Tag Archives: christine orban

Le monde du silence

18 Oct

J’ai choisi ce livre dans les rayons de la bibliothèque, attirée par le titre et la couverture.

Deux fois par semaines, Christine Orban

La narratrice, une jeune femme de 20 ans, étudiante, fraîchement mariée, est envoyée chez un psychiatre après une visite chez sa gynécologue. Son problème : une aménorrhée que les médicaments ne parviennent pas à résoudre. La médecin conseille donc à sa patiente d’aller faire une analyse chez un illustre psychiatre -psychanalyste afin de tenter de déterminer les causes de cette incapacité à devenir une femme.

Lorsque l’étudiante franchit la porte du cabinet du thérapeute, elle sait par avance qu’elle ne pourra pas facilement lui parler. Non seulement parce qu’elle est intimidée par le lieu et l’homme, mais parce qu’exprimer ce qu’elle ressent est beaucoup trop difficile. Tout simplement parce qu’elle ne ressent plus rien depuis des années, parce que les émotions ont déserté sa vie, ou plutôt sa non-vie, voilà bien longtemps. Mais la jeune femme accepte, deux fois par semaine, de se rendre chez le médecin, pour tenter de guérir par la parole tout en étant persuadée que ça ne marchera pas, puisque, de toute façon, elle reste inexorablement muette ou presque pendant les trois quarts d’heure qui lui sont impartis.

Christine Orban dissèque avec une précision déconcertante les pensées de sa narratrice qui voudrait parler, dire son malaise mais reste engluée dans un silence dévastateur. Pour autant, le roman n’est aucunement ennuyant. Bien que les descriptions du cabinet du psy soient légions, l’auteure s’attache aux réflexions internes de son personnage, afin de nous permettre de saisir pourquoi la parole a tant de mal à s’échapper d’elle, afin de nous montrer à quel point elle reste prisonnière de ce silence qui lui fait si mal, tout comme des apparences derrière lesquelles elle se cache pour tenter de vivre. Réflexions aussi de la jeune femme, qui préfère imaginer les pensées de l’analyste derrière son dos afin de ne pas se pencher sur sa véritable problématique, qui tente de comprendre ce qu’il souhaiterait entendre, comme la bonne élève qu’elle est le fait avec ses professeurs, plutôt que de révéler les tréfonds de ses pensées et progresser dans son travail de connaissance d’elle-même.
Si les séances de psychanalyse sont décrites de manière très réaliste, les non-initiés ne devront pas prendre peur en découvrant à quel point le psy est aussi muet que sa patiente. Les « Hum » qui ponctuent les silences pourraient d’ailleurs presque paraître caricaturaux. Bien sûr, certains analystes fonctionnent de la sorte. Mais il n’en va pas de même pour tous, cela dépend des écoles. Quoiqu’il en soit, le but est le même : faire parler le patient et l’amener à réfléchir et faire le travail par lui-même, accompagné dans ce long chemin par un tiers.
Vous l’aurez compris, j’ai véritablement passé un bon moment de lecture. Sans doute parce que j’ai reconnu beaucoup de moi dans le personnage principal.
Un petit extrait :
« Puis, à supposer que je parvienne à vous donner le matériau pour m’analyser et que vous me sortiez de la camisole dans laquelle je me suis enfermée, ce serait pour vivre quoi ?
Qu’est-ce que vous me proposez, docteur ? […] Dites-moi s’il ne vaut mieux pas rester dans ma semi-vie ou plutôt semi-mort que de guérir pour vivre une insoutenable histoire ?
C’est peut-être la raison pour laquelle je ne vous parle pas.
C’est peut-être la raison pour laquelle vous n’insistez pas. »

Publicités