Tag Archives: stephenie meyer

« Et si c’était niais ? »

16 Jan

On continue dans les lectures pour le CDI !

Tugdual, Anne plichota et Cendrine Wolf

A Chicago, c’est la panique ! On vient de retrouver deux corps sans vie dans un hôtel. Particularité : les papiers d’identité son formels, ils s’agissait de jeunes gens. Pourtant, leurs corps morts ont l’aspect de vieillards…

Tugdual, un jeune adulte de 18 ans, ainsi que son frère Mortimer (17 ans) et sa soeur Zoé (16 ans) ne forment pas une famille comme les autres. Ils ont été les cibles d’une cruelle malédiction. Où qu’ils se rendent, toutes les personnes qu’ils croisent sont irrémédiablement attirées par eux. Cette attraction ne serait pas si grave si elle n’était pas mortelle…

Les adolescents sont donc obligés de vivre cachés loin du monde. Jusqu’au jour où le sorcier Abakoum qui leur sert de père leur offre des bracelets qui contrent les effets du poison. Enfin, ils vont pouvoir connaître les joies du lycée, à moins que ce ne soit que le début de nouveaux problèmes.

J’attendais beaucoup de ce roman rédigé à deux mains par les auteures d’Oksa Pollock, qui s’arrache au CDI. Eh bien j’ai été plus que déçue ! J’ai d’ailleurs arrêté ma lecture au premier tiers du pavé ne souhaitant pas m’infliger davantage de niaiseries. J’ai cru relire le début de Twilight ! Du grand n’importe quoi ! Pourtant, le début était plutôt prometteur avec les meurtres étranges et l’enquête. Mais passé les trente premières pages, on dévie sur ces pauvres ados beaux à s’en damner qui souffrent de faire tomber toutes les filles qu’ils croisent dans leurs lacs à cause de phéromones hyper-puissantes ! L’arrivée au lycée n’est qu’une succession de clichés et topoï de l’adolescent maudit et l’on retrouve presque les mêmes mots que chez Stephenie Meyer. Et pourtant, nos collégiens adorent ! L’explication de ce phénomène est simple : les auteures accumulent tous les thèmes qui les mettent en émois (beaux garçons, belles jeunes filles, attirance physique, amour, danger,mystère, magie…), saupoudrent tout cela de quelques pseudo-interrogations métaphysiques sur la vie et la mort, sur la différence et secouent le tout. Un seul mot d’ordre : si vous avez plus de 15 ans, passez votre chemin !!

Publicités

Au pays des bisou-vamp’

19 Déc

Lecture en lien avec le comité de lecture du collège.

Fascination, Stephenie Meyer

La jeune Bella Swan quitte sa mère et la chaleur de la Californie pour partir vivre chez son père Charlie dans une bourgade froide et pluvieuse de l’Etat de Washington, au Nord-Ouest des Etats-Unis. Peu sûre d’elle, elle redoute le premier jour de lycée. Mais elle est vite rassurée : les jeunes du coin sont plutôt accueillants. Très rapidement, son attention est captée par un groupe d’adolescents hors du commun. Cinq frères et sœurs adoptifs, d’une beauté aussi exceptionnelle que la pâleur de leur visage… Elle ne tardera pas à faire la connaissance du mystérieux Edward Cullen, qui agit sur elle tel un aimant. Mais cette fascination à son égard pourrait se révéler dangereuse…

Je m’arrête là. En six lignes j’ai résumé 300 pages ! J’avais vu le premier épisode de la célèbre sage Twilight. Si je n’avais pas adoré, je n’avais pas non plus détesté. Disons que ça se laissait regarder. Mais alors là ! Jamais je n’aurais pu imaginer qu’un livre puisse être moins bon que son adaptation cinématographique ! Il ne se passe absolument rien en 300 pages, si ce n’est que Bella découvre qu’Edward est un vampire et que les deux tourtereaux finissent par s’embrasser page 300 ! Entre-temps… il ne se passe rien. Absolument rien si ce n’est des échanges de regards pendant les cours ou dans les couloirs du lycée, des discussions entre filles du style : « Tu crois que je lui plais ?? » ou des réflexions pseudo-métaphysiques sur la différence. En bref, c’est complètement mièvre ! J’ai arrêté le supplice à la page 357 sur plus de 500. Inutile de dire que je ne m’infligerai pas les trois tomes suivants. Après, je comprends que ce genre de livres puisse plaire aux ados puisque sont traités des thèmes qu’ils apprécient : histoires de coeur, d’amitié, découverte de soi et de l’autre… mais très franchement, là, c’est trop ! Je me suis d’ailleurs demandé si l’auteur n’était pas payée au mot ! C’est dire ! A éviter donc !