Tag Archives: mise en abîme

Vers l’infini et l’au-delà !

24 Avr

Attention, chaud devant ! Amateurs de science-fiction/fantasy et de loufoquerie, ce roman fleuve est fait pour vous ! Il vient tout juste de sortir aux éditions Aux Diable Vauvert que je remercie pour leur confiance renouvelée.

Théâtre des Dieux, Matt Suddain

couv-suddain-thecc81acc82tre-des-dieux-pl1site-2Pas simple de résumer un livre de plus de 700 pages et encore moins celui-ci qui n’est vraiment pas commun.

Vous tenez entre vos mains le journal d’un grand voyageur interstellaire, M. Francisco Fabrigas. Cet écrit volumineux, qui conte les exploits de son auteur, a été retrouvé et publié par Blacklist Publishing, une maison d’édition sauvant de l’oubli les oeuvres perdues ou censurées. C’est Matt Suddain, un employé-éditeur de la maison, qui a mis la main sur cette fantastique histoire et vous la rapporte présentement.

Cette histoire, la voici. Il s’agit donc de celle de M. Francisco Fabrigas, explorateur, philosophe, physicien et hérétique de son état, qui embarque à bord d’un vaisseau spatial aux allures de navire pour un voyage terrible vers une autre dimension. Avec lui, l’accompagnent, entre autres, : un jeune capitaine, un brave garçon garçon sourd, une petite fille aveugle mais très perspicace, une botaniste sensuelle. Tout ce beau monde est poursuivi par le Pape de l’Univers, un magnétiseur coquet et une pieuvre géante…

Moult complots sombres et obscurs, cultes démoniaques, traversées de jungles meurtrières, pagaille quantique, naissance de la Création et mort du Temps : voici tout ce qui vous attend et bien davantage encore dans cette fresque spatio-fantastique. Laissez-vous entraîner derrière le voile de la réalité pour découvrir les mystères les plus secrets – et déjantés – du cosmos…

Difficile de faire plus court ou plus simple. Vous l’aurez compris, vous vous trouvez devant un véritable OVNI littéraire, une pièce rare, fabuleusement mise en page dans une édition reliée sous jaquette, agrémentée d’affiches d’époque. L’auteur, qui signe ici son premier roman, maîtrise en tout point l’art de la mise  en abîme, c’est-à-dire du roman dans le roman, et nous entraîne avec brio dans un univers totalement décalé mais d’une richesse incroyable, aussi historique que littéraire. On retrouve ici tout ce qui fait la force des plus grands romans d’aventure de Jules Verne et de Stevenson corrélé à la puissance imaginative de la science-fiction de ce roman se déroulant dans un moyen-âge spatial futuriste. Le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour satirique. Alors, si vous n’avez pas peur de vivre une expérience littéraire hors du commun, si vous aimez les textes innovants, légèrement hallucinés, ne manquez sous aucun prétexte cette magnifique épopée à la croisée des genres.

Objet littéraire non identifié

19 Jan

Je remercie de tout cœur Alexandra pour ce cadeau et ces moments de lecture surprenants.

S. – Le Bateau de Thésée, J.J. Abrams et Doug Dorst

wp_20160708_004Jennifer, étudiante en lettres, ramasse un livre égaré à la bibliothèque. A l’intérieur, de nombreuses notes laissent découvrir un lecteur captivé. Intriguée, elle écrite à son tour dans l’exemplaire puis le replace à l’endroit initial. Ainsi va étrangement débuter une relation particulière entre Jennifer et Eric – étudiant plus âgé, interdit de séjour à l’université par son ancien directeur de thèse.

