En pleine crise

15 Mar

Je renouvelle mes remerciements aux éditions Le Muscadier pour l’envoi de ce livre.

Du sable entre tes doigts, Patrice Favaro

En l’espace de quelques semaines à peine, la vie de Jordan, 13 ans, a été complètement bouleversée. Son père a contracté des mois auparavant, sans vraiment savoir de quoi il en retournait, un emprunt dit « toxique » pour financer les travaux de sa maison à Cleveland. Du jour au lendemain, il a abandonné sa femme et son fils. Bientôt, les taux des intérêts ont explosé et la famille – comme des milliers d’américains asphyxiés par la crise des subprimes –  ne pouvant plus rembourser son crédit immobilier, a fini par se faire expulser. Jordan et sa mère en sont réduits à vivre dans leur voiture, un van Dodge Caravan dans lequel ils ont entreposé les souvenirs de leur ancienne vie et les éléments indispensables à leur survie. Un jour, la mère de Jordan décide de quitter Cleveland sur un coup de tête. Direction Buffalo. Sur la route, l’adolescent va faire la rencontre de personnages hauts en couleur qui vont lui permettre de mieux comprendre pourquoi sa vie a basculé ainsi.

Patrice Favaro (Une frontière, à découvrir ici) signe à nouveau un roman ancré dans son temps qui permettra au jeune public de mieux comprendre un sujet de société dont il entend parler tous les jours dans les journaux : la crise économique et plus précisément la fameuse crise des subprimes américaine. L’auteur parvient à faire montre d’une grande pédagogie pour expliquer de manière claire ce problème financier assez complexe sans tomber dans la caricature du cours d’économie. Par le truchement du jeune Jordan, il donne surtout à voir comment la crise a frappé des milliers de familles américaines, et les conséquences, pas seulement économiques et sociales, mais familiales et sentimentales qu’elle a provoquées.

J’ai vraiment apprécié ce court roman traité à la façon d’un road-movie, dans lequel on retrouve tous les bons ingrédients du récit de formation (voyage initiatique, rencontre de figures parentales, quête du père et de soi, premiers émois…). La référence à la crise économique de 1929 et aux Raisins de la colère de Steinbeck est également très bien sentie. La fin du roman reste ouverte et comme dans Une frontière laisse l’espoir d’une construction d’un monde meilleur grâce aux enfants. Je recommande ce livre dès 9-10 ans pour les bons lecteurs qui s’interrogent sur les questions d’actualité.

Publicités

2 Réponses to “En pleine crise”

  1. Le Muscadier mars 16, 2015 à 4:45 #

    Nous vous remercions encore une fois pour cette critique qui cerne à nouveau avec finesse les enjeux de l’oeuvre, sans pour autant la mettre à nue.
    Merci pour votre article. Nous espérons que la collection Place du marché continuera à vous faire voyager et penser avec plaisir.
    éditions Le Muscadier

    Aimé par 1 personne

    • naurile mars 16, 2015 à 4:54 #

      Cette collection est une véritable mine d’or pour la jeunesse et les adultes qui en sont en charge. Je lui souhaite tout le succès qu’elle mérite !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :