Archive | Album RSS feed for this section

De l’autre côté

17 Oct

Je remercie Nicolas Le Bault pour m’avoir fait parvenir et dédicacé son ouvrage.

La Fille Miroir, Nicolas Le Bault

la-fille-miroir-16-reseau-tu-dois-01b-768x970Hygiène est un garçon amoureux de son cousin Pierre qui le persécute. Hygiène est également une fille, souffre-douleur de sa cousine Léna qui refuse de la voir approcher trop près de Pierre. Hygiène, tantôt garçon tantôt fille est un être hybride, androgyne, en quête identitaire, qui va quitter un univers quasi paradisiaque pour se retrouver projeté(e) dans un monde sordide et cruel. En quête aussi d’un amour qui risque de se révéler fatal…

Je vais être honnête. Pas simple de rédiger une chronique à propos de ce que j’appellerais un livre-concept, de ce conte cruel graphique, de cette oeuvre plastique littéraire faite de collages de photos, d’aquarelles et de textes manuscrits. 03Une oeuvre placée sous le signe du morcellement, non seulement celui de la petite fille coupée en morceaux dont on ne sait si les membres retrouvés à ses côtés sont bien les siens, non seulement de celui du personnage principal, Hygiène Rose, écartelé(e) entre son statut de garçon et son statut de fille mais également dans sa forme mêlant texte écrit de différentes couleurs et images à la fois dessinées et photographiées. Un objet totalement hybride en corrélation parfaite avec le sujet traité qui entraîne le lecteur dans un monde cauchemardesque et pervers. Un univers dans lequel Hygiène, telle l’Alice de Carroll courant derrière le lapin blanc et tombant dans le terrier, poursuit un cerf dont la tête sera bientôt coupée référence (?) à la manie de la dame de cœur pour les décapitations.d7409a3012801d6f4694798de013a1f1 Un ouvrage hors du commun donc, une véritable expérience artistique.

Publicités

Le terrible pouvoir des jeux vidéo

14 Sep

Une grande première sur ce blog : un album pour enfants !

la_sorci_re_des_ecrans_330La sorcière des écrans, écrit et conté par Pauline Pucciano, illustré par Laura Giraud et mis en musique par Philippe Guerrieri

Un jour, la maman de Théo, un jeune garçon qui passe tant de temps devant les jeux vidéo qu’il en oublie le monde qui l’entoure, décide de lui raconter une histoire pour le mettre en garde contre les méfaits des écrans.

Toutes les fées se sont penchées sur le berceau du prince Léo afin qu’il possède tous les talents physiques, intellectuels et moraux dont un enfant puisse rêver. Mais après leur passage, la sorcière des écrans – folle de rage de ne pas avoir été conviée aux festivités organisées en l’honneur de sa naissance – jette une malédiction sur le garçon : lorsque Léo aura atteint ses 6 ans, Léo se laissera envoûter par les écrans, ne fera rien de ses talents et ne verra plus le temps passer…

Je remercie d’abord chaleureusement les Editions VOolume pour l’envoi de ce conte moderne qui m’a permis d’occuper un moment de détente et d’apprentissage avec les deux petits monstres que je gardais cet après-midi. J’ai donc pu tester ce livre avec deux garçons de 5 et 7 ans, l’histoire étant destinée à des enfants à partir de 7 ans.

En recevant l’album, j’ai été d’emblée conquise par les illustrations. Douces et oniriques, les couleurs bleutés nous convient à pénétrer dans un univers féerique. Mais sous la douceur de ce bleu se cache également la froideur des écrans et la terrible Mort qui guette sans que l’on y prête attention, absorbés que nous sommes par l’univers numérique dans lequel nous baignons et qui finit par tout absorber sur son passage.

Le texte, lui, est très bien rédigé, modernisant l’histoire de la Belle au bois dormant. Ce conte amène les enfants – et les adultes – à réfléchir sur la nocivité de l’omniprésence des écrans qui empêche de vivre pleinement, de prendre conscience de tout ce qui fait la richesse d’une vie. La richesse du vocabulaire employé permet aux enfants de découvrir des mots qu’ils n’ont pas l’habitude ni d’entendre, ni d’employer.

Je n’ai malheureusement pas eu le temps d’utiliser le CD avec les enfants mais l’ai écouté avec attention. La musique accompagne parfaitement le texte et les images, des sonorités à la fois douces et inquiétantes au fur et à mesure de l’avancée du conte.

