Tag Archives: homosexualité

Le cri du silence

1 Avr

Pour commencer la semaine, je vous emmène en Italie avec ce polar qui vient de paraître aux éditions le Seuil.

Comment nous dire adieu, Marcello Fois

cvt_comment-nous-dire-adieu_9189Dans le Tyrol italien, à Bolzano, Michele, un enfant de onze ans, disparaît mystérieusement. Un prêtre, qui a trouvé ses parents au bord d’une route en train de le rechercher, a prévenu la gendarmerie. Le commissaire Striggio va être chargé de l’enquête en partenariat avec la plantureuse Elisabetta Menetti. Très peu de pistes se présentent à eux et le profil psychologique du petit disparu renvoie Striggio à sa propre enfance. Lui aussi était un de ces gamins dont l’on dit qu’ils sont « particuliers », c’est-à-dire précoces. Son enfance lui remonte d’autant plus à l’esprit que son père vient de débarquer à Bolzano. Striggio pensait en profiter pour lui révéler son homosexualité. En effet, il s’est installé quelques années plus tôt dans cette petite ville pour vivre son amour au grand jour avec Leo, un bel instituteur. Mais alors qu’il est sur le point de lui annoncer la nouvelle, son père lui avoue être gravement malade. Il se trouve subitement confronté à ses fantômes et va tenter, tout en menant l’enquête, d’accompagner ce père qu’il a longtemps affronté dans ses derniers instants.

Voilà un excellent polar, basé sur l’intime et les secrets de famille, où tout est sous-entendu. La langue est belle, presque poétique notamment dans les descriptions des paysages de neige, ou de ces vents quasi fantastiques. Présent et passé s’entremêlent brillamment, ce qui permet au lecteur de découvrir les personnages en profondeur. J’ai beaucoup apprécié, la délicatesse, le tact avec lesquels sont abordés des sujets difficiles et cet art de l’auteur de narrer l’indicible sans jamais l’écrire. Un roman à découvrir pour les amateurs de polar, de belle langue et d’Italie.

Publicités

… rock toujours !

19 Sep

Voilà un petit moment que je l’attendais… et déjà, je l’ai terminé… Toutes les bonnes choses ont une fin ! 

Vernon Subutex – Tome 3, Virginie Despentes

51kjdnkp1jl-_sx342_bo1204203200_Au début de ce tome 3, Vernon et sa bande se sont organisés en une petite communauté autosuffisante qui parcourt la France en organisant des « convergences », des rassemblements musicaux qui s’apparentent à des rave privées. Tous ceux qui ont la chance d’y participer sont formels, ce qui se passe là-bas est presque irréel, relève de la transe. Mais bientôt, l’équilibre du groupe se voit anéanti avec l’obtention d’un important héritage, laissé par un ami de la bande. Accusé à tort de vouloir récupérer le pactole, Vernon, écœuré, s’en va sans prévenir… Dans le même temps, nous suivons les aventures d’Aïcha et Céleste respectivement exfiltrées en Allemagne et en Espagne par la Hyène après qu’elles ont agressé Dopalet. Ce dernier, après une bonne dépression, est bien décidé à se venger des deux jeunes filles…

Ce dernier opus est sans doute le plus survolté de la trilogie. Despentes poursuit sa chronique sociale sans concession, traitant de nombreux sujets d’actualité (attentats, homosexualité, dépendances, violences faites aux femmes…) sans jamais tomber dans le racolage, la facilité ou l’apitoiement. Chaque chapitre met l’accent sur un personnage donnant ainsi une vision kaléidoscopique de l’intrigue et permettant de conserver un rythme endiablé tout au long des 400 pages de ce tome 3. C’est bien simple, il est presque impossible de lâcher le livre une fois qu’on l’a commencé. Seul point négatif de cette trilogie de mon point de vue : la fin assez abrupte et qui part un peu dans le n’importe quoi. Mais bon, ça n’enlève en rien le plaisir que j’ai eu à savourer cette fresque sociale moderne qui demeure pour moi un gros coup de cœur.  Je vous invite à découvrir les chroniques des tomes 1 et 2.

