Tag Archives: mise en abyme

Hold-up littéraire

31 Août

Envie d’une lecture qui vous booste pour affronter la rentrée avec le sourire ? Le roman que je vais vous présenter aujourd’hui est fait pour vous ! Dans toutes les bonnes librairies depuis la semaine dernière aux éditions Au Diable Vauvert.

Feel Good, Thomas Gunzig

thomas-gunzig-feel-goodAlice, vendeuse dans un magasin de chaussures, a toujours été « tout juste ». Jamais tout à fait pauvre, mais toujours précaire. Après la fermeture du magasin, la quarantaine passée, elle peine à retrouver du travail. La voilà à enchaîner des jobs de plus en plus avilissants et peu rémunérés. Épuisée de devoir compter chaque centime et surtout terrifiée à l’idée de se retrouver à la rue avec son fils, elle cherche désespérément un moyen de se mettre à l’abri financièrement pour quelques temps. Lui vient une idée complètement folle : enlever un bébé de riches devant une crèche aux services hors de prix pour réclamer une rançon. Mais pas de chance. Rien ne marche comme elle l’avait escompté. Personne ne réclamant l’enfant, elle se retrouve avec un bébé sur les bras, et donc une source supplémentaires de dépenses…

Le hasard met Alice sur la route de Tom, un écrivain médiocre, au chômage, récemment quitté par sa femme qui a rencontré un chirurgien. Le romancier propose à Alice d’écrire un roman à partir de son histoire de kidnapping et de partager les droits d’auteur. Mais celle-ci n’est pas convaincue de la réussite de l’entreprise et lui propose une meilleure solution : avec son aide, elle écrira un feel good utilisant toutes les ficelles qui font recette de nos jours; un best-seller qui ferait l’unanimité et se vendrait à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires, qui les éloignerait pour toujours de la précarité…

Avec Feel good, Thomas Gunzig a, sans conteste, réalisé son « hold-up » littéraire. Tout à la fois pastiche de ces romans grand public qui remportent un franc succès, critique de la société et mise en abyme de l’écriture du roman lui-même, l’ouvrage est une véritable réussite. Impossible de ne pas sourire voir rire devant les situations rocambolesques dans lesquelles se mettent les personnages. Le tempo est parfait, l’humour omniprésent et on s’attache très vite aux deux personnages principaux, des gens normaux, qui galèrent mais qui refusent de se laisser complètement couler. J’ai adoré la critique du monde éditorial et littéraire, parfaitement juste (en connaissance de cause, j’y ai été confrontée). En ce qui me concerne, je ne suis pas une grande adepte des romans feel good. Mais ce livre-ci, avec son histoire de roman dans le roman, son humour et son intelligence compte parmi les ouvrages qui m’ont le plus mis de bonne humeur. Sans conteste mon plus gros coup de cœur du mois d’août et le livre qu’il vous faut pour affronter la rentrée avec le sourire !

Publicités

Tour de passe-passe

10 Oct

Me revoilà après une longue absence due à d’importants problèmes personnels. J’espère que la lecture va une nouvelle fois m’aider à panser mes plaies. Je viens de m’inscrire dans une nouvelle bibliothèque, histoire de m’obliger à sortir. Apparemment, des rencontres entre lecteurs sont organisées chaque mois. J’ai hâte d’y participer début novembre. En attendant, je reprends le blog en douceur avec un petit Nothomb.

Tuer le père, Amélie Nothomb

Joe Whip a 14 ans et vit seul avec sa mère à Reno dans le Nevada. Lorsqu’il l’interroge sur l’identité de son père, elle lui répond qu’il l’a abandonnée quand il est né. En vérité, les hommes défilent dans la vie de sa mère à tel point qu’elle n’a jamais su qui était le papa du petit. Un jour, elle fait la connaissance de celui qui va devenir Joe senior. Pour la première fois, un homme demeure plus de quelques jours à la maison. Bien vite, Cassandra Whip est persuadée que son fils est de trop dans le ménage et le met à la porte. Le jeune garçon n’a nulle part où aller. Livré à lui-même, il va faire la tournée des bars pour exercer son talent afin de gagner un peu d’argent : réaliser des tours de cartes.

