Tag Archives: livre

Intermède

28 Déc

Bonjour à tous ! J’espère que vous passez de bonnes fêtes !

Un petit message pour vous dire que le blog n’est pas en pause mais que je suis sur une lecture pour le moins complexe et longue en ce moment.

Un livre-concept qui mêle différentes histoires, différents supports (comme vous pouvez le constater sur les photos)img_20161228_163602 et qui nécessite du coup beaucoup de temps de lecture. Voilà quinze jours que je l’ai commencé et je n’ai suis pas à la moitié… (bon, à ma décharge, j’ai aussi été bien occupée ces derniers temps entre l’achat des cadeaux, les dégustations de foie gras et de chocolats – arrosées de quelques petits verres histoire d’oublier – et le départ à la montagne). img_20161228_170121

Mais ne vous inquiétez pas, j’avance au plus vite dans les méandres de cet objet littéraire non-identifié et je reviens avec deux nouveautés : un polar et un roman jeunesse/young adult. En attendant, je vous souhaite une excellente fin d’année 2016 !

Publicités

Jamais sans sa fille

16 Mai

Si j’ai mis si longtemps pour lire ce livre, ce n’est pas parce qu’il était mauvais mais car je suis complètement accaparée par les rédactions de mes élèves !

Les neuf dragons, Michael Connelly

L’inspecteur Harry Bosch doit enquêter sur une affaire de meurtre dans le quartier chinois de Los Angeles. M.Li, gérant d’un petit magasin d’alcool, a été retrouvé mort derrière son comptoir, tué par trois balles en pleine poitrine. Pour mener son enquête, Bosch va devoir coopérer avec l’inspecteur David Chu, membre de l’AGU (Asian Gang Unit). D’emblée, il ne supporte pas de devoir travailler avec quelqu’un qu’il ne connait pas et se montre très méfiant à l’égard de son collègue. Rapidement néanmoins, le fils de la victime, Robert Li, met les policiers sur la piste d’un suspect. Celui-ci est effectivement vu sur la cassette d’une caméra de vidéo-surveillance du magasin en plein racket. Bosch et son équipier, soupçonnant la piste des triades tangible, se presse pour arrêter ce coupable idéal avant qu’il ne s’envole pour Hong-Kong.

Occupé à chercher des preuves pour faire inculper le racketteur de meurtre et préoccupé par un message appel anonyme le menaçant, Bosch ne trouve pas le temps d’ouvrir le message vidéo laissé par sa fille. Madeline à 13 ans, elle vit à Hong-Kong avec sa mère et a l’habitude de beaucoup communiquer avec son père. Quand l’inspecteur découvre la vidéo, il est anéanti : sa petite fille s’est fait kidnappée…

Bosch, sous le choc, réagit néanmoins rapidement. Il confie la vidéo à un service spécialisé de la police de L.A. afin de voir s’il est possible de reconnaître l’endroit où se trouve sa fille. Dans le même temps, il contacte son ex-femme, Eleanor Wish, afin de tenter de la rassurer et de lui donner quelques conseils. Après avoir récupéré une image pouvant peut-être le conduire sur la piste de sa fille, Bosch prend place dans le premier avion pour la Chine.

J’ai apprécié ce polar qui mêle deux enquêtes même si l’intrigue qui occupe directement l’inspecteur Bosch est celle qui retient le plus l’attention. On voit là que le talon d’Achille du héros est touché et, même s’il semble être invincible, cela le rend très humain. Les actions s’enchaînent sans relâche, on ne s’ennuie pas une seconde en lisant ce livre. Un bon Connelly selon moi.

Gore

23 Déc

Encore un livre qui traînait depuis des lustres dans mon salon mais il m’aura fallu moins de 48h pour engloutir les 500 pages de ce thriller.

