Tag Archives: harry potter

Club des cinq

1 Juil

Les vacances approchent à grands pas ! Voici donc une bonne occasion pour vous faire découvrir un roman jeunesse, histoire d’occuper vos chères têtes blondes pendant les longs après-midis caniculaires. Merci aux éditions Privat pour cette découverte.

Pastelle et le club de la Violette – Le mystère de la fleur d’or, Marie-Constance Mallard

9782708963603_1_75Pastelle n’est pas tout à fait une adolescente comme les autres. Depuis son plus jeune âge, elle possède un don qui lui a été transmis par sa mère : concocter de savantes potions à l’aide de toutes les plantes existantes. A douze ans, elle maîtrise déjà tout son art qui lui permet, avec ses quatre amis et fidèles protecteurs Cassian, Amaury, Aubin et Antonin, de résoudre bien des énigmes. A eux cinq, ils forment le club de la Violette et œuvrent pour le bien, dans la droite ligne de leurs parents avant eux. Justement, un mystère assombrit l’esprit du père de Cassian, maire de Toulouse. Alors que la fête de la Violette doit se dérouler dans les prochains jours, le premier prix, une Violette d’or de grande valeur, vient d’être dérobé au sein même de l’Hôtel de Ville. Qui a bien pu dérober la statuette et comment la retrouver avant le concours ? Voilà les deux questions que devront résoudre la bande d’amis qui ne vont pas tarder à se lancer dans une exaltante chasse au trésor qui ne sera pas sans risque. En effet, l’ennemi surveille leurs moindres faits et gestes…

L’auteure, jusqu’ici habituée à la rédaction d’albums pour enfants, livre ici son premier roman jeunesse avec les aventures de la jeune Pastelle et de ses amis. Il s’agit donc du premier opus de ce qui sera sans doute appelé à devenir une série. Ce roman mêle astucieusement magie, aventure et histoire. Les rebondissements sont nombreux, les héros sont attachants avec leurs qualités mais aussi leurs défauts et les jeunes lecteurs n’auront pas de mal à s’identifier à eux. On retrouve un petit côté Harry Potter avec les pouvoirs de la jeune Pastelle mais dans une version beaucoup plus réaliste. J’ai apprécié l’énorme travail de recherche historique de l’auteure qui dresse une toile de fond très précise à son intrigue. La ville de Toulouse est également à l’honneur dans ce roman, qui n’est pas sans rappeler les aventures du club des cinq de notre enfance mais dans une version beaucoup plus moderne et attrayante grâce notamment à cette pointe de magie savamment distillée. Un roman jeunesse distrayant et intelligent, qui plaira aux très bons lecteurs à partir de 9 ans et mais que je conseillerais à partir de la 6ème.

Publicités

De l’autre côté du tableau

30 Jan

Les insomnies possèdent une vertu : donner du temps pour lire…

Oksa Pollock – La forêt des égarés – Tome 2, Anne Plichota et Cendrine Wolf

Dans le tome 1, L’Inespérée, nous avions fait la connaissance d’Oksa, une ado a priori comme les autres qui découvrait coup sur coup non seulement qu’elle possédait des pouvoirs magiques mais qu’en plus elle était la Jeune Gracieuse, promise à diriger le royaume d’Edéfia, dont toute sa famille avait été chassée des années plus tôt.

Nous la retrouvons dans ce tome 2 dans une situation bien embarrassante : son meilleur ami, Gus (un Du-Dedans ou un humain si vous préférez) s’est malencontreusement fait entableauter à sa place. Alors que la mère d’Oksa est au plus mal, victime d’un sort lancé dans le précédent tome par l’horrible Orthon, fils du Grand Félon qui rêve lui aussi de retourner à Edéfia et d’en prendre le contrôle. Malgré ses craintes de laisser sa mère seule, Oksa n’a pas le choix. Elle doit au plus vite sauver son ami prisonnier du tableau. Accompagnée par son père ainsi que par l’Homme-Fé Abakoum et le sombre Tugdual (sans oublier les Foldingots), la jeune fille pénètre dans un étrange univers parallèle…