Le fameux roman dans lequel échangent les deux étudiants s’intitule Le Bateau de Thésée. Il a été rédigé par un certain V.M. Straka, un auteur pour le moins énigmatique. Disparu en 1946, personne n’a jamais réussi à découvrir sa véritable identité et cette quête perdure dans le monde universitaire. Jennifer et Eric sont bien décidés à percer le mystère grâce à ce roman – le dernier de l’auteur – qui conte l’histoire de S., un homme qui a perdu la mémoire. Embarqué de force sur une sorte de vaisseaux fantôme peuplé de marins monstrueux, son seul désir est de retrouver qui il est et pour cela il est prêt à endurer toutes les épreuves. img_20161228_170121

Jennifer et Eric se lance donc à la quête de l’identité de Straka par le biais de son ultime roman et des notes de bas de page laissées par la traductrice qui les emmènent sur diverses pistes. Ils ne tarderont pas à s’apercevoir qu’ils ne sont pas les seuls à vouloir percer le mystère et que certains sont prêts à tout pour y parvenir.

Voilà pour le résumé. J’ai tenté de faire simple. Parce qu’en réalité c’est extrêmement complexe, tortueux, voire tordu. J’ai été vraiment fascinée par l’objet livre en tant que tel (livre présenté dans un écrin, fausses référenciations de bibliothèque, notes des étudiants, lettres et documents insérés entre les pages…) et la mise en abîme très travaillée : nous lisons le livre d’un auteur que d’autres ont lu et annoté et nous lisons donc également ces notes. De ce point de vue là, rien à dire. Jolie mise en scène, conception expérimentale réussie de la part du réalisateur de la série Lost et de Mission Impossible, J.J. Abrams. Si j’ai été séduite par la forme totalement atypique de cet ouvrage et par les intrigues superposées qu’il propose – perso, j’ai lu toutes les intrigues en même temps mais on peut déjà lire Le Bateau de Thésée intégralement puis lire seulement les notes dans l’ordre chronologique, selon les couleurs d’encre – je n’en ai été que plus déçue par le fond. L’histoire avait a priori tout pour me plaire : personnage en quête d’identité, à la recherche d’un passé qui lui rendrait son présent et la possibilité d’un futur, étudiants tentant de découvrir la vérité sur leur auteur fétiche, intrigue dans le milieu universitaire… bref, des thèmes qui m’attirent. Oui. Mais. Le roman Le Bateau de Thésée et donc le récit concernant S. se révèle rapidement un faire-valoir. Se voulant érudite et obscure, l’intrigue finit par devenir si complexe qu’elle en perd son sens. Quand à l’histoire annexe des étudiants – qui m’a au final davantage intéressée – elle demeure hélas tristement incomplète. En conclusion, ce livre fait malheureusement « pschitt ». Le projet est certes ambitieux – pour ne pas dire prétentieux -, le concept est vraiment intéressant et original, la supercherie fonctionne très bien mais littérairement parlant, ça ne suit pas et c’est fort dommage. Il n’en demeure pas moins que S. demeure une expérience à part entière si vous avez le temps et le courage de vous y consacrer (je lis assez rapidement en temps normal, mais là, j’ai atteint mon record de lenteur avec 2-3 pages au 1/4 d’heure tant le nombre d’infos par page est élevé… je vous laisse calculer le nombre d’heure de lecture pour ce livre de presque 500 pages…).img_20161228_163602

En-dehors

18 Jan

Encore un livre dont j’avais entendu parler à sa sortie il y a quelques années et que j’ai eu le plaisir de découvrir dans les rayons de la bibliothèque.

Les Lisières, Olivier Adam

9782081283749Paul Steiner, la quarantaine, est romancier, installé en Bretagne. Son père, ouvrier, n’a jamais compris ce choix d’un métier qui n’en est pas un selon lui et pense que son fils mène une vie de bobo parisien. Loin s’en faut. L’existence de Paul est en train de s’émietter pendant que le fameux tsunami ravage le Japon où il a vécu ses meilleurs moments. Récemment séparé de sa femme, il n’arrive pas à s’en remettre et croit toujours pouvoir la reconquérir. Ses enfants, qu’il ne voit que le week-end, lui manquent terriblement. Alors qu’il est en plein doute concernant son avenir et qu’il connait une panne sèche au niveau de son inspiration, son frère, vétérinaire dans une bourgade chic de la banlieue parisienne, lui demande de venir s’occuper « pour une fois » quelques jours de leur père pendant que leur mère est hospitalisée. La mort dans l’âme, il rejoint la banlieue de sa jeunesse et va devoir se confronter au monde qu’il a fui, à un environnement qu’il déteste mais dans lequel il s’est construit.