Un an plus tard, un homme s’aperçoit de son don et lui propose de le conduire chez le plus grand magicien du pays, Norman Terence. Ce dernier, à la demande se sa jeune et jolie femme Christina, le recueille et commence à lui enseigner son art. Le gamin apprend très vite. Mais surtout, il tombe rapidement très amoureux de Christina et rêve intérieurement de tuer au moins d’un point de vue symbolique celui qui semble être devenu son père spirituel.

Dans ce court roman, l’auteure belge, qui s’amuse à se mettre en scène de manière déguisée (sorte de mise en abyme du thème de la magie développé par la suite et surtout du tour de passe-passe final), développe un thème que l’on sent poindre dans nombre de ses oeuvre : la figure paternelle. A la fois absent et envahissant, recherché et repoussé, adoré et détesté, symbolique et réel, le père insaisissable de Joe demeurera au final toujours une énigme aussi bien pour le lecteur que pour les personnages principaux, à l’image de ce qu’il en est bien souvent dans la vie. Le jeune Joe est ici non seulement en quête d’amour et de reconnaissance paternel mais aussi maternel. Depuis son enfance, il cherche un regard dans lequel exister et ne le trouvant pas avant l’âge de 15 ans, passe son temps à s’exercer à ses tours de cartes devant un miroir lui renvoyant inexorablement sa propre image, image dont il ne sait de qui elle est véritablement issue. Comment se construire dès lors ? Comment ne pas tricher, ne pas mentir au autres et à soi lorsque tout n’est qu’apparences depuis le départ ? Comment exister dans l’ombre de quelqu’un que l’on ne connaît pas ou dans celle d’un homme que l’on vénère si ce n’est en s’en débarrassant ? Quant à Norman, il trouve en Joe un vrai fils. Capable du meilleur comme du pire. Et en bon père, il est prêt à tout endurer. Jusqu’où pourra les mener cette relation si particulière où se mêlent amour et cruauté ? Je vous laisse le découvrir et profiter du retournement final. pas le meilleur Nothomb mais on passe un moment agréable.

Féérique

11 Avr

Voilà un auteur de littérature jeunesse qu’il me pressait de retrouver. C’est chose faite grâce à ma merveilleuse amie documentaliste qui vient de me faire porter son dernier roman.

Le livre de Perle, Timothée de Fombelle

Trois destins sont intimement noués dans ce livre. Celui de l’auteur, garçon rêveur passionné de photographie, bouleversé à 14 ans par un chagrin d’amour, qui deviendra écrivain. L’histoire de d’un jeune garçon débarqué de nulle part, qui prendra le nom de Joshua Perle après avoir été recueilli en 1936 par le couple Perle, marchands de guimauves renommés de la capitale. Quelques temps après son arrivée, il sera obligé de partir sur le front puis s’engagera dans la Résistance en découvrant que ses parents adoptifs ont été raflés. Enfin la vie torturée d’Ilian, un jeune prince pourchassé par son frère, amoureux d’une fée, Olia, dont il est cruellement séparé mais qu’il tentera à tout prix de retrouver.

Je ne vais pas vous mentir, j’ai mis du temps à comprendre l’intrigue et à relier tous les fils de l’histoire tant les différents univers spatio-temporels sont imbriqués. Mais loin de me décourager, je me suis au contraire laissée porter par la magie d’un texte subtile, d’une poésie incroyable, aussi subtile qu’une perle de rosée sur un brin de muguet. Au fur et à mesure d’une lecture qu’il est impossible de lâcher, le mystère s’éclaircit pour laisser apparaître un véritable livre gigogne, un roman dans le roman qui conte et met en abyme l’histoire tragique d’un prince de conte de fées chassé de son royaume, qui devra affronter la barbarie humaine tout en souffrant la douleur de la perte de celle qu’il a tant aimée. Timothée de Fombelle (auteur des déjà très réussis Tobie Lolness et Vango) réussit l’exploit de réunir des univers très différents, le charme envoûtant du pays des fées et celui terrifiant de la seconde Guerre mondiale, en peignant des personnages d’une extraordinaire intensité car protéiformes. Il permet avec ce roman d’aventure proche du conte fondé sur un imaginaire d’une extrême richesse de procurer à la littérature jeunesse ses lettres de noblesse. Je conseille ce livre à partir de la 5ème pour les très bons lecteurs. En tout cas, il ne faut pas prendre peur devant la complexité de la construction. Laissez-vous conduire par la beauté des mots.