J’avoue tout de suite, j’ai eu beaucoup de mal à me replonger dans l’univers du roman (il faut dire que j’ai laissé passer beaucoup de temps depuis le tome 1). Heureusement qu’un résumé de la première partie est prévu au début du livre ! L’univers de ce deuxième tome est bien plus sombre que dans le précédent (dont la fin le laissait néanmoins présager). La psychologie des personnages secondaires est approfondie tout comme celle de l’héroïne, et devient beaucoup moins manichéenne que dans le premier tome où nous avions les bons et les méchants. Là, chacun découvre ses failles et sa part d’ombre qu’il leur faudra apprendre à maîtriser. Dès lors, une question se pose : peut-on se fier aux autres, même à ceux que l’on considère comme ses plus proches amis ? Ce roman me semble en cela plus mature que le premier tome et davantage destiné à de bons lecteurs de fin de 5ème voire 4ème alors que le précédent s’adressait plutôt aux 6èmes. On retrouve néanmoins l’univers étrange et loufoque qui fait le succès de la saga. Mais là encore, je trouve que les néologismes omniprésents finissent par polluer la lecture, ce qui est dommage car l’intrigue est plutôt bonne (même si encore une fois, les sources littéraires des auteures sont facilement perceptibles : De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll, Harry Potter et même les Contes de Perrault). Je pense que je m’arrêterai ici mais quatre autres tomes sont sortis après celui-ci !

Histoire à faire peur…

20 Fév

J’ai emprunté ce livre au CDI sur les conseils avisés de mon amie Carolivre !

L’Apprenti Epouvanteur – Tome 1, Joseph Delaney

Thomas Ward va avoir 13 ans et est le septième fils d’un septième fils. Dans la société aux apparences médiévales dans laquelle il vit, cela signifie qu’il peut envisager une carrière bien particulière, celle d’Epouvanteur. Pour Tom, voilà une belle opportunité d’échapper aux pénibles travaux de la ferme tenue par son père. Mais d’un autre côté, il redoute ce métier pour le moins étrange. Effectivement, il aura pour tâche de protéger les villages de créatures plus maléfiques les unes que les autres et devra ainsi affronter sorcières, gobelins, goules et autres démons. En outre, il devra faire face à la solitude puisque en raison de leurs fonctions, les Epouvanteurs, craints de la population, vivent en retrait de la société pour effectuer leur mission indispensable mais ingrate.

Le roman débute alors que le maître Epouvanteur vient s’assurer que Tom est bien le septième fils d’un septième fils, condition sine qua non pour exercer le métier. Après une discussion avec ses parents, il emmène l’enfant avec lui pour qu’il effectue un apprentissage à ses côtés. Très vite, on sent que Tom est partagé entre désir d’apprendre et terreur de se retrouver nez-à-nez avec une créatures monstrueuses. L’enfant, outre ses peurs, devra aussi apprendre à mener une vie d’errance difficile dans les forêts humides et sinistres de cette Angleterre légendaire.

Un jour, alors qu’il est malmené par une bande d’enfants, une jeune fille, Alice, lui vient en aide. Pour la remercier, il va lui promettre de l’aider en cas de besoin. Cette promesse va se révéler lourde de conséquences. En effet, bien malgré lui, il va délivrer une redoutable sorcière, la Mère Malkin, qui compte bien se venger de ses années d’emprisonnement…

J’ai adoré ce roman de littérature jeunesse qui sait s’adresser tout aussi bien aux adolescents qu’aux adultes en appliquant des codes relevant aussi bien de la littérature horrifique que de l’heroic fantasy avec ces paysages sinistres d’une Angleterre de légende. Les personnages sont très bien dessinés. Les enfants pourront se reconnaître dans ce héros en proie au doute, qui ne sait pas trop quoi faire de son avenir et qui est partagé entre volonté de ne pas faire de peine à ses parents et mener l’existence qu’il souhaite. S’il y a évidemment des bons et des mauvais, on est loin de tomber dans la caricature avec la présence de personnalités complexes telle la jeune Alice dont le coeur balance entre les forces du mal et du bien.