Dans cette cité de banlieue parisienne, il retrouve son père complètement à la dérive, perdu sans sa femme dans ce pavillon sans âme. Entre les deux hommes, aucune communication n’a jamais été possible. Elle l’est d’autant moins maintenant que son père adhère aux propos tenus par la candidate du FN. Ces quelques jours de calvaire obligatoire passés dans la cité de son enfance vont faire remonter de nombreux souvenirs à la surface en même temps qu’il va rencontrer d’anciennes connaissances et découvrir un secret de famille bien gardé jusque-là… c’est bien malgré lui qu’il va enfin découvrir la véritable raison du mal-être qui le ronge depuis son enfance et l’empêche depuis toujours de trouver véritablement sa place.

Si cet épais roman souffre de quelques longueurs à mon goût, l’ensemble demeure tout à fait plaisant. Je me suis laissée happer par le personnage-narrateur et ses interrogations sur ce qui a fait son enfance et la façon dont il s’est construit à coup d’auto-destruction. J’ai apprécié le fait que le romancier ne se contente pas des réflexions métaphysiques de son anti-héros mais aborde aussi les problèmes sociaux de la France : chômage, immigration, montée du nationalisme et du racisme, évocation des classes moyennes et populaires de banlieues loin du sérail parisien. Le côté « autobiographique » du roman a aussi quelque chose de plaisant, qui permet en quelque sorte d’apporter davantage de crédit aux propos de l’auteur. Et puis, il y a ces merveilleuses évocations du Japon, paradis perdu en train de se métamorphoser en enfer nucléaire dans les environs de Fukushima, qui fonctionnent comme une mise en abîme de la propre existence du narrateur. Un bon moment de lecture.

L’homme invisible

18 Fév

Une (grosse) pépite qui dormait dans les rayons du CDI…

L’éclipse, Robert Cormier

Depuis qu’il est tout petit, Paul Moreaux est intrigué par une photo de famille réalisée avant la Première Guerre mondiale. La raison de sa curiosité ? Son oncle Adélard avait subitement disparu au moment du cliché alors qu’il était présent dans le groupe quelques secondes plus tôt. Lorsque l’enfant interroge ses parents, il obtient inexorablement la même réponse : chaque famille a ses mystères et ton oncle adorait faire des farces. Oui mais voilà, le jeune Paul est persuadé qu’une autre explication à cette disparition existe.

En 1929, une crise économique sans précédent ravage les Etats-Unis. Paul a 13 ans et, avec son regard d’adolescent, en constate les ravages dans la petite communauté d’ouvriers canadiens émigrés. L’usine de peignes dans laquelle travaille son père est en grande difficulté, les ouvriers se mettent en grève et sont prêts à en découdre physiquement. Dans le même temps, le Klux Klux Klan (société secrète raciste) tente de convertir de nouveaux adeptes dans la ville.

Dans ce contexte difficile, Paul  – en proie à ses premiers émois amoureux qui vont de paire avec les bouleversements physiologiques de son âge – se rend compte qu’il possède un étrange pouvoir. Il découvre qu’il est capable de devenir invisible à volonté, de s’éclipser totalement. Alors qu’il pourrait se réjouir de ce formidable pouvoir, il s’en inquiète. En effet, s’il pourrait le mettre à profit pour une bonne cause, il n’y verrait pas d’inconvénient, mais devenir invisible peut aussi permettre de faire le mal, d’assouvir ses fantasmes, les meilleurs comme les pires et peut-être même de tuer…

