Album·Conte·coup de cœur·Littérature jeunesse·nouveauté·poésie·psychologie

Avis de tempête domestique

Bonjour à tous ! J’espère que vous gardez un bon moral… La chronique du jour s’adresse à celles et ceux qui ont des enfants puisque je vais vous présenter un album jeunesse devait sortir le 3 avril aux éditions Joyvox. La sortie ayant été reportée, l’intégralité du conte musical est à présent disponible et en libre accès sur toutes les plateformes digitales depuis le début de la semaine, sur Deezer, Spotify et bien d’autres. Exemple https://www.deezer.com/fr/album/136799272?app_id=140685&utm_source=partner_linkfire&utm_campaign=2a727982a4a477967c7860d154765714&utm_medium=Original&utm_term=objective-stream&utm_content=album-136799272 , le livre audio peut s’acheter à moitié prix (4,99 au lieu de 9,99€) sur les plateformes d’achat type Google Play, Apple Store. 

L’Orage à la maison, Catherine Verlaguet

couvoragepoursite_256x256Dans la maison d’Arthur, l’orage gronde. Ses parents ne cessent de se disputer et l’enfant le vit très mal. Pour s’extraire de ce climat tempétueux, il se réfugie dans un monde marin imaginaire en appelant à l’aide un coquillage qui aspire les tempêtes pour en trouver un autre qui pourrait avaler celle qui éclate chez lui. Au cours de son voyage chaotique, le jeune garçon va faire de multiples rencontres, d’un vieux poulpe savant à un Bernard l’Hermite friand de pensées ventouses…

« Dans une autre fenêtre, il voit son père avaler des couleuvres. L’orage danse autour de sa figure en un brouillard noir d’électricité. En face de lui, sa mère pleut en silence; elle arrose ses pensées. Arthur est fatigué. Il voudrait rentrer chez lui, quitte à retrouver sa tempête ! Mais alors il se rappelle du vieux Poulpe qui lui a dit qu’après ses marécages, il trouverait son coquillage ».

Voilà un magnifique conte fantastique et initiatique, très joliment mis en voix et en musique par Mélanie Doutey et Marc Demais. Le texte est d’une richesse poétique incroyable, ce qui est remarquable pour un livre qui s’adresse aux enfants à partir de 6 ans. L’autrice s’amuse avec les mots et nous transporte dans un univers maritime onirique qui n’est pas sans rappeler le monde imaginaire d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll. On suit les péripéties du jeune Arthur qui sont autant d’étapes émotionnelles qu’il devra franchir pour comprendre qu’il n’est pas la tempête de ses parents. Parce que le thème central de ce conte est bien là : la dispute entre les parents et sans doute la séparation et l’impact sur leur enfant. Pas évident de traiter de ce sujet complexe avec un jeune public mais le défi est réussi. L’idée de la pensée-ventouse qui reste accrochée à l’esprit de l’enfant est très explicite pour faire comprendre aux enfants combien certaines pensées peuvent être envahissantes et qu’il faut parvenir à s’en défaire pour aller mieux. Le texte est agréablement interprété par Mélanie Doutey et l’accompagnement musical est très réussi, les airs sont à la fois mélancoliques et entraînants. Un gros coup de cœur pour ce magnifique album qui séduira les plus jeunes et sera un bel outil pour les parents.

nouveauté·Nouvelles

A la recherche de la chanson perdue

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je vous présente une nouvelle parue dans la collection Poche des éditions Au Diable Vauvert que j’affectionne particulièrement.

Dark was the night, Grégoire Hervier

couv-poche-dark-was-the-night-pl1siteUn historien du blues à l’université du Missippi passe la plus grande partie de sa vie à la recherche de la trentième chanson de Robert Johnson, un bluesman mort à l’âge de vingt-sept ans et laissant derrière lui vingt-neuf titres répertoriés, d’une grande qualité. Notre narrateur nous raconte ses recherches, ses rencontres, ses espoirs, depuis le début de sa quête alors qu’il n’est encore que thésard en histoire contemporaine à l’université de Berckeley en 1966 jusqu’à sa retraite.