La Théorie Gaïa, Maxime Chattam

Alors que les catastrophes climatiques s’accumulent, que la planète semble aller de mal en pis, la Commission européenne fait appel à une famille de chercheurs pour tenter d’éviter le chaos. Sauf que ce n’est pas la Terre elle-même qui déraille mais l’espèce humaine qui agit sur elle comme un virus.

Un soir, Peter de Vonck, biologiste et généticien, est contacté par la Commission européenne afin de venir entreprendre des recherches en urgence avec sa femme, Emma, paléoanthropologue, et le frère de celle-ci, Ben, sociologue spécialisé dans la dynamique comportementale. Quel type de recherches peut bien mobiliser les services d’une telle équipe ? Ce n’est en tout cas pas François Gerland, leur interlocuteur de la Commission européenne, qui fournira clairement la réponse, défendant un secret d’Etat inavouable.

D’emblée, les personnages sont séparés : Emma est envoyée sur une île perdue des Marquises, tandis que son mari et son frère sont conduits à l’observatoire du Pic du Midi. A partir de là, les éléments se déchaînent, les tempêtes tropicales et bourrasques de neige font rage coupant toutes les communications.

Du côté du Pic du Midi, l’atmosphère est pesante. Une fois à l’intérieur de l’observatoire, les chercheurs sont totalement coupés du monde, le téléphérique étant inutilisable en raison des vents violents. L’équipe en place n’est pas des plus chaleureuses et tout le monde semble craindre le très secret Grohm.

Pas mieux pour Emma; en guise d’île paradisiaque, elle débarque dans un lieu sinistre sur lequel se déversent des trombes d’eau. Toute la population semble avoir désertée, en proie à la peur d’étranges monstres sanguinaires…

Après Les Arcanes du chaos et Prédateurs, Maxime Chattam poursuit ici son exploration des tréfonds de l’âme humaine dans ce qu’elle a de plus sombre. Les hommes ne doivent pas seulement survivre aux catastrophes naturelles mais à un fléau bien plus dévastateur : eux-mêmes.

Si le roman se lit très vite, il n’est cependant pas à mettre entre toutes les mains. Certains passages sont vraiment plus que gore et si l’on devait tenter une adaptation cinématographique, nul doute que le budget « hémoglobine » serait l’un des plus élevés… Il n’en reste pas moins que ce thriller demeure d’une efficacité redoutable; impossible de lâcher le livre une fois qu’on l’a dans les mains. Maxime Chattam maîtrise le genre : chaque court chapitre se clôt sur un rebondissement et le lecteur est laissé en haleine jusque dans les dernières pages.

Enfants sauvages

2 Déc

Il reposait depuis des mois sur un meuble de mon salon et jusqu’à présent je snobais la couverture jaunie de ce livre pourtant culte débusqué dans un vide-grenier. Mais hier, refusant de tourner en rond toute la soirée, je me suis lancée à l’aventure…

Sa Majesté des Mouches, William Golding

sa majesté

Bien évidemment, je connaissais déjà le fond de l’histoire : une bande de garçons se retrouve sur une île déserte sans aucun adulte.
Après la joie de la découverte de l’île, il faut instaurer un règlement. Le groupe élit rapidement son chef, ce sera Ralph, le plus âgé du groupe. Il sera secondé par Porcinet, l' »intellectuel » grassouillet et binoclard, tête de turc de la communauté. Mais de fortes dissensions ne tarderont pas à apparaître au sein du groupe…

Bientôt, les enfants perdent leur innocence, se transforment peu à peu en sauvages, leurs javelots en bois deviennent des armes véritables et la cruauté envahit les coeurs.

Plus qu’une simple robinsonnade enfantine, le roman de Golding prend des allures d’allégorie des sociétés humaines. L’atmosphère d’allégresse initiale fait vite place à un sentiment d’angoisse. A travers le personnage de Jack, l’auteur dessine les traits les plus sombres de l’humanité.

J’ai aimé ce livre pour les descriptions enchanteresses de l’île déserte mais surtout pour l’ambiance sinistre qui envahit le roman page après page. Que deviendront les enfants ? Je vous laisse le découvrir !