Pour conclure, cet album est parfaitement adapté aux enfants dès 7 ans (avant, c’est trop tôt, le plus jeune a décroché). On peut à la suite de la lecture aborder le sujet des jeux vidéo et surtout des autres loisirs et activités à pratiquer. Mon jeune lecteur a globalement apprécié le livre. Son seul défaut selon lui : la mort. Pour ma part, j’ai adoré ! Coup de cœur !

La bibliothèque infernale

12 Août

Un tout petit Murakami, parce que ça faisait longtemps !

L’étrange bibliothèque, Haruki Murakami

9782714459558Un jeune garçon se rend à la bibliothèque municipale pour rendre des livres. Souhaitant en emprunter d’autres, la dame à l’accueil – qu’il n’a jamais vue – lui dit de descendre les escalier, puis de tourner à droite et de continuer tout droit pour se rendre à la salle 107. L’enfant s’exécute. Arrivé au bon endroit, un vieillard l’accueille. Dès lors, plus rien ne va se dérouler normalement…

Cette nouvelle de Murakami bascule très vite dans un univers aussi étrange qu’inquiétant. Ici, l’onirisme devient cauchemardesque. Le lecteur se perd dans les dédales de cette terrifiante bibliothèque labyrinthique et se retrouve emprisonné aux côtés du jeune narrateur, d’un homme-mouton et d’une magnifique petite fille. Sans être la meilleure oeuvre du japonais, cette nouvelle cristallise plusieurs thèmes récurrents de l’auteur (enfermement, solitude, quête de soi…) tout en dévoilant un aspect poético-fantastique bien plus sombre qu’à l’habitude. Le tout est très joliment et psychédéliquement illustré par Kat Menschik.

Envol vers la vie

18 Jan

Je remercie les Editions Baudelaire pour l’envoi de ce joli album.

Le papillon à roulettes, Marie Garnier

Papa et Maman Papillon attendent avec joie un heureux événement : un bébé Papillon pousse dans le ventre de Maman. La famille Papillon est aux anges le jour de la naissance de bébé Papillon. Oui mais voilà, au bout d’un an, bébé Papillon ne vole toujours pas. Ses parents, inquiets, décident de l’emmener chez le grand papillon blanc pour comprendre ce qui ne va pas…

Avec simplicité et délicatesse, Marie Garnier réussit à expliquer le handicap aux plus jeunes lecteurs. Grâce à cet album, très joliment illustré par Jeanne Chapelle, les parents pourront aborder facilement le sujet avec les plus petits. L’auteure montre de manière claire la différence et les difficultés auxquelles doivent s’exposer les personnes souffrant d’un handicap moteur sans pour autant dramatiser ni tomber dans le pathos. Au contraire, le texte et les dessins sont porteurs d’un message d’espoir, de solidarité, de fraternité, d’ouverture et surtout de courage, car petit Papillon n’en manque pas ! Un bien joli album à découvrir.

Peuple légendaire

2 Mai

Encore une bien jolie lecture conseillée par ma collègue et amie documentaliste.

Les Derniers Géants, François Place

Archibald Léopold Ruthmore, un aristocrate anglais féru de science, fait l’acquisition, au cours d’une ballade sur les docks, d’un objet bien curieux qui va bouleverser son existence : une énorme dent recouverte de gravures. Le vieux matelot qui la lui vend lui affirme qu’il s’agit d’une « dent de géant ». Se doutant qu’il s’agit d’élucubrations, Archibald achète néanmoins la dent, jugeant l’histoire belle.

De retour chez lui, il examine plus attentivement l’objet et se rend bientôt compte qu’il s’agit réellement d’une dent, de la grosseur d’un poing, sur laquelle est gravée, entre autres circonvolutions, une minuscule carte de géographie indiquant le « Païs des Géants ». Ni une ni deux, le scientifique prépare ses bagages et met les voiles pour l’Inde afin de gagner facilement la Birmanie, pays dans lequel se cache la contrée censée dissimuler les êtres légendaires.

Après un périple riche en rebondissements, notre aventurier, perdu au milieu des montagnes, à bout de forces, est recueilli par un être gigantesque, à l’aspect de pierre, recouvert de tatouage. Les Géants existent donc bel et bien, ils sont neuf et présents sur terre depuis des milliers d’années. Archibald passera un an à leurs côtés, à partager leur vie et à les observer. Il remplira de nombreux carnets de notes et de dessins avant de regagner son Angleterre d’origine où il publiera neuf volumes sur la question des géants…

Ce très bel album de François Place (La douane volante, Tobie Lolness pour les illustrations) – qui signe un texte riche et de superbes illustrations – ravira petits et grands. Il met en lumière les questions de la peur de l’inconnu, de l’étranger et des découvertes scientifiques. Cet album a reçu de très nombreux prix lors de sa parution en 1992.