Voilà un excellent roman. Non seulement de par son intrigue passionnante, fantastique dans tous les sens du terme, mais de par une structure narrative complexe, faite de récits enchâssés et de mises en abîme (roman dans le roman). Je reviens à l’intrigue dans un premier temps. Si le phénomène de l’éclipse occupe la majeure partie du roman, l’auteur dresse une toile de fond historique très bien documentée et accessible à un jeune public qui découvrira un aspect de l’Histoire américaine qu’il n’aura peut-être qu’entrevue en cours. la question de l’invisibilité quant à elle renvoie à de nombreux questionnements métaphysiques, notamment les questions du bien et du mal et de la liberté. Ce pouvoir rend-il plus libre celui qui le possède ? Lui donne-t-il tous les droits sur les autres ? Comment être certain qu’une action que l’on croit bonne sur le coup n’est pas en réalité très néfaste ? Des interrogations parmi d’autres que les personnages et le lecteur devront se poser.

J’en reviens à la narration cette fois. J’ai littéralement été bluffée. le plus difficile est ici de tenir ma langue afin de ne pas ôter le plaisir procuré par ce livre gigogne. Je ne donnerai qu’un indice, le titre du livre peut prendre plusieurs signification et renvoie également à la narration. L’auteur réalise donc un véritable tour de force, d’autant plus qu’il s’agit d’une oeuvre jeunesse, genre qui laisse rarement entrevoir d’aussi passionnantes et remarquables prouesses techniques en matière de construction. Un véritable coup de coeur (pas seulement destiné aux jeunes lecteurs donc). J’espère que de courageux élèves seront assez curieux pour dépasser la peur d’affronter près de 500 pages et une couverture un peu défraîchie… le livre en vaut la chandelle !

la chute de l’empire américain

18 Nov

Voilà longtemps que je ne m’étais pas attelée à Paul Auster. Très sincèrement, je recule depuis quelques jours le moment de rédiger ma chronique car résumer une telle oeuvre sera forcément réducteur. Je tente de faire au mieux.

Leviathan, Paul Auster

Peter Aaon, écrivain, vient d’apprendre dans le journal la mort pour le moins explosive de son ami Ben Sachs, écrivain lui-aussi. Ce dernier, dont le cours de la vie s’est trouvé brutalement bouleversé le jour où il a tué un homme, s’est engagé dans une action terroriste destinée à détruire les reproductions de la Statue de la Liberté pour remettre en cause le système américain. S’attendant à recevoir la visite de FBI et afin d’éviter tout détournement de la réalité, Peter décide de reconstituer le plus fidèlement possible la vie de Sachs et de le consigner dans un livre auquel il donnera le titre de l’oeuvre inachevée de Sachs : Leviathan.

J’ai raccourci autant que faire ce peut le synopsis de ce pavé de 400 pages. Aaron, en racontant la vie de Sachs, nous parle aussi de lui, de la difficulté d’écrire, et d’une myriades de personnages tous plus étranges les uns que les autres mais surtout de l’évolution d’une société américaine en perte constante de repères. Si l’on ne saura jamais ce qui se cache derrière le titre de Leviathan de Sachs, celui d’Auster renvoie sans doute au monstre institutionnel, à cet Etat gigantesque et monstrueux que représentent les Etats-Unis (ce titre nous rappelle forcément Hobbes dans son ouvrage éponyme qui évoquait l’Etat despotique en reprenant le nom du monstre mythologique du Livre de Job) On retrouve dans cette oeuvre foisonnante, bien que moins complexe que bien des romans du célèbre auteur américain (toutes mes chroniques concernant cet auteur sont à retrouver ici), le procédé de la mise en abîme puisque le narrateur est en train de rédiger le livre que nous lisons. Le récit est, comme d’habitude, mené d’une main de maître et nous sommes jusqu’aux toutes dernières pages curieux d’apprendre comment ce brave écrivain a bien pu se retrouver mêlé à une telle histoire. On comprendra que chaque personnage est à voir comme une pièce d’un immense puzzle, non seulement celui d’une vie mais celui d’une nation. Un grand livre  donc, qui avait reçu le prix Médicis étranger en 1993.

