet sensible de la perversion narcissique. Il est paru le 6 février aux éditions Syros.

Je te plumerai la tête, Claire Mazard

cvt_je-te-plumerai-la-tete_3605Lilou a 16 ans au début de l’histoire. Depuis l’enfance, elle voue un véritable culte à son père au détriment de sa mère dont elle ne se sent pas du tout proche. Alors que cette dernière est en phase terminale de cancer, hospitalisée, Papa Lou conseille à sa fille de ne plus aller lui rendre visite. Mieux vaut que Lilou consacre son temps à ses révisions pour le bac de français et nul besoin de se faire du mal. La jeune fille obtempère dans un premier temps. Mais ses amis la poussent à profiter des derniers instants avec sa maman. Peu à peu, Lilou apprend à la connaître, se rapproche d’elle. Tout cela, elle le fait en cachette de son père, de plus en plus suspicieux, à l’humeur changeante. Insidieusement, il la culpabilise et dénigre celle qui partageait sa vie. Lilou découvre une nouvelle facette de ce père qu’elle admire tant et commence à se méfier…

 

J’ai véritablement dévoré ce roman – 500 pages en moins de 4 jours, ça faisait longtemps que je n’avais pas lu aussi rapidement ! Dès le départ, on est happé par l’intrigue et on tremble de voir à quel point la toile d’araignée tissée par le père de Lilou se resserre de plus en plus pour la rendre prisonnière. La psychologie des personnages principaux est finement détaillée. On ressent toute l’ambivalence de la jeune fille qui découvre peu à peu l’horrible vérité sur celui qu’elle considère comme un héros. Elle voit et comprend les choses mais ne veut pas les croire, la vérité est trop insoutenable à supporter. L’autrice parvient à transcrire les mécanismes de la perversion narcissique et de la manipulation avec brio à travers ce huis clos qui fait véritablement froid dans le dos. A ce propos, je conseille ce livre pour les ados déjà grands car j’avoue que son réalisme peut mettre mal à l’aise. Heureusement, les personnages secondaires – amis, famille (la relation mère/fille qui parvient à se tisser autour d’un amour commun pour la littérature) – permettent d’apporter une bouffée d’oxygène au lecteur en permanence sous tension. Ce suspens est renforcé par la narration. Le récit se fait à la manière d’un journal intime, au jour le jour et parfois heure par heure, transcrivant au plus près les émotions de la jeune fille. Aucun temps mort dans ce roman qui relève du thriller psychologique. Gros coup de cœur pour moi donc que je conseille pour les ados à partir de 14 ans et pour les adultes car le sujet les concerne aussi.

Pour information, les personnes perverses narcissiques présentent les symptômes suivants : absence totale de sentiment et d’empathie, orgueil démesuré, égocentrisme, charisme, capacités à charmer, mentir, manipuler, cherche à couper sa victime de son entourage et à la rabaisser pour se mettre en avant…

Aventure·comédie·Formation·Humour·Littérature jeunesse·nouveauté·Roman

Ado’ptée

C’est avec plaisir que je découvre avec vous la maison d’édition jeunesse Slalom que je ne connaissais pas jusqu’à présent et qui m’a fait la gentillesse de me confier une de leurs nouveautés.

Aurore, Jérémie Kisling

9782375540480oriAurore est une ado de 15 ans tout ce qu’il y a de plus ado. Pas très à l’aise dans son corps, les émotions à vif mais bien entourée par ses parents et sa petite sœur. Elle mène sa petite vie tout à fait normalement jusqu’au jour où elle surprend une discussion entre ses parents et comprend qu’elle a été adoptée. Le monde semble alors s’écrouler autour d’elle. Ses repères volent en éclats et en veut à l’univers entier, et surtout à ses « faux » parents. C’est alors qu’elle va croiser le chemin de Sliman, un jeune migrant. A ses côtés, elle va partir en quête de ses racines…