Mêlant polar et histoire de la musique, cette nouvelle nous emmène à la découverte du blues, un monde qui m’était totalement inconnu en dehors des chanteurs célèbres. L’historien se fait enquêteur et on se prend d’intérêt pour cette recherche hors du commun : parviendra-t-il, oui ou non, à trouver cette trentième chanson ? Existe-t-elle réellement ? Au-delà du texte, l’auteur présente l’histoire de douze titres de blues qu’il apprécie particulièrement ce qui permet de se familiariser avec des morceaux peu connus, tous antérieurs aux années 70. Pour celles et ceux que ça intéresse, la collection Poche du Diable est disponible au format numérique (voir lien dans l’introduction), ce qui est bien pratique en ce moment !

coup de cœur·nouveauté·Roman

… rock toujours !

Voilà un petit moment que je l’attendais… et déjà, je l’ai terminé… Toutes les bonnes choses ont une fin ! 

Vernon Subutex – Tome 3, Virginie Despentes

51kjdnkp1jl-_sx342_bo1204203200_Au début de ce tome 3, Vernon et sa bande se sont organisés en une petite communauté autosuffisante qui parcourt la France en organisant des « convergences », des rassemblements musicaux qui s’apparentent à des rave privées. Tous ceux qui ont la chance d’y participer sont formels, ce qui se passe là-bas est presque irréel, relève de la transe. Mais bientôt, l’équilibre du groupe se voit anéanti avec l’obtention d’un important héritage, laissé par un ami de la bande. Accusé à tort de vouloir récupérer le pactole, Vernon, écœuré, s’en va sans prévenir… Dans le même temps, nous suivons les aventures d’Aïcha et Céleste respectivement exfiltrées en Allemagne et en Espagne par la Hyène après qu’elles ont agressé Dopalet. Ce dernier, après une bonne dépression, est bien décidé à se venger des deux jeunes filles…

Ce dernier opus est sans doute le plus survolté de la trilogie. Despentes poursuit sa chronique sociale sans concession, traitant de nombreux sujets d’actualité (attentats, homosexualité, dépendances, violences faites aux femmes…) sans jamais tomber dans le racolage, la facilité ou l’apitoiement. Chaque chapitre met l’accent sur un personnage donnant ainsi une vision kaléidoscopique de l’intrigue et permettant de conserver un rythme endiablé tout au long des 400 pages de ce tome 3. C’est bien simple, il est presque impossible de lâcher le livre une fois qu’on l’a commencé. Seul point négatif de cette trilogie de mon point de vue : la fin assez abrupte et qui part un peu dans le n’importe quoi. Mais bon, ça n’enlève en rien le plaisir que j’ai eu à savourer cette fresque sociale moderne qui demeure pour moi un gros coup de cœur.  Je vous invite à découvrir les chroniques des tomes 1 et 2.

amour·Formation·Littérature jeunesse·nouveauté·Roman

Accords et à cœurs

Un très grand merci aux éditions Le Muscadier qui viennent de me faire parvenir toutes les nouveautés de la collection Rester Vivant que j’affectionne tant. Apprêtez-vous donc à les découvrir avec moi au fil de l’hiver.

L’Aigle Noir, Hervé Mestron

9791090685987-754x1024C’est la rentrée de septembre au collège Saint Ambroise de Ouistreham. Hartman, ex-jazzman, débarque de Paris pour enseigner la musique. Pas simple pour lui de s’intégrer dans la petite commune normande où tous le voient comme un étranger. Toutefois, il prend plaisir à faire cours, surtout depuis qu’il a entendu chanter la jeune Billie. L’adolescente, totalement renfermée sur elle-même, ne semble s’ouvrir que lorsqu’elle se met à interpréter les textes de Barbara. Hartman, sous le charme de sa voix, tente d’approcher la jeune fille pour comprendre son mal-être et l’aider. Mais bien vite, des regards de plus en plus hostiles vont se tourner vers lui qui laisseront place à une rumeur malsaine…

Voilà un très beau texte, tout en sous-entendus et en nuances sur un sujet compliqué que nous livre Hervé Mestron. Sans dévoiler toute l’intrigue, ce roman nous donne à réfléchir sur différents sujets tels que les rapports enseignants-adolescents, la différence, les premiers émois et surtout les conséquences de la rumeur et l’importance pour les jeunes de se confier après un traumatisme. L’ouvrage, qui s’adresse aussi bien aux adolescents qu’à leurs parents, se lit rapidement. Les chapitres alternent les points de vue des deux personnages principaux mettant ainsi en relief la complexité de leurs émotions et permettant au lecteur de parcourir ce court roman avec plaisir.