Ado en crise

19 Oct

Je profite des vacances pour prendre le temps de lire une nouveauté du CDI.

Le retour de Cherokee Brown, Siobhan Curham

Claire s’apprête à fêter ses 15 ans mais est loin d’être joyeuse. Au lycée, depuis le déménagement de sa meilleure amie, elle se sent complètement isolée. Pire, elle est devenue – du fait qu’elle boite en raison d’une jambe plus petite que l’autre – un véritable souffre-douleur de la terreur de l’établissement, l’infâme Tricia. Du coup, Claire fait tout pour éviter de la croiser dans les couloirs, jusqu’à sécher les cours. Honteuse de sa situation, elle n’a pas le cœur d’en avertir sa mère, et encore moins son beau-père donneur de leçons. Au fond d’elle, Claire se rêve courageuse et se met en tête d’écrire un roman dont elle serait l’héroïne. Oui mais voilà, qui voudrait lire l’histoire d’une pauvre fille soumise comme elle ?

Le jour de ses 15 ans, elle reçoit une carte mystérieuse adressée à Cherokee Brown. Malgré les efforts de sa mère pour l’empêcher de la lire, la jeune fille parvient à s’en emparer. L’expéditeur indique un lieu de rendez-vous. Exaltée, la jeune fille décide de s’y rendre. Elle y découvre un beau chanteur de rock au milieu d’un groupe de passants. Instinctivement, le père et sa fille se reconnaissent. Elle apprend qu’elle s’appelle en réalité Cherokee Brown. Un vrai nom d’héroïne. Peut-être que finalement sa vie va prendre une tournure plus romanesque…

Je dois tout d’abord avouer que la couverture n’avait rien pour m’attirer avec une grosse tache rose bonbon et la photo un peu tarte d’une ado accoudée à une guitare. Mais j’ai été très agréablement surprise. Le style de l’auteur est très fluide et percutant. La construction du livre sous forme de mise en abîme (roman dans le roman) avec les réflexions de la jeune fille qui cherche à écrire son histoire le mieux possible est très réussie – on peut apprécier les références à Agatha Dashwood, pseudo auteure d’un best-seller intitulé « Alors comme ça, vous voulez écrire un roman ? », avec un conseil d’écriture en exergue de chaque chapitre. Quant à l’histoire elle-même, bien qu’il n’y ait rien de très novateur – ado en crise, persécutée, qui se cherche et finit par se trouver en retrouvant son géniteur -, on appréciera quand même le fait que l’auteur traite avec finesse du sujet du harcèlement scolaire et de la loi du silence qui l’entoure. La lecture encouragera sans doute les enfants qui en souffre à parler et à ne pas continuer à se laisser martyriser même si évidemment, nous sommes ici dans un roman et que tout est bien qui finit bien ! Je conseille ce livre à partir de la classe de 5ème.

Trompe-l’oeil

9 Mar

Et voilà, je viens de terminer cette fameuse Trilogie New-Yorkaise…

La chambre dérobée – Trilogie New-Yorkaise tome 3, Paul Auster

Le narrateur, qui écrit des articles ça et là pour gagner sa vie, reçoit une jour une lettre de Sophie Fanshawe. La femme lui explique que son mari – meilleur ami du narrateur pendant l’enfance – a disparu depuis six mois, sans explication, et qu’elle a donc toutes les raisons de le croire mort. Elle souhaite donc le rencontrer afin de régler quelques affaires.