Dès qu’on ouvre ce roman initiatique, on pense bien évidemment à Harry Potter, mais je trouve ce premier tome beaucoup plus sombre que le premier opus de J.K. Rowling. Certaines scènes particulièrement angoissantes et sanguinolentes sont dignes de films d’épouvante. Le tout écrit dans une langue soignée. J’ai hâte de lire la suite !

Magique !

21 Oct

J’ai testé – et approuvé ! – une nouveauté du CDI.

Oksa Pollock – L’Inespérée – tome 1, Anne Plichota et Cendrine Wolf

Oksa Pollock a 13 ans. Elle vient d’emménager à Londres où son père, Pavel Pollock, a décidé d’ouvrir un restaurant avec son fidèle associé Pierre Bellanger. Alors qu’elle fait sa rentrée dans un lycée français, elle ne rêve que d’une chose : se retrouver dans la même classe de 4ème que son meilleur ami, Gus, le fils de Pierre. La chance est du côté des deux ados fous de joie d’être ensemble. Mais ce bonheur ne sera qu’éphémère. En effet, leur prof de maths-science, le détestable M. McGraw, semble avoir décidé de leur pourrir l’existence. Et dans les couloirs, une grosse brute de 3ème les a choisi comme souffre-douleur.

Mais les choses ne sont pas si noires dans la vie d’Oksa. A la maison, elle peut compter sur ses parents et son extravagante grand-mère, la pétulante Dragomira, pour lui remonter le moral. Et puis, ces derniers temps, il se passe des choses bizarres : une partie de son bureau a étonnamment pris feu et des objets semblent se déplacer sans qu’elle ne les touche ! Dans le même temps, une étrange étoile vient se tatouer sur son ventre. Terrifiée, elle cache cette découverte…

Bientôt, Oksa comprend qu’elle est dotée de pouvoirs magiques. Mais ce qui la stupéfait le plus, c’est qu’elle n’est pas la seule : sa grand-mère, son père et une bonne partie de sa famille le sont aussi ! Pendant des années, tout son entourage lui a menti. A peine remise de ces découvertes, sa grand-mère lui révèle toute la vérité concernant ses origines : la famille Pollock vient d’Edéfia, un monde invisible, caché, dont on a perdu l’entrée. Oksa est une Gracieuse, c’est-à-dire qu’elle appartient en quelque sorte à la famille royale (comme sa grand-mère). Elle est leur Inespérée, leur seul espoir de pouvoir un jour regagner Edéfia…

Forcément, à partir de là, la vie d’Oksa va se trouver totalement bouleversée ! Elle va devoir conjuguer sa vie de collégienne ordinaire et sa vie de magicienne « élue » soit jongler entre devoirs de maths et cours de granokologie et de volticalage (en français courant : lancer des sorts à l’aide d’une sorte de baguette magique et voler dans les airs). Ses pouvoirs sont immenses : elle peut déplacer des objets à distance, créer des tempêtes, s’envoler ou marcher sur les murs, envoyer les gens valser à l’autre bout d’une pièce sans les toucher… mais ils lui seront bien plus que nécessaires pour affronter le terrible complot qui la menace…

J’ai littéralement dévoré ce roman ! Et je n’ai apparemment pas été la seule puisque après avoir été auto-édité, ce livre a connu un tel succès auprès des jeunes lecteurs que ses auteures ont pu publier chez un vrai éditeur. Un vrai conte de fée pour elles donc ! Certes, ça rappelle grandement Harry Potter, magie, bestioles farfelues et enfant « marqué » obligent. Mais le roman réussit à s’en détacher avec l’histoire de la quête pour retrouver le pays perdu et surtout son côté délirant, façon famille Foldingue (grâce aux Foldingots justement, des créatures bizarres qui ont une façon de s’exprimer des plus étonnantes). La seule chose qui m’a perturbé est la débauche de néologismes, certes nécessaires pour créer un univers, mais parfois si envahissants que le texte en devient confus. Mais je pense que les jeunes lecteurs ne se focaliseront pas sur ce genre de détails, au contraire !  J’attends donc de lire la suite avec impatience, car le premier tome se clôt sur un suspens insoutenable !