Voilà un roman qui se dévore ! Le rythme est soutenu et la fraîcheur de l’écriture ravira les jeunes adolescent auxquels le livre s’adresse. Entre journal intime, roman d’aventure et roman d’apprentissage, l’histoire ne manque pas d’humour avec les apartés d’Aurore, directement adressés au lecteur et les nombreux jeux de langage qui parsèment le texte : « Bon, allez, c’est la fin des cours, vous me suivez ? On rentre à la maison. Mais traînez pas trop, je mords de faim. (Un autre de mes penchants, c’est de jouer avec les mots. Si ça vous embêtes, vous me dites, mais bon, c’est mon livre un peu quand même). » L’auteur, qui est à la base chanteur-auteur-compositeur (et qui a d’ailleurs spécialement composé une chanson pour Aurore, à écouter grâce à un QR Code à la fin du livre), parvient grâce à son style original et à ses personnages attachants à délivrer plusieurs messages sur la quête d’identité, le regard de l’autre, la différence, l’acceptation de soi et le lien familial. Je suis certaine que ce livre saura séduire les jeunes collégiens. Et pour info, la jolie couverture colorée est de Zep, le célèbre papa de Titeuf !

BD·Littérature jeunesse·nouveauté·Roman·science-fiction

Les femmes, les vieux et les robots d’abord !

Cette chronique et la suivante vont être consacrées à un futur que l’on imagine proche. Dans des styles tout à fait différents. Il s’agit d’un pur hasard, mais en même temps, pour vous qui me suivez depuis un moment, vous savez que je suis friande de de dystopies. Voici tout d’abord la version BD.

Mamma m’I.A., Anne-Caroline Paucot et Olivier Pelletier

mamma-m-ia-bienvenue-dans-la-realite-augmentee-220x300Cette bande dessinée est constituée de huit petites histoires abordant des thèmes centraux du monde de demain. L’humour, omniprésent, permet d’interroger sur la question de l’Intelligence Artificielle. Est-elle bénéfique ou au contraire nous promet-elle un avenir cadenassé ? Parmi les sujets traités : les relations amoureuses, la santé, la parité hommes-femmes, les personnes âgées, les études, les robots…

J’ai particulièrement apprécié la première historiette qui permet de voir la ville « en beau » grâce à des lunettes de réalité augmentée qui deviennent presque une drogue tant l’univers qui nous entoure à toutes les raisons de nous rendre maussade. Très drôle aussi l’histoire sur l’hypocondrie suscitée par nos objets connectés qui permettent de vérifier à chaque seconde si nous sommes en bonne santé. Et si nous vivions plus tard dans une société où les robots nous piquaient nos emplois, où les vieux faisaient régner la terreur, et où, pire, les femmes prenaient le pouvoir ?! Autant de sujets qu’abordent avec humour l’auteure Anne-Caroline Paucot et l’illustrateur Olivier Pelletier. Une bande dessinée fine, tout en ironie et en décalage qui posent des questions réalistes sur le monde de demain. A mettre d’urgence dans les mains de vos ados geeks ! Merci à l’agence Anne et Arnaud et aux éditions Massot pour cette découverte.

amour·coup de cœur·Formation·Initiatique·nouveauté·Roman

Au-delà des murs

Je remercie plus que chaleureusement l’amie qui m’a prêté ce livre et ai une pensée toute particulière pour elle

Bianca, Loulou Robert

9782260029410Bianca a 16 ans. Elle vient de faire une tentative de suicide après plusieurs mois d’anorexie. Suite à son acte, elle se retrouve à l’unité psychiatrique pour adolescents dans l’hôpital de sa ville, Les Primevères. Dans cet univers en dehors du monde, l’adolescente va devoir se reconstruire et trouver ses repères aux côtés d’autres jeunes complètement perdus. Trouver un semblant d’équilibre lors de journées se ressemblant toutes, rythmées par les pesées, les prises de sang, les repas insipides, quelques cours, quelques sorties à la piscine ou au club d’équitation. Un monde cloisonné duquel elle ne pourra sortir durant des mois. Un monde où l’on côtoie une violence quotidienne qu’on ne devrait pas côtoyer à 16 ans : histoires d’inceste, de violences parentales, de suicide, de drogues, de mort.

Bianca a 16 ans et a la vie devant elle. Pourtant, elle s’est laissée mourir à petit feu avant de vouloir un jour s’ouvrir les veines. Bianca a été envoyée chez les « fous » mais elle est persuadée que ce sont les gens qui sont à l’extérieur avec leur petite vie parfaitement huilée en apparence qui sont les véritables fous. Bianca a 16 ans et refuse cette vie étriquée. Elle a 16 ans, et dans cet environnement si particulier qu’est l’hôpital psychiatrique, elle va enfin naître et découvrir l’amour. Pour la première fois de sa vie, après des mois d’enfermement, Bianca va ressentir les choses et vivre.