Fanshawe n’a pas seulement laissé derrière lui sa femme et son fils, Ben, qu’il n’a pas vu naître. Des centaines de pages manuscrites remplissent ses placards. L’homme, avant sa disparation, passait ses journées à écrire mais n’avait jamais voulu publier, malgré l’insistance de sa femme. Quelques mois avant sa disparition, ils aboutirent à un compromis : il devait  chercher un éditeur dans l’année. Si jamais, pour une raison quelconque, il ne respectait pas son engagement, la jeune femme devait remettre les écrits en main propre au narrateur afin qu’il décide s’ils devraient être publiés. Si tel n’était pas le cas, il devrait les rendre à Sophie afin qu’elle les détruise.

Le narrateur pense d’abord que décider ou non de la postérité de l’oeuvre de son ami est un poids bien lourd… Mais rapidement, un choix s’impose à lui : Fanshawe était un génie, il va donc publier. Il doit donc reprendre contact avec Sophie pour régler des détails. Peu à peu, des liens vont se nouer entre eux. Bientôt, ils décident de vivre ensemble. Pendant ce temps, l’oeuvre de Fanshawe reçoit un accueil triomphal du public et l’éditeur demande à notre narrateur une biographie de l’auteur. A partir de là, les choses vont se compliquer pour notre narrateur qui va vouloir se rapprocher au plus près de l’ami qu’il admirait tant étant enfant…

Si j’avais trouvé que Cité de Verre, le premier tome, était d’une intelligence rare, La Chambre dérobée le surpasse à mes yeux. En effet, si le dernier opus de la trilogie joue une fois encore sur la mise en abîme, l’on découvre aussi que les deux premiers romans ne sont qu’une pièce du puzzle de ce dernier.

Le thème de la quête d’identité est également présent puisque ce narrateur dont nous ne connaissons pas le nom va peu à peu mener la vie d’un autre et finir à un moment par s’identifier complètement à cet autre.

A travers sa trilogie, Paul Auster, grand marionnettiste, conduit donc son lecteur dans un véritable labyrinthe, un jeu de miroirs à la recherche d’un moi insaisissable. Véritablement du grand art !

Pour tous les fans de Paul Auster, sachez qu’il publie Chronique d’hiver, un livre composé de fragments autobiographiques, rédigé à la deuxième personne.  François Busnel, animateur du Grand Entretien sur France Inter, lui a consacré deux émissions la semaine dernière (pour écouter l’interview : le grand entretien #1 / le grand entretien #2 )

Enquête d’identité

16 Fév

Revenants – Trilogie New-Yorkaise, tome 2, Paul Auster

Ravie par le premier tome de la trilogie, Cité de verre, je me suis tout de suite lancée dans la lecture du deuxième avec de grandes attentes. Je dois avouer que j’ai été un peu déçue…

Bleu est un jeune détective privé initié au métier par Brun. Un jour, Blanc vient trouver Bleu pour lui confier une affaire : il devra filer un certain Noir et noter tous ses faits et gestes aussi longtemps qu’il faudra. Blanc ne donne pas d’autres indications. Bleu devra se contenter de suivre Noir et d’envoyer son rapport à Blanc en double exemplaire chaque semaine.

Voilà pour l’intrigue. A partir de là, Bleu va se poster dans un appartement dont une fenêtre donne sur celle de celui de Noir. Il va passer ses journées à le regarder écrire un manuscrit dont il ne sait rien. Les jours passent, la vie de Noir – et celle de Bleu, par la même occasion – est vide de sens : il passe le plus clair de son temps à écrire dans son appartement et ses rares sorties sont consacrées à quelques courses insignifiantes. Plus le temps s’écoule, plus Bleu se demande à quoi rime cette enquête et plus il perd les repères de sa propre existence à force d’observer la vie d’un autre qui ressemble étrangement à la sienne. Bleu, qui se croit maître de la situation, se rendra finalement compte qu’il est le jouet d’un marionnettiste, pris au piège d’un destin qu’il ne contrôle pas.

Une fois de plus, la quête d’identité est au coeur de ce livre, à la fois roman policier et réflexion métaphysique. Le thème du miroir, du double est mis au service de l’intrigue policière qui se voit bientôt réduite à un jeu de dupes, Bleu et Noir ne formant que les deux faces d’un même personnage. Ici aussi, comme dans Cité de verre, la mise en abîme est un des principaux ressorts de l’écriture puisque le livre que nous sommes en train de lire semble bien être le contenu des rapports de Bleu et des écrits de Noir.