Naurile

Jeunesse

1 Déc

Comme je suis professeur en collège, il m’arrive de temps à autres de lire de la littérature de jeunesse. Je dois bien avouer ne pas y connaitre grand chose en ce domaine et même avoir parfois une certaine réticence vis-à-vis de ce genre.

Mea culpa !

Le Procès du loup, Zarko Petan

https://i0.wp.com/i69.servimg.com/u/f69/12/29/93/07/51ftsj10.jpg

Le Procès du loup est une courte pièce de théâtre en 1 acte. On peut la considérer comme la suite parodique et moderne du Petit Chaperon Rouge des frères Grimm.

Chaque personnage de l’histoire originale est appelé à la barre pour témoigner de sa version des faits. L’audition de la Mère-Grand complètement sourde est particulièrement hilarante !

Sans vous la dévoiler, la fin est surprenante et réjouira petits et grands lecteurs.

Naurile

Lectures de novembre

30 Nov

Trois lectures totalement différentes en ce mois de novembre.

Julie/Julia de Julie Powell

Affiche du film tiré du livre

Julie Powell est une jeune secrétaire bientôt trentenaire. Alors que sa vie professionnelle la désespère, la jeune femme décide de se lancer un défi : réaliser l’intégralité des recettes (524 !) d’un livre de recettes de cuisine française en un an et partager son expérience au quotidien par le biais d’un blog. Julie va alors se lancer dans un marathon culinaire hors norme semé de plaquettes de beurre, de homards récalcitrants et de bonnes crises de nerfs.

Ce livre, tiré d’une histoire vraie, se déguste avec plaisir et l’on goûte avec joie les tribulations culinaires de l’attachante Julie.

Le livre a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2009 avec Meryl Streep dans le rôle de Julia Child, l’auteur du best-seller culinaire à l’origine du pari que s’est lancé Julie Powell.

Des gens très bien, Alexandre Jardin

Couverture du livre d’Alexandre Jardin

Ce livre, au titre ironique, relate la façon dont l’auteur a découvert un secret de famille bien enfoui et comment il a appris à vivre avec. Avec des mots simples, Alexandre Jardin réussit là à transmettre la difficulté à vivre avec un passé familial débordant de non-dits. Des gens très bien est aussi une relecture très personnelle d’un épisode tragique de l’Histoire. Comment supporter et vivre avec la connaissance des actes inqualifiables de ses aïeux ? Voilà la question à laquelle tentera de répondre l’auteur.

Moins que zéro, Bret Easton Ellis

Coup d’essai et coup de maître pour l’auteur du best-seller American Psycho.

Dans ce roman, Bret Easton Ellis nous plonge au coeur de la jeunesse dorée des années 80 à travers le regard de Clay, jeune homme désabusé, perdu dans un monde vide de sens. Sexe, drogue et perte de repères nourrissent ce roman au langage cru et au style lapidaire.

A ne pas mettre entre toutes les mains, âmes chastes et sensibles s’abstenir.

Lectures d’octobre

28 Nov

1Q84, Haruki Murakami Au mois d’octobre, je n’ai pas lu mais dévoré la trilogie du japonais. A vrai dire, il y a à peine deux mois encore, je ne connaissais même pas l’existence de Murakami. C’est mon psy, féru de littérature, qui m’en a parlé et m’a affirmé qu’il était certain que ça me plairait. Il ne s’est pas trompé ! Je me suis complètement plongée dans l’univers étrange, entre rêve et réalité, de Tengo et Aomamé.

Première de couverture du livre 1

Première de couverture du livre 1

Difficile de résumer un livre dont les fils se tissent lentement mais inexorablement pour créer un monde onirique en marge du Japon des années 80. Un monde dans lequel deux lunes coexistent et où des chrysalides de l’air font de mystérieuses apparitions.