Un petit extrait pour le plaisir :

« Ilian eut alors l’impression qu’on lui attrapait la main et qu’on le tirait en arrière, entre les chênes verts. Olia pourtant n’avait pas bougé. Ses doigts restaient sur l’écorce de l’arbre. Ilian se sentait irrésistiblement emporté. il n’essayait d’ailleurs pas de résister. il courait au-dessus des ronciers. Une force inconnue animait son corps et sa volonté. Il voulut retourner un dernière fois vers elle, mais la forêt les masquait l’un à l’autre.

Une heure plus tard, Ilian arriva à la nage sous les pilotis du palais, se hissa sur une poutrelle pour reprendre son souffle. Il sentit se détacher le fil invisible qui l’avait fait courir.

Certaines forces sont pourtant plus puissantes que la magie. Un autre fil d’or restait attaché au centre de sa poitrine. Un fil dont il ne pourrait jamais se défaire. »

L’homme invisible

18 Fév

Une (grosse) pépite qui dormait dans les rayons du CDI…

L’éclipse, Robert Cormier

Depuis qu’il est tout petit, Paul Moreaux est intrigué par une photo de famille réalisée avant la Première Guerre mondiale. La raison de sa curiosité ? Son oncle Adélard avait subitement disparu au moment du cliché alors qu’il était présent dans le groupe quelques secondes plus tôt. Lorsque l’enfant interroge ses parents, il obtient inexorablement la même réponse : chaque famille a ses mystères et ton oncle adorait faire des farces. Oui mais voilà, le jeune Paul est persuadé qu’une autre explication à cette disparition existe.

En 1929, une crise économique sans précédent ravage les Etats-Unis. Paul a 13 ans et, avec son regard d’adolescent, en constate les ravages dans la petite communauté d’ouvriers canadiens émigrés. L’usine de peignes dans laquelle travaille son père est en grande difficulté, les ouvriers se mettent en grève et sont prêts à en découdre physiquement. Dans le même temps, le Klux Klux Klan (société secrète raciste) tente de convertir de nouveaux adeptes dans la ville.

Dans ce contexte difficile, Paul  – en proie à ses premiers émois amoureux qui vont de paire avec les bouleversements physiologiques de son âge – se rend compte qu’il possède un étrange pouvoir. Il découvre qu’il est capable de devenir invisible à volonté, de s’éclipser totalement. Alors qu’il pourrait se réjouir de ce formidable pouvoir, il s’en inquiète. En effet, s’il pourrait le mettre à profit pour une bonne cause, il n’y verrait pas d’inconvénient, mais devenir invisible peut aussi permettre de faire le mal, d’assouvir ses fantasmes, les meilleurs comme les pires et peut-être même de tuer…

Voilà un excellent roman. Non seulement de par son intrigue passionnante, fantastique dans tous les sens du terme, mais de par une structure narrative complexe, faite de récits enchâssés et de mises en abîme (roman dans le roman). Je reviens à l’intrigue dans un premier temps. Si le phénomène de l’éclipse occupe la majeure partie du roman, l’auteur dresse une toile de fond historique très bien documentée et accessible à un jeune public qui découvrira un aspect de l’Histoire américaine qu’il n’aura peut-être qu’entrevue en cours. la question de l’invisibilité quant à elle renvoie à de nombreux questionnements métaphysiques, notamment les questions du bien et du mal et de la liberté. Ce pouvoir rend-il plus libre celui qui le possède ? Lui donne-t-il tous les droits sur les autres ? Comment être certain qu’une action que l’on croit bonne sur le coup n’est pas en réalité très néfaste ? Des interrogations parmi d’autres que les personnages et le lecteur devront se poser.