J’ai moins apprécié ce deuxième tome en raison d’une narration trop froide à mon goût. Je n’ai absolument pas réussi à m’identifier à ces personnages sans identité – vous me direz que c’était le but, certes. Le fait qu’il n’y ait aucun chapitre, aucun saut de lignes et de nombreuses digressions m’a également perturbée. Toutefois, ce roman demeure une oeuvre intelligente qui confirme le talent de Paul Auster. Je pense laisser passer quelques temps avant d’entamer la lecture du troisième tome, La chambre dérobée, afin d’en profiter pleinement.

Déambulations kafkaïennes

13 Fév

J’ai longtemps attendu ces livres dans ma boîte aux lettres. J’ai enfin pu lire le premier de la trilogie.

Cité de verre – Trilogie New-Yorkaise tome 1, Paul Auster

Il est des livres qui donnent à réfléchir et mettent à mal nos certitudes de lecteurs. Cité de verre en fait incontestablement partie.

Un auteur de polars, Quinn, est subitement réveillé par un coup de téléphone qui ne lui est pas destiné. La voix à l’autre bout du fil demande à parler à un certain Paul Auster, un détective privé. Quinn commence par expliquer à son interlocuteur qu’il fait erreur. Mais après de nouveaux appels, il finit par endosser l’identité d’Auster. Il faut dire que les identités multiples, ça le connait ! Quinn publie chaque année sous le pseudonyme de William Wilson les aventures de Max Work. Depuis qu’il écrit, et qu’il a perdu sa femme et son jeune fils, l’auteur ne se pense plus comme une personne réelle, donc endosser l’identité du fameux Auster ne le perturbe pas vraiment.

Il se rend donc au rendez-vous fixé par son interlocuteur, un certain Peter Stillman. C’est sa femme, Virginia, qui le reçoit. Entre alors en scène celui que l’on nommera Peter Stillman. Cependant, ce dernier n’est pas certain de s’appeler ainsi. Il entreprend un long monologue pour le moins décousu. Lorsqu’il cesse de parler, Quinn constate qu’il fait nuit dehors. Stillman sort de salon et sa femme vient enfin éclairer la lanterne de notre héros. Le père de son mari, Peter Stillman, un ancien professeur renommé ayant subitement perdu la tête, a été condamné plusieurs années plus tôt pour avoir enfermé son fils dans une pièce sans lumière et sans lui adresser la parole afin de réaliser une folle expérience sur le langage. Stillman doit sortir de prison et revenir à New-York le lendemain. Virginia, qui craint pour la sécurité de son époux, souhaite que Auster surveille les moindres faits et gestes de l’homme et qu’il la prévienne si jamais celui-ci tente une approche quelconque.

A partir de là, Quinn-Auster va arpenter les rues new-yorkaises, suivant celui qu’il pense être le véritable Stillman. L’auteur se retrouve dans une affaire extravagante, à la limite de l’absurde.

Le roman repose à la fois sur une faille de l’identité et sur le principe de mise en abîme, de roman dans le roman. L’intrigue policière de départ n’est qu’un prétexte à un roman plus complexe, d’une intelligence rare, qui offre une réflexion sur la littérature et le statut de l’auteur dans son oeuvre. De nombreuses allusions historiques et littéraires jonchent le parcours de Quinn dans une cité aux allures labyrinthiques, métaphore kafkaïenne de la complexité de l’esprit.

J’ai vraiment apprécié ce livre complexe dans lequel rien n’est certain jusqu’à la dernière page. Je sais d’avance qu’il me faudra le relire afin d’en découvrir toutes les clés. En attendant, j’ai hâte de lire le tome 2, Revenants, et de partager mes impressions avec vous.