Autobiographie / mémoires·Essai

Passé illusoire

Merci à celui qui m’a conseillé ce livre.

La vie absente de l’autobiographie, Jean Pfeiffer

Pas de long résumé pour ce livre qui est à la fois une autobiographie et un essai sur le genre. L’auteur réfléchit sur la littérature et l’autobiographie, sur le rapport étroit qui lie cette dernière au roman, sur ce qui pousse un homme à écrire sur un passé qui n’existe plus. Ce passé sans cesse convoqué néanmoins par l’autobiographe pour tenter de répondre à la question existentielle « Qui suis-je? »  tout en se mettant toujours plus à distance de lui-même. L’autobiographie, selon Pfeiffer, est sans doute un moyen de combler le vide d’un autobiographe incomplet.  D’ailleurs, le livre lui-même prend sa source dans ce que l’auteur nomme « centre vide ». Le concept d’autobiographie tel que nous le concevons – en tous cas en référence à la définition de Philippe Lejeune dans son Pacte autobiographique : « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité » n’est pas remis en cause ici. Mais l’auteur attire notre attention sur le fait que l’autobiographe ne peut relater les faits tels qu’ils se sont réellement produits : « L’autobiographie, témoignage d’une vie,  ne renvoie nullement à ce que fut réellement cette vie, ou n’y renvoie (et seulement pour l’auteur) qu’à travers le mirage d’un système de miroirs et de trompe-l’œil où jusqu’à l’ombre du principe de réalité est désormais dissoute. » 

Un essai complexe, une réflexion pointue d’une richesse incroyable. A lire et à relire.