Tag Archives: boulimie

Psy-show !

2 Avr

Beaucoup de retard dans mes chroniques… Mea Culpa ! Les journées sont trop remplies !

Encore un grand merci aux éditions Tohu-Bohu qui me permettent de vous faire découvrir le roman du jour.

La fin des idoles, Nicolas Gaudemet

9782376220275_1_75Dans un futur extrêmement proche, une nouvelle chaîne de télévision cherche à augmenter son audience sous peine de disparaître. Lyne Paradis, neuroscientifique, propose un nouveau programme de téléréalité dans lequel les participants sont prêts à tout pour accéder à la « gloire » médiatique. La starlette Paloma, caricature de la bimbo siliconée, ira jusqu’à se faire tatouer une horreur pour s’attirer les cotes du public. Mais bientôt, cette émission qui déchaîne les passions touche à sa fin et Paloma retombe dans l’anonymat le plus total en proie à une violente dépression qui la plonge dans l’enfer des troubles alimentaires. Un célèbre psychanalyste, Gerhard Lebenstrie, fervent détracteur des neurosciences lui propose alors son aide…

Voilà pour résumer de façon très brève ce roman d’une incroyable richesse qui nous plonge dans la critique acerbe de notre société hypermédiatisée. L’auteur maîtrise son sujet à la perfection et le fait de mettre en scène des personnalités de notre quotidien médiatique offre une vision très réaliste. Si le côté stéréotypé pourrait éventuellement déplaire à certains, ce n’a pas été mon cas car on sent tout de suite où l’auteur veut nous conduire. Amatrice éclairée de psychologie, psychanalyse et neurosciences, je n’ai pas boudé mon plaisir à assister au combat entre les différents partis et apprécié les références parfois pointues. En filigrane, le roman s’attarde sur le problème des troubles alimentaires qui me tient particulièrement à cœur. J’avoue que pour le coup, la question est un peu raccourcie car elle est réduite ou presque au problème de la médiatisation des corps toujours plus maigres, mais comme cela cadre parfaitement au reste du sujet, ce n’est pas un problème. Ce roman est un véritable « page-turner », une fois commencé, difficile de s’arrêter ! Pour un livre qui traite en partie de l’addiction, c’est presque un comble ! Je ne peux que recommander La fin des idoles, en librairies depuis début mars. Coup de cœur !

Publicités

Le Combat d’une vie

24 Mai

Samedi dernier, je rencontrais pour la première fois l’auteure de ce livre après avoir rédigé un article à distance avec elle le mois dernier (à découvrir ici). Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous faire découvrir son message que je partage dans une large mesure.

L’âme en éveil, le corps en sursis, Sabrina Palumbo

Sabrina a 17 ans lorsqu’elle sombre dans l’anorexie à la suite d’un simple régime destiné à améliorer ses performances sportives. Pourtant, la jeune fille avait tout pour réussir : brillante à l’école, sportive de haut niveau, famille aimante… rien ne laissait présager qu’elle pourrait se laisser engloutir par ce fléau dévastateur qu’est l’anorexie.

Alors que Sabrina maigrit à vue d’oeil et que ses performances sportives diminuent, personne dans son entourage ne semble prendre conscience de ses troubles et de sa souffrance. Il faut dire que la jeune fille, déjà engluée dans la maladie, se montre aussi euphorique que manipulatrice et reste bien loin encore de se sentir malade.

Evidemment, une fois la maladie diagnostiquée, les repas en famille deviennent rapidement source de conflit et les rapports familiaux se dégradent d’autant plus rapidement qu’après une période d’anorexie restrictive, la malade plonge dans l’anorexie-boulimie et passe son temps à vider les placards remplis par sa mère.

Bien entendu, le corps ne peut survivre très longtemps à ce rythme : crises, vomissements, restriction totale, activités sportives intenses. Bientôt, Sabrina devient trop faible physiquement pour affronter le quotidien. L’hospitalisation devient nécessaire, vitale…

Je ne vais pas réécrire le livre et préfère vous laisser le soin de découvrir le long processus de guérison de l’auteure. Ce que j’ai apprécié d’abord, c’est qu’au-delà du simple témoignage, Sabrina apporte une véritable réflexion sur la maladie à tel point que ce livre pourrait, d’un certain point de vue, tout aussi bien être considéré comme un essai médical. L’auteure explique dans un langage clair tous les mécanismes de l’anorexie-boulimie d’autant plus précisément qu’elle les a vécus de l’intérieur.

Ensuite, l’ouvrage offre également une réflexion intéressante sur la prise en charge médicale de cette maladie trop peu connue dans le milieu hospitalier. On ne peut être qu’effrayés de découvrir qu’au 21 ème siècle, en France, on en soit encore à enfermer les anorexiques et à les sangler dans une cellule avec une sonde naso-gastrique pour seule compagnie ! Des méthodes que je trouve vraiment inhumaines, dignes d’un autre temps (celui de Charcot !). Bien sûr, il est nécessaire de sauver le corps décharné des patientes qui arrivent à l’hôpital dans un état de dénutrition tel qu’il en va de leur vie et de les réalimenter dans un premier temps. Mais une fois le danger vital écarté, il est nécessaire de traiter le fond du problème, à savoir l’esprit, et non pas se contenter de regonfler le corps à coup de kilos qui ne seront pas acceptés par le patient et très vite perdus dans la sortie de l’hôpital. J’évoque d’ailleurs aussi ce problème dans mon livre. Il faut donc repenser la prise en charge en envisager de soigner non seulement le corps mais aussi et surtout l’esprit. Ne pas soigner seulement le symptôme mais la cause. Ne pas se contenter de la partie émergées de l’iceberg.

Sabrina livre donc un témoignage poignant, tout en s’interrogeant sur les processus qui l’ont amenée à se détruire. Elle livre ses réflexions par petites touches, à la façon d’un peintre impressionniste. Désormais, elle souhaite mettre à profit son expérience, transformer en positif cette sombre période de sa vie et sa colère. Pour ce faire, elle a fondé en mars dernier l’association Sabrinatca92 pour aider les patients et leurs proches mais aussi effectuer un travail de prévention et créer un réseau de soignants afin de prendre en charge globalement les patients. Je lui souhaite bien sûr toute la réussite qu’elle mérite dans son combat et espère que ses « Anges » veilleront encore sur elle très longtemps !