Tag Archives: eugénia jeltikova

A mots couverts

29 Sep

Afin de bien commencer le week-end, je tiens à vous présenter le deuxième roman d’une amie qui m’a fait l’honneur de me demander de rédiger sa quatrième de couverture. C’est donc celle-ci que je vous livre ce soir en guise de chronique. Je vous invite également à découvrir son premier roman, Par un jour de thé gris, que j’avais chroniqué.

Liz, Eugénia Jeltikova

recto-couverture-liz-v1-titre-grossiLa jeune Liz danse sa vie sur les praticables de gymnastique. Elle maîtrise à la perfection le lancer de ruban et se plaît à imaginer de nouveaux enchaînements virevoltants. Mais un jour, au cours d’une compétition de haut niveau, le jeune prodige, contre toute attente, trébuche. Un trop lourd secret qui entache ses songes l’a fait chuter.

Eglantine, professeur de Lettres en collège, ne sourit plus. Pas parce qu’elle n’apprécie pas son métier. Au contraire, elle aime par-dessus tout transmettre sa passion pour les mots à ses élèves. Mais un accident lui a ôté son sourire. C’est sa fille Zoé, amie de gymnastique de Liz, qui nous l’apprend. Eglantine aussi la pratiquait, cette gym-magie, et était douée, comme Liz, jusqu’à la chute.

Sous une plume délicatement poétique, Eugénia Jeltikova aborde le sujet encore trop tabou de l’inceste. Si tous les personnages sont très finement esquissés, ce sont ceux de Liz et d’Eglantine qui retiennent surtout l’attention, deux existences parallèles construites comme en accident mais qui seules parviennent à s’autoriser le verbe en échange. Avec les autres, Liz communique avec son corps qui danse, sublimé par le ruban qu’elle manie magnifiquement. Quant à Eglantine, si elle transmet sa passion pour les mots, son corps qui a par le passé chu se trouve désormais comme cristallisé, même si, derrière ce visage qui ne sourit plus, l’appel de la vie demeure bien présent. A qui d’autre Liz pourrait-elle donc bien confier l’indicible si ce n’est à cette douce professeur de Lettres qui ne sait plus trahir sa tristesse et qui a elle-même renoncé à ses chaussons de gymnastique dans sa jeunesse ?

Mais loin d’être un récit de souffrances, Liz, grâce à l’écriture acrobate de son auteur, est un hymne à la vie. Les mots semblent réaliser de savants entrechats et joliment s’entremêler sur les pages praticables. Dès les premières lignes, l’écrivain nous convie dans un univers onirique et poétique, joyeusement mélancolique. Dès lors, ne reste plus pour le lecteur qu’à se laisser guider et à doucement savourer la superbe alliance des mots qui tourbillonnent sous ses yeux.

Si vous le souhaitez, vous pouvez précommander le livre à ce lien

 

Publicités

Par delà le temps

1 Déc

Je m’accorde un moment de douceur dans ma série polars avec un magnifique premier roman.

Par un jour de thé gris, Eugénia Jeltikova

cent-mille-milliards-edition-couv-jour-the-grisThéo, jeune élève de CM2, a pour habitude de fréquenter la bibliothèque municipale tous les samedis et tous les mercredis après-midi afin de faire ses devoirs mais également d’effectuer d’innombrables exercices de mathématiques, extraits d’un manuel que lui a remis son père. Loin d’aborder ce travail comme une corvée, l’écolier prend au contraire plaisir à jouer avec les chiffres et imagine avec un bonheur son entrée en 6ème qui lui permettra d’améliorer encore son niveau dans cette discipline qu’il adore.

L’enfant n’est pas le seul à fréquenter assidûment la bibliothèque. Laure, une de ses camarades de classe, en fait tout autant. Pas étonnant qu’ils se disputent la première place en cours ! Quelqu’un d’autre aime aussi à passer son temps auprès des livres. Un « vieux » monsieur vient ainsi tous les jours s’installer à la même table pour consulter des revues et en faire des tas. Au fil des saisons et du temps qui passent, Théo va apprendre à connaitre le vieux et va l’aider, à sa manière, à lutter contre l’Oubli qui semble vouloir le dévorer.

Difficile de décrire l’extrême douceur dégagée par ce roman que je qualifierais presque de conte philosophique. Je me suis laissée emporter dans cet univers étrangement hors du temps alors que le temps qui passe est justement un thème majeur de ce roman. Le temps qui passe et ses conséquences : fin de l’insouciance pour Théo, début de troubles physiques et psychiques pour le vieux. Loin de s’arrêter à cette évocation d’un temps que rien ne peut retenir, l’auteur nous offre une jolie réflexion sur l’amitié inter-générationnelle. A l’heure d’une société dominée par le règne du chacun pour soi, où nos aînés sont assez aisément mis à l’écart, l’histoire de cette amitié discrète mais profonde qui unit un enfant à une personne âgée me semble bienvenue en portant les valeurs positives d’un partage réciproque. Mais outre le sujet, c’est essentiellement le style d’Eugénia Jeltikova  qui m’a transportée. Une écriture d’une infinie délicatesse et d’une poésie exceptionnelle teintée d’une légère mélancolie qui parvient à transmettre aux petites choses de la vie une importance capitale. De coups de gomme sur un cahier à la confection de petits paniers à partir de marrons, tous ces minuscules instants rendus minuscules et presque invisibles dans notre vie toujours plus pressée et « utile », confèrent à ce roman traitant du temps un caractère quasi intemporel. Si vous souhaitez aussi passer un tendre instant de lecture qui vous fera garder confiance en l’être humain, n’hésitez pas à vous offrir Par un jour de thé gris. Coup de cœur.

Je remercie vivement Eugénia et les éditions Cent Mille Milliards pour l’envoi de ce beau roman.