Vie libre

28 Fév

Aujourd’hui, je vous présente le deuxième des quatre romans que m’ont gentiment fait parvenir les éditions du Muscadier.

Les mains dans la terre, Cathy Ytak

9791090685703_frame-165x250Mathias est un jeune homme qui a tout pour être heureux, en apparences du moins : étudiant brillant, parents très aisés qui financent ses études supérieures et lui offrent des vacances à l’autre bout du monde dans des hôtels luxueux… Cependant, Mathias ne se sent pas à sa place dans cette vie que lui ont tracée ses parents, dans cet univers superficiel où l’argent règne en maître et où tous les coups sont bons pour écraser son prochain afin de s’enrichir davantage. Lors d’un voyage au Brésil, il se rend compte à quel point il refuse de participer à accroître les inégalités en reprenant l’entreprise de son père qui profite de la crise pour générer des bénéfices records sur le dos des plus pauvres. Grâce à une statuette en terre cuite rapportée de son séjour, il va trouver le courage de s’affirmer contre la volonté de ses parents, le courage de choisir de mener sa vie comme il l’entend et d’acquérir une richesse qui ne s’acquiert avec aucune monnaie : le bonheur.

Je n’irai pas par quatre chemins : j’ai adoré ce court roman. Vraiment. Par tous les messages qu’il parvient à faire passer en cinquante pages. Ça commence par un message de tolérance et d’ouverture d’esprit. Mathias est homosexuel. Même si ce thème demeure assez sous-jacent, on sent que le personnage a dû se battre pour faire accepter cette différence à ses parents, pour imposer ce choix qui ne va pas forcément dans le sens de ce que la société juge moral ou convenu. Un message économique et politique ensuite. Avec une critique du système capitaliste où des patrons richissimes sont prêts à tout pour étendre leur fortune et n’hésitent pas à piétiner ceux qui n’ont déjà que peu de choses pour ce faire. Une véritable leçon de vie et de courage enfin. Avec le refus de Mathias de prendre l’orientation professionnelle qui a été choisie pour lui. Avec sa prise de conscience sur la réalité de la vie hors de sa prison dorée. Prise de conscience également que l’argent ne fait pas le bonheur, loin de là. Que la véritable richesse est celle du cœur et de l’âme. Que vivre de ses passions – même si elles rapportent peu d’argent – rend immensément riche car cette vie apporte un bonheur inestimable. Que vivre avec le strict minimum dans une vieille bicoque mais entouré d’amour, en assumant ses convictions, en existant en parfaite harmonie avec ses choix et sa morale, vaut largement plus que tout l’or du monde qui n’est que richesse superficielle et qui recouvre bien souvent d’un film doré une grande pauvreté spirituelle et un cœur immensément vide. Gros coup de cœur !

Aux armes !

21 Juil

Je remercie les éditions Le Muscadier pour l’envoi de ce livre.

Contre courant, Florence Cadier

Le livre se compose de neuf nouvelles avec pour thème commun la lutte pour faire valoir le droit des femmes et des hommes à l’humanité.

Le premier récit, « Amar, rêve d’une terre d’asile« , narre l’histoire d’un jeune afghan de 15 ans qui a fui son pays dans l’espoir d’un avenir meilleur en France. Après un voyage long et pénible, l’accueil sur le sol français n’est pas des plus chaleureux. Lors d’une descente de police dans le camp, un homme étrange l’entraîne avec lui et lui permet d’échapper aux forces de l’ordre. Mais que lui veut-il ?

Vient ensuite « Véronique, 17 ans en octobre 1972 » , l’histoire d’une jeune fille qui vient de vivre sa première relation charnelle et a le malheur d’être tombée enceinte. Honteuse, elle n’ose en parler à ses parents. Elle se trouve beaucoup trop jeune pour élever un enfant. Sa seule solution pour se sortir de cette galère : avorter dans la clandestinité, à ses risques et périls…

« Martine, pour quelques euros » met en scène la caissière de supermarché d’un quartier populaire. Ne supportant plus de voir certains clients reposer des articles de première nécessité au passage en caisse par manque d’argent, elle décide de leur faire crédit sans en parler à sa direction. Jusque-là, tout s’est toujours bien passé. Mais jusqu’à quand ces petits arrangements pourront-ils durer ?

« Mabrouk, mon amour » raconte la cruelle histoire d’amour entre deux jeunes hommes dans un pays africain où l’homosexualité est considérée comme un crime…

« Les dernières heures de Sophie Scholl » nous plonge au coeur de l’Allemagne nazie. Un groupe d’étudiants dont la jeune Sophie fait partie décide de distribuer des tracts pour dénoncer le régime d’Hitler. Nous assistons à la mascarade de procès qui eut lieu pour condamner ces « traîtres » à la patrie.

Dans « Contre un mur« , la narratrice s’apprête à passer le checkpoint de Jérusalem Est pour rentrer chez elle en terre israélienne. C’est le soir de Noël, elle est pressée de retrouver sa famille pour fêter ça. Mais alors qu’elle va franchir le mur, elle s’aperçoit qu’un homme étrange la suit. Les gardes-frontière deviennent subitement source de salut, à moins que les ennuis ne fassent que commencer…

« Les neuf de Little Rock » nous envoie en Arkansas, en 1957. Beth est folle de joie, elle vient d’être admise avec huit autres élèves noirs au Central High School, un prestigieux lycée qui n’accueillait jusque-là que des blancs. Mais malgré les nouvelles lois anti-ségrégationnistes les mentalités ne sont pas encore prête à évoluer.

L’avant-dernière nouvelle, « Interdit de nourrir ceux qui ont faim« , situe son histoire en Floride, à l’hiver 2014. Alors que des bénévoles distribuent de la nourriture à des sans-abris, les forces de l’ordre viennent les en empêcher…

Enfin, « Temps de guerre » raconte comment deux enfants juifs vont échapper de justesse à la rafle du Vél’ d’hiv et comment certaines situations peuvent modifier en profondeur un homme.

Encore une fois, cette collection Place du marché réussit le pari de mettre en lumière des textes qui font réfléchir. Tous les personnages de ces nouvelles luttent contre l’injustice, pour un idéal, celui d’un monde plus humain, contre les totalitaristes et moralisateurs « bien-pensants » bêtes et méchants. Très appréciables, les notes historiques à la fin des récits qui permettront aux jeunes lecteurs de bien situer le contexte des nouvelles et de se rendre compte que derrière des fictions se cache la réalité.

Si j’ai aimé tous les textes, deux m’ont particulièrement touchée. J’ai trouvé l’histoire de la jeune Véronique et de son avortement clandestin particulièrement insoutenable par son réalisme et d’autant plus pénible que certains extrémistes militent actuellement contre ce droit à l’avortement si péniblement acquis. Je pense que ce récit fera office d’une bonne piqûre de rappel aussi pour les jeunes filles qui doivent prendre conscience que des femmes ont lutté avant elles pour obtenir le droit de disposer librement de son corps, que la contraception est très importante et que l’avortement, même s’il est maintenant pratiqué plus humainement et en toute sécurité, n’en reste pas moins une décision très difficile qui marque une vie entière. L’autre texte qui m’a marquée est celui qui met en scène les deux jeunes homosexuels dont l’un est frappé à mort dans une ruelle. Se dire qu’au XXIème siècle, on peut encore être enfermé, persécuté ou mourir en raison de ses préférences sexuelles est aberrant. Et quand on voit les relents de haine qu’ont suscité les débats autour du mariage pour tous en France, il est triste de constater que même dans le pays des droits de l’homme certaines mentalités restent à ce point fermées face à la différence.

J’espère que les collégiens – à partir de la 4ème je pense – iront découvrir cet ouvrage, hymne à la tolérance, et qu’ils y apprendront à ne pas se comporter en moutons de Panurge et comment désobéir peut parfois se révéler l’acte le plus citoyen qui soit.