J’en reviens à la narration cette fois. J’ai littéralement été bluffée. le plus difficile est ici de tenir ma langue afin de ne pas ôter le plaisir procuré par ce livre gigogne. Je ne donnerai qu’un indice, le titre du livre peut prendre plusieurs signification et renvoie également à la narration. L’auteur réalise donc un véritable tour de force, d’autant plus qu’il s’agit d’une oeuvre jeunesse, genre qui laisse rarement entrevoir d’aussi passionnantes et remarquables prouesses techniques en matière de construction. Un véritable coup de coeur (pas seulement destiné aux jeunes lecteurs donc). J’espère que de courageux élèves seront assez curieux pour dépasser la peur d’affronter près de 500 pages et une couverture un peu défraîchie… le livre en vaut la chandelle !

Insaisissable

18 Sep

Je poursuis ma découverte de la littérature nippone. 

Intrusion, Natsuo Kirino

Tamaki Suzuki est écrivain. Son prochain livre, Inassouvi, a pour sujet O., personnage insaisissable du célèbre roman autobiographique de Mikio Midorikawa, Innocent. Dans l’oeuvre de ce dernier, O. apparaît comme la maîtresse de l’illustre écrivain, comme une femme de l’ombre dont on ne sait pratiquement rien mais qui va jouer un grand rôle dans la vie de l’auteur. Personne n’a jamais su qui elle était ni si elle a même un jour existé vraiment. Mais Tamaki, persuadée de son existence, veut absolument la retrouver, bien que plus de 40 années se soient écoulées depuis la parution de l’oeuvre scandaleuse…

Obnubilée par le personnage, Tamaki part à sa recherche et rencontre un bon nombre des femmes qui ont entouré Midorikawa afin de percer le mystère, 17 ans après la mort de l’écrivain. En se plongeant dans les histoires d’amour complexes du romancier, sa propre histoire, ses souvenirs de son amour passionné avec son éditeur Seiji Abé. Si leur première rencontre s’était avérée désastreuse, Tamaki et Seiji avaient fini par nouer des liens profonds et entamer une aventure extra-conjugale. Mais au fil du temps, la haine l’a emporté sur l’amour et ils se sont séparés. Tamaki, alors qu’elle n’a quasiment plus aucun contact avec lui depuis des mois, apprend que Seiji est très malade. Toutes les rencontres avec ces femmes, toutes ces histoires d’amour provoquent donc inéluctablement la réminiscence de cette passion avec Seiji.

Vous l’aurez compris, l’action n’est pas ce qui caractérise ce roman étiqueté « roman noir »… La quatrième de couverture indiquait :« Natsuo Kirino ne flirte avec le thriller que pour mieux explorer l’âme humaine »(critique du Monde). C’est ce qui m’avait attiré à la base. Mais je n’ai pas vraiment perçu ni le côté noir, ni le côté thriller du livre. A moins que la question de savoir si oui ou non Tamaki parviendra à découvrir qui était la mystérieuse O. soit d’un suspens insoutenable pour quelqu’un, je ne vois pas du tout pourquoi ce roman a été classé noir… Mystère !

Si l’on met cela de côté, l’ensemble demeure agréable à lire même s’il est facile de se perdre dans les nombreux flash-back. Le style varie selon les différentes rencontres. Le deuxième chapitre m’a particulièrement plu. Il s’agit du monologue d’une femme que Tamaki rencontre pour préparer son livre. Elle lui raconte comment Midorikawa et elle ont entretenu une « liaison » alors qu’elle n’avait que 10 ans. Certains passages font froids dans le dos. J’ai bien aimé aussi le fait que l’auteur glisse des extraits de Innocent dans le livre. Par cette sorte de mise en abyme, on a l’impression que le roman a vraiment existé. Et comme tout est imbriqué, le livre apparaît également un peu comme des poupées russes. Je suis donc plutôt contente de cette lecture.