Livre coup de poing et très poignant que ce roman de Loulou Robert, mannequin de 22 ans, qui nous offre une plongée plus que réaliste dans les affres de l’adolescence et le monde de l’hôpital psychiatrique. Jamais larmoyant, dans un style sans fioriture mais d’une fulgurance incroyable, l’auteure, par le biais de sa narratrice, emporte le lecteur au cœur des couloirs sombres de cette unité pour adolescents, dans ce monde quasi carcéral recelant un nombre de si jeunes vies détruites qu’il faut reconstruire. On pourrait croire à un livre sombre. Il n’en est rien. Derrière l’horreur des situations se dissimule un combat acharné pour la vie. Tout le monde, hélas, n’en réchappera pas. Les violences subies et le mal être qui en résulte auront parfois raison de ceux qui se cachent derrière ces murs et ces barreaux. Et pour l’avoir vécu, je peux vous assurer que tout ce qui est raconté ici relate parfaitement la réalité. Mais si certains n’en réchappent pas, d’autres réussissent à franchir le cap. Et c’est avant tout le message porté par cette œuvre et qu’il faut retenir. Gros coup de cœur !

Anticipation·Littérature jeunesse·Roman

Mutant

Avant de replonger dans une lecture pour adultes, voici un des petits derniers des éditions Syros, destiné aux ados à partir de 13 ans pour les bons lecteurs.

il, Loïc le Borgne

Romane n’a pas été épargnée par la vie. Suite à un terrible accident, elle a perdu sa mère et l’usage d’une jambe. Alors qu’elle s’apprête à passer un été peu réjouissant en compagnie de son père dans la petite ville de Templeuve, elle apprend avec plaisir la venue de son cousin Elouan, un garçon mystérieux, qu’elle n’a pas vu depuis des années.

Mais dans la petite bourgade, les nouveaux arrivants ne sont pas franchement les bienvenus. Valentin, Connor et leur bande sont bien décidés à ne pas laisser un inconnu marcher sur leurs plates-bandes. Alors qu’ils tentent de l’intimider, ils se rendent compte que le garçon n’est pas un adolescent comme les autres, qu’il possède des pouvoirs particuliers. Romande aussi s’aperçoit de l’étrange phénomène. Son cousin semble pouvoir lire dans les pensées de ses interlocuteurs, anticiper leurs réactions et communiquer avec les animaux. Alors que les journaux télévisés évoquent de nombreux cas de jeunes hors du commun, les habitants de Templeuve, horrifiés par la présence d’un de ces mutants dans leur paisible bourgade, vont organiser une véritable chasse à l’homme…

Je l’avoue tout de suite, j’ai un peu repoussé cette lecture en raison de la couverture qui ne m’attirait pas vraiment. Je la trouve trop connotée « ados » et « garçons » et avais un peu peur de ce qui pouvait bien se cacher derrière. Eh bien, j’ai été vraiment agréablement surprise. J’ai vraiment dévoré ce roman d’anticipation à l’intrigue et à la narration vraiment bien ficelées.

En bon livre du genre, il ne se contente pas d’évoquer la possibilité de l’évolution de l’humanité mais donne à réfléchir sur nos sociétés actuelles : peur, rejet de l’Autre et de la différence, tentation de la radicalisation et du totalitarisme pour préserver son quotidien. Loïc le Borgne parvient parfaitement à introduire son lecteur au coeur de ce village miné par la peur, dont les habitants, gouvernés par leur terreur de l’inconnu sont prêts à suivre aveuglément un fou furieux donneur d’ordres et à commettre l’irréparable. D’autres thèmes importants sont aussi abordés en filigrane de l’intrigue tels que le handicap et les violences commises au sein de la structure familiale.

Tous ces sujets sont traités par le biais de personnages bien dessinés dans des sous-chapitres qui offrent leurs différents points de vue et permettent également à l’intrigue de progresser rapidement. Les lecteurs de 4ème-3ème (et même à partir de la 5ème) vont dévorer ce roman plein de suspens, d’action mais aussi de sentiments avec une fin à couper le souffle ! Un petit conseil aux filles : ne vous laissez pas rebuter par la couverture, le livre vous est tout autant destiné qu